Actualités & News·L'éditorial·Nos projets

Plénière N°123 : une première en visio qui tient ses promesses !

recueil_events_20202

Confiné.(e).s que vous êtes, voici un compliment collectif sincère, qui ira même à celles et ceux qui ne sont ni médecins ni soignants, et à qui la vue d’une seringue fait tourner de l’oeil… Vous avez été très forts ! 17 participants pour notre première visioconférence, c’était plutôt inattendu, bravo à tous, et plus encore à ceux qui ont ramé. L’envie de réussir était au rendez-vous.

Recueil_events_20203

 

Conclusion immédiate : l’atelier AEC initialement prévu aujourd’hui, passe en visio (même heure, même procédure, mais numéro de salle de réunion). Pour mémoire, sont attendus : les 2 Françoise, Estelle, Pascal et Chakir. Bénévoles BCN : Hélène, Gilles (si dispo) Alexandre et Antoine.

Présentons d’abord Chakir * : salarié de Kéolis, Chakir a entamé une reconversion vers le domaine commercial, BTS Action Commerciale, Licence Développement Commercial et actuellement Master spécialisé en Direction d’entreprise, Direction Commerciale. Nouveau venu lors de l’atelier AEC du 12 Mars, Chakir s’est déclaré surpris et disponible pour travailler sur des thématiques « marketing » élargi, développement commercial, création d’entreprise…

I. Les Freelances et les partenaires.

Sylvie, ancienne Cadre de Santé est évidemment intéressée, car c’est dans ce domaine qu’elle termine sa formation de coaching (elle en est à 1 QCM validé sur 3). Dès que la phase stratégique sera passée, Sylvie viendra se joindre à nos travaux en atelier AEC.

Jef (Jean-François) a quitté Valduc il y a quelques mois pour se former en coaching, et devrait terminer sa formation en fin d’année. Il s’intéresse également au thème marketing et action commerciale évoqué par Chakir.

A toutes les personnes qui s’orientent vers des métiers de Freelance, Antoine explique les conditions dans lesquelles BCN peut envisager de faire appel à des prestations de ses partenaires ou adhérents directs : depuis 2018, nous avons fait appel à « Éveil de coaching » pour développer estime de soi et confiance en soi chez nos candidats. BCN est subventionnée par des collectivités territoriales, et doit donc présenter des comptes validés et conformes. Un prochain appel à prestation va être lancé dans le domaine de la communication sur les réseaux sociaux, Hélène a préparé le cahier des charges ad hoc.

Hélène N. de Clés d’Avenir a laissé un joli message sur Facebook pour expliquer comment elle allait gérer la période de confinement avec ses clients. Elle y cite les outils qu’elle va utiliser : Skype, What’s App et NFon  vont lui permettre de couvrir l’ensemble de la palette.

Concernant la nature du partenariat avec BCN, Hélène mentionne la mise à disposition de locaux à la M.D.A. Un deuxième groupe combinant « Bilan de compétences » et accompagnement émotionnel et corporel y était prévu en avril, à nouveau sous la forme d’un partenariat. Il est malheureusement reporté.

L’échange avec Tracey, que de nombreuses personnes ici connaissent, est l’occasion de faire le point sur notre partenariat avec l’Afpa : les finalités sont l’insertion et/ou la reconversion professionnelle, la création d’activité et en tous les cas, le soutien et l’accompagnement. Le projet « Afpa Village » a été validé nationalement, il reste à résoudre la question des personnes hébergées à Chevigny. BCN partenaire de ce projet, en attend une implantation dans un lieu proche de ses « clients », et envisageait d’y recruter 2 volontaires en Service Civique.

II. Le réseau.

Nous rencontrons les mêmes problématiques : comment être présents auprès de tous nos adhérents ? Nathalie et Xavier ont réfléchi en commun à cette question, et remettront leurs recommandations aux membres du bureau : de quoi s’agit-il ? Les efforts de BCN en direction de LinkedIn ne passent pas inaperçus. Ne risque-t-on pas de brouiller le message ? La priorité de l’association est toujours de soutenir et d’accompagner ses adhérents du moment, ceux qui connaissent l’isolement, l’interrogation,  parfois le doute. Toutefois, il existe plusieurs échelles de temps : l’immédiat, le court terme,  et le temps long : susciter une communauté d’anciens, de témoins, entre dans cette deuxième catégorie. Comment allons-nous distinguer ?

Les posts individuels que vous déposez en tant que membres sont proches de ceux qui interviennent en tant que salariés, à leur initiative, ou en réaction à d’autres publications. Ils peuvent d’ailleurs avoir le même objectif de visibilité, de référencement en vue d’un éventuel « marché caché ». La page « Vitrine » de BCN doit se porter sur des sujets plus « durables » : le management, l’économie, l’événementiel régional.

Nathalie préconise que toutes les personnes affiliées à l’APEC et présentes sur Whaller accèdent aux Webinars « réseaux Sociaux » ; cela permettra d’effacer les écarts trop importants sur l’utilisation de Linkedin, et du même coup d’attaquer plus tôt les modules Web « façon BCN ».

Conclusion provisoire sur cette question : le bureau attend le document préparé par Nathalie et Xavier. Un nouveau calendrier des modules AEC est à l’étude, où les modules Web « façon BCN » remonteraient vers l’avant.

III. L’activité.

La proposition d’Hélène V. de rencontrer la Déléguée de l’APEC au sujet de Whaller pour lui expliquer notre démarche Linkedin sera examinée tranquillement : le coté assez brutal de ce basculement laisse penser qu’il s’agit d’un déploiement national. Plutôt que de semer un peu plus d’embarras sur une situation non maîtrisée localement, faisons jouer nos alliés dans la place… pourquoi pas en reproduisant des publications APEC dans nos propres publications ?

Au cours des deux dernières semaines, Hélène a sur ses deux projets annoncés le 20 février, les rendez-vous « Carrédas » et Profil LinkedIn se sont déroulés conformément aux inscriptions : cela concerne Danièle, Françoise M, Marie-Claire, Séraphin. Quelques séquences sont encore à finaliser, une fois que cela sera fait, qui donne le signal pour faire paraître ces fiches « Carrédas » sous l’onglet Compétences du WordPress ? peut-on imaginer un atelier AEC dédié  à la mise en ligne d’alertes sur les jobboards les mieux adaptés ?

Estelle, Maud et Antoine se sont rendus le 12 Mars dernier à la journée « Pensons Design » organisée par Nicéphore Cité : illustration de ce qui a été décrit plus haut, le compte-rendu complet a été diffusé ici, un extrait sur LinkedIn. La journée a été perçue comme intéressante et fructueuse par tous les 3.

Ce même jour, à l’atelier AEC du soir, Estelle nous apprenait qu’elle était retenue comme assistante-coordinatrice des études de l’ESEO, l’école privée d’Ingénieurs actuellement aux Grésilles, et qui prépare sa montée en puissance pour 2021 dans ses nouveaux locaux à 2021. Un grand bravo à elle ! Avec la fin du confinement, viendra le début du pétillement… nous avons déjà convenu d’un témoignage écrit de la part d’Estelle. Nul doute qu’elle y travaille déjà d’arrache-pied, un projet d’intégration dans son nouvel emploi lui a été adressé pour le 6 Avril. Enfin, Estelle nous laisse un catalogue d’idées et de propositions pour rendre BCN plus visible et plus sympathique, dont certaines ont déjà été suivies d’effet. Celle qui va suivre également.

IV. Le deuxième trimestre.

Le 15 Avril prochain, BCN 2.0 aura 5 ans… Réaliser un diaporama de nos meilleures photos sur nos différents réseaux serait un bon lancement pour la communauté #bourgognecollaborativenetwork dont nous parlions plus haut.

Recuiel_album2020

Autre chapitre : l’appel à projet pour une formation Réseau et Communication autour des réseaux, orientée « Efficacité Numérique », sur la base d’un modèle existant proposée par Caroline Dauvergne (Evolve Formation). Sur le fond, le principe ne pose pas question. Reste la validation du budget disponible, et l’identification des autres organismes à consulter.

Les autres dates sont pour l’instant compromises : le 9 Avril à Pôle-Emploi Quétigny n’a pas encore été annulé, il faut donc le préparer. (Hélène V. et Antoine). Pour le Salon du Bien Vieillir, la Journée des Cadres de Pôle Emploi et les événements Nicéphore, tout est suspendu.

Nous pouvons en revanche tabler sur une plénière N° 124 en visio  le 23 Avril du même type que celle-ci, et la poursuite des ateliers AEC, à la nuance près que le calendrier pourrait être modifié.

La plénière de Mai pourrait voir le retour en physique dans sa forme traditionnelle à la Maison des Associations, le Jeudi 28 Mai ( à cause de l’ascension le 21).  Pour la plénière de Juin, l’idée retenue est une formule apéro au sommet de la Tour Philippe Le Bon (Duc de Bourgogne) dite aussi « Tour Lanterne » : nous allons prendre langue avec l’Office de Tourisme et les modalités exactes du Plan B (repli en cas de pluie).

Reste le groupe qui continue à se réunir sur le thème de l’interculturalité, (comment mettre à profit la période pour déboucher sur une production?) et le suivi de la conférence de Jérôme, que nous gardons « au chaud » avec son accord. Enfin, nous avions échangé avec Françoise sur un projet de conférence conception – design – marketing que nous pourrions démarrer via un groupe transverse, et qui comprendrait Sylvie, Chakir, Jef, Maud et Antoine, pour la  mise en commun.

Autres activités : présentation de BCN au Rotary Club de Clémenceau. Prévu : le 2 juin. Action : Christine et Antoine.

Comme promis, vous recevrez les coordonnées de Chakir par courriel séparé. Nous avons une Charte ! Rendez-vous jeudi prochain, pour l’atelier AEC d’Hélène, un grand merci à tous. Enfin, petit rappel : tous les comptes-rendus de réunion passent par le blog, il est donc nécessaire de vous y abonner, par mail ou directement !

L’Ours.

Généricours

 

 

 

L'éditorial·Nos projets·Recrutement & RH

Plénière BCN N°122 : chantiers tous azimuts.

Une fois n’est pas coutume, nous débutons par un clin d’oeil à nos excusés du jour :

  • Danièle, en déplacement à Sens, pour raisons familiales.
  • Tracey, que nous allons revoir très bientôt, et qui pour cette fois, nous adresse ses salutations bien cordiales.
  • Fabienne, qui prépare une proposition d’audit RSE.
  • Claude à Chalon, qui s’intéresse de près aux fiches marketing.
  • Sylvie Z . déjà inscrite à une formation.
  • Hélène T. prise « en otage » au dernier moment, alors que nous l’attendions,
  • Et enfin, Hélène N., de Clés d’Avenir, qui nous adresse ce petit mot :

« BCN Partenaire d’une expérimentation de bilan de compétences

Membre de BCN depuis quelques mois, la structure CLÉS D’AVENIR, spécialisée dans l’accompagnement des transitions professionnelles, a conçu une nouvelle approche du bilan de compétences, mêlant à la réflexion intellectuelle l’appropriation émotionnelle et physique. Le changement n’étant pas mental, l’idée est de proposer une reconnexion du bénéficiaire de bilan à ses 5 sens pour mieux découvrir ceux qui seront des alliés tout au long de la transition.

Grâce au soutien de BCN, la 1ère expérimentation a eu lieu les 14 et 15 février derniers auprès de 3 participants. Les impacts de cette nouvelle formule seront connus à la fin des bilans de compétences engagés à savoir fin Mars. Merci à BCN pour sa collaboration active dans le projet !

Autre retour qui méritait d’être mentionné, celui de Jean-Louis : « Bonne initiative que d’avoir recommandé  d’éviter le Répondre à tous. » Cela génère beaucoup moins de courriels inutiles, et au final, le nombre de participants reste toujours très proche de l’attendu… Ce soir 20 février, 16 présents, pour 14 attendus.

I. Bienvenue à Yannis.

Nous avons souhaité accueillir Yannis aujourd’hui même, jour de signature de son contrat, afin qu’il puisse faire connaissance de son futur environnement de travail, composé d’apprenants, de bénévoles formateurs… Ce 20 février, des candidatures continuaient à parvenir à la Ligue de l’Enseignement, concernant notre mission : l’intérêt général a été bien compris, et cette semaine encore le Secrétaire d’État a cité le chiffre de 13 millions, pour désigner le nombre de personnes qui « à des degrés divers »  auraient besoin de soutien ou de formation sur les NTIC.

A fortiori, quand ce soutien porte sur  la recherche d’emploi  en mode digital, sa priorité est accrue, et nul doute que Yannis fera œuvre utile avec nous du 2 Mars au 31 Octobre, début et fin de sa mission : Hélène T., Gilles, Danièle et Antoine l’accompagneront durant son séjour parmi nous.

II. Le Recrutement, par Valérie B. d’Orange.

Croisée l’an dernier lors de Journées « Portes Ouvertes » de l’Afpa,  Valérie avait donné un aperçu de la vision d’Orange en matière de recrutement,  vision très spécifique en raison de l’échelle (le nombre de recrutements annuels), de la diversité des niveaux, des  grades et fonctions,  et de l’influence croissante des technologies au cœur des profils métier recherchés. Les volumes de recrutement se répartissent pour moitié en alternance, pour moitié en CDD – CDI.

Recrutement

En tant que consultante en recrutement, Valérie reçoit tout d’abord une demande de « sourcing », préalable à une annonce qui servira d’appel à candidatures.  La discussion s’établit entre le donneur d’ordres qui va créer le poste, et le service qui va réaliser effectivement l’ensemble du processus. Point essentiel : lors de l’appel à candidatures, le postulant est invité à renseigner un questionnaire psychologique de 170 à 175 questions, qui serviront de guide aux questions posées lors de l’entretien, en raison des points à mettre en évidence.

Il s’agit donc d’un questionnaire de personnalité, essentiellement orienté sur les « soft skills », le savoir-être et la capacité à travailler et vivre en bonne intelligence en équipe. Du coup, à la question : « Les recruteurs sont-ils méchants ? », Valérie nous indique que cela a pu exister, mais que c’est devenu « has been », et que les candidats terrorisés, qui ne « s’ouvrent pas », répondent par oui ou par non, ne révèlent rien de leur potentiel. A l’inverse, un vrai échange s’établit souvent en « off » dans l’ascenseur, au moment où le candidat ne se sent pas encore sur la sellette. C’est à ce moment-là que l’on cerne le mieux la personne réelle.

Sur l’attitude à adopter, Valérie recommande d’être sincère et transparent, citant Oscar Wilde : « Soyez vous-mêmes, les autres sont déjà pris ». Cela renvoie à la notion d’imposteur dans le monde du management de transition, ou de l’intérim de haut niveau. Ne pas se survendre, ni annoncer des qualités ronflantes, mais que l’on ne possède pas ! (rappel : sur 175 questions, on va sûrement se « couper » quelque part).

Les équilibres : quelques qualités bien réelles, mais si le recruteur demande quelques défauts, citez-en 2 ou 3 maximum, ne vous sabordez pas !

Pour illustrer la réalité du changement dans le monde du recrutement chez Orange, Valérie cite le métier des « chargés d’affaires FTTH », autrement dit des spécialistes de réseau Fibre Optique chargés de négocier les infrastructures auprès des collectivités et des promoteurs. Les meilleurs techniciens n’étaient pas toujours les mieux à même de défendre les intérêts de l’opérateur lors des phases de négociation ; la nouvelle tendance est plutôt à recruter des profils de commerciaux, ou de négociateurs, puis de les former ensuite aux impératifs de la fibre optique.

Et enfin :

Toujours se souvenir qu’un entretien reste une relation « de personne à personne »,  et que l’on n’a encore rien inventé de mieux que « Parce que c’était lui, parce que c’était moi »…

Étapes :

  • consulter le site officiel de publication des entreprises
  • Job boards : Linkedin, pôle emploi, Indeed…
  • postuler en ligne sur l’offre de votre choix en déposant votre lettre de motivation et CV
  • Répondre à un questionnaire de personnalité
  • 1°sélection téléphonique, vidéo ou physique avec recruteur
  • 2°entretien individuel ou collectif avec manager

Le recruteur : vise à trouver le candidat qui correspond aux besoins du manager sur les plans :

  • Dimension professionnelle (compétences techniques) hard skills.
  • Dimension de croissance (motivation, capacité d’apprentissage, potentiel…)
  • Dimension personnelle (stabilité émotionnelle, personnalité, savoir-être) soft skills.

Cette énumération fait penser à la typologie de Schumpeter sur les différentes catégories d’investissement ; ainsi, on fait le lien entre le « Capital » technique et la « Ressource Humaine, » le sens noble du « Capital Humain ».

L’application et la diffusion des innovations dépendent en amont de la propension de l’entrepreneur à prendre des risques, de la recherche dans l’émergence d’inventions susceptibles d’être exploitées, et du crédit. Elles dépendent en aval de la propension des individus à recevoir l’innovation (pour les produits nouveaux), donc de leurs goûts et habitudes. Ces conditions rendent compte de la réalisation, de la vitesse et de l’étendue de la diffusion. C’est donc le jeu innovation-monopole temporaire-imitation qui assure la croissance économique et le bouleversement perpétuel des positions établies.

L’activité cyclique se déroule de la façon suivante : la phase d’expansion s’explique par les profits qui engendrent une hausse des investissements et de la demande, sous l’effet des grappes d’innovation. Dans un premier temps, les crédits accordés vont provoquer une inflation des biens de production puis de consommation. Ensuite, la quantité additionnelle de biens engendre la déflation, accentuée par le remboursement des crédits annonçant la dépression. Les possibilités de profit se raréfient, les faillites apparaissent. Le phénomène d’imitation entraîne une saturation des marchés et une baisse de la rente monopolistique, donc une réduction de l’investissement suivie d’une baisse de l’activité. La crise ne pourra être dépassée que par d’autres vagues d’innovations. C’est le mécanisme décisif de l’activité cyclique qui implique un processus de destruction créatrice. (D’où notre attention accrue aux effets de l’Intelligence Artificielle).

L’expansion dépend de la diffusion et de l’assimilation des nouvelles conditions d’activité. La dépression correspond à une période de disparition des structures productives en excès et des dettes, et à la gestation de nouvelles innovations. Pour Schumpeter, la durée de chaque cycle correspond à l’importance des innovations et leurs effets d’entraînement.

Le progrès technique n’est pas un flux continu et les cycles obéissent à des mécanismes autorégulateurs. Il se diffuse de manière périodique par vagues à partir de certains secteurs et certains lieux.

Comment faire pour se « préparer », (le recruteur préfèrerait que vous n’en fissiez rien… mais, vous n’êtes pas non plus obligé d’être naïf !).

  • Bien préparer CV + lettre de motivation personnalisée et entretien.
  • Travailler son profil LinkedIn.
  • Préparer ses 3 premières minutes (une présentation générale avec son parcours de manière synthétique, ses compétences fortes).
  • Une réelle motivation.
  • Une posture positive et gagnante.
  • Réfléchir à vos points forts et vos axes de progrès, (cf. exercice AEC M1 doc 1).
  • Réfléchir à des situations pros en fonction de vos réponses.
  • Bien se renseigner sur le groupe.
  • Beaucoup de sincérité et de transparence lors de l’entretien.

Pour conclure, Valérie nous remercie pour la qualité des échanges, l’intérêt des questions posées, et accepte le principe d’une réception de sa stagiaire en césure : l’accueil de stagiaires sur des thèmes en rapport à l’évolution professionnelle/réinsertion est devenu un point fort de BCN. On se souvient de l’intervention de Ghislaine Le B., l’an dernier.

  • Les ateliers proposés par Hélène.

Conformément à sa présentation de l’assemblée Générale, Hélène a avancé rapidement sur ses 2 ateliers : elle met actuellement la touche finale à sa formation LinkedIn avec le cabinet Evolve Formation.

En parallèle, Hélène se propose d’animer les fiches « carré d’As », alias Fiches marketing, alias Volet « Nos compétences » du blog.

1er défi : Faire émerger son projet professionnel – bien le concevoir.

 

Capture_122_AEC

2è défi : En donner, avec ses mots et en quelques minutes, une idée claire et percutante

  • BCN a mis en place des Ateliers Emplois Compétences – A.E.C. pour travailler le 1er
  • Le 2ème est proposé depuis 2014 –  Groupe de parole BCN  &   Appui de l’APEC 
    • Un outil apprenant ! Du besoin est né le support, la fiche marketing
    • Travailler ses mots-clés.
    • Se préparer à la prise de parole « minute » et à l’exercice percutant du pitch
    • S’entraîner dans la perspective des entretiens
    • Mieux se connaître et s’entraider : faciliter les mises en contact, faire découvrir un aspect de son métier, d’une expérience, se donner entre nous un retour de compréhension sur sa présentation, …

Capture_122b_AEC

Bien entendu, l’implication et l’engagement d’Hélène dans cette action appellent de la part de nos adhérents l’effort équivalent en termes d’assiduité et d’implication ! Nous cultivons ici l’adage : « Aide-toi, le ciel t’aidera ! ».

Le printemps qui s’annonce va nous poser quelques soucis de coordination entre les différents ateliers : il faut d’abord le considérer comme un luxe de riche ! Ne pas pouvoir  « tout faire à la fois », revient à dire qu’il faut prioriser, parce que le catalogue est trop copieux. Un coup d’œil à l’agenda :

IV. L’Agenda.

– prochaines échéances : 25/02 Atelier Hélène V. Fiche marketing, 1ere session.

27/02 : Atelier Hélène T. / Antoine : AEC classique

4 Mars, soirée Fava / 4 et 5 Mars formation Tuteur Service Civique

10 Mars : 2e session Hélène V., fiches Marketing.

12 Mars : Marketing « Pensons Design » à Nicéphore Cité.

13 Mars  : Agriculture connectée à Nicéphore Cité.

19 Mars : Plénière BCN.

25 Mars : Conférence Jérôme sur le réchauffement. Campagne blog et print à lancer.

-30 Mars : Journée Garantie Jeunes à la Mission Locale de Beaune.

9 & 10 Avril : Salon du Bien Vieillir, contact Antoine pour prise RDV.

16 Avril : Forum des Cadres Pôle Emploi, Salle Devosge.

17 Avril : Masterclass Start-up Le C.I.R. à Nicéphore Cité.

L’ours.

Grizzly

Nos projets·Recherche digitale·Revue de Presse

Linkedin : perte de temps ou pari d’avenir ?

IL Y A PLUS de 673 millions d’utilisateurs sur Linkedin, mais « la plupart des gens ont un compte parce qu’on leur a dit qu’ils devraient ou qu’ils ont besoin d’en avoir un — ils ne l’utilisent jamais ou ne le mettent pas à jour », a déclaré Andrew Selepak, directeur du programme d’études supérieures en médias sociaux à l’Université de la Floride.

Linkedin2

Perte de temps.

Au cours des dernières années, Linkedin est devenu un outil de frustration dans la stratosphère des médias sociaux : Ce n’est pas amusant ou convivial, c’est un peu laid, et le site s’est embourbé dans les demandes de connexion spam et les tentatives des utilisateurs de commercialiser des produits « par rapport à l’établissement de relations, comme prévu », a déclaré Lewis Goldstein, président de Blue Wind Marketing. « Je reçois plusieurs messages par jour de gens qui essaient de me vendre quelque chose sans même avoir de conversation. »

Le site peut également encourager les postures. Il est malhonnête d’accepter chaque demande de connexion et de se vanter ensuite de vos vastes réseaux d’affaires alors que ces réseaux donnent en fait peu d’activité et peu d’interactions. « La plupart des gens ont rarement du contenu professionnel à partager — nous changeons d’emploi si souvent ou nous apparaissons dans des publications nationales ou nous venons d’obtenir de nouveaux diplômes », a déclaré M. Selepak. C’est probablement pourquoi les utilisateurs ne passent environ 17 minutes par mois sur Linkedin par rapport à 35 minutes par jour sur Facebook, a-t-il ajouté.

Linkedin peut être un excellent endroit pour trouver des adresses e-mail ou, si vous embauchez, pour parcourir les curriculum vitae avec peu d’effort, mais les gens ont tendance à laisser leur profil s’atrophier, a déclaré M. Selepak. De plus, il y a toujours le risque qu’ils soient avisés que vous les harcelez sur Linkedin.

Linkedin1

Pari sur l’avenir. 

Lorsque le Dr. Bill  Schindler a créé pour la première fois un profil Linkedin, il ne l’a fait que pour permettre à  ses étudiants de puiser dans ses contacts et ses liens afin d’y chercher des stages et des emplois. Mais lorsqu’il a voulu purger les demandes de connexion parvenues en 2015, le professeur agrégé d’anthropologie et d’archéologie au Washington College à Chestertown, dans le Maryland, est tombé sur un message d’un directeur de casting au réseau National Geographic.

« Je pensais que c’était une blague, mais j’ai décidé de l’appeler », a-t-il dit. « Quatre mois plus tard, je me suis retrouvé dans la savane africaine entourée d’une équipe de tournage. » Le spectacle, « The Great Human Race », a débuté en février 2016.

Son histoire est peut-être rare, mais à tout le moins, Linkedin permet aux gens de communiquer avec d’autres dans leur secteur économique ; c’est un curriculum vitae vivant et numérique que vous pouvez envoyer à des employeurs potentiels et un outil utilisé par les recruteurs pour trouver de meilleurs candidats. Il s’agit également d’une plateforme de marque personnelle où vous pouvez vous distinguer en tant que leader de la pensée dans votre industrie, a déclaré Aliza Licht, consultante numérique et auteure de « Laissez votre marque », un guide de carrière pour l’ère des médias sociaux.

Il ne suffit pas d’avoir un profil. « Il est essentiel d’être présent sur Linkedin », a déclaré Mme Licht. Vous devriez afficher régulièrement du contenu pertinent pour votre carrière — innovations de votre employeur, offres d’emploi dont vous avez entendu parler, changements dans l’industrie que vous avez observés — sur son fil de la page d’accueil, comme vous le feriez sur Facebook. « C’est une excellente façon de voir votre point de vue, vos valeurs et vos réalisations », a-t-elle dit, ce qui augmente la probabilité d’établir des liens et de trouver des occasions.

Témoignages brefs : Avez-vous trouvé Linkedin utile ou inutile?

1 / 5

 « En tant qu’ancien vice-président des ventes et maintenant recruteur exécutif, je peux vous dire que Linkedin est une plateforme formidable pour identifier les bons candidats pour vos équipes et rester en contact avec votre réseau. Et, bien qu’il ne soit pas nécessaire de passer 35 minutes par jour sur Linkedin, les 17 minutes que les gens passent chaque mois à tenir leur profil à jour et à rester connectés sont très précieuses. Et en rejoignant certains groupes et forums, vous pouvez suivre les nouvelles des anciens élèves ou des informations précieuses de l’industrie.

2 /5

 « J’ai essayé Linkedin ainsi qu’un groupe de chasseurs de têtes professionnels. Chacun était utile à sa façon, mais n’a pas toujours donné de résultats. Le meilleur, c’est ce lien personnel. Si vous connaissez quelqu’un qui a une entrée quelque part, c’est la solution.» — Susan Booz

3 /5

 « Contrairement à Facebook, où je me rends rarement, j’utilise Linkedin. Je n’ai pas à passer beaucoup de temps à lire des bêtises. Il suffit d’un instant pour faire un scan pour savoir ce que fait quelqu’un. Je l’appellerais « l’anti-Facebook » — William Ramshaw

4 /5

« Dans certaines professions et industries, Linkedin est formidable. En tant que rédactrice technique dans l’industrie des logiciels et des TI, Linkedin est devenue ma principale source de pistes d’emploi. Beaucoup de recruteurs techniques semblent utiliser la fonction de recherche de Linkedin pour trouver un bassin de candidats qualifiés. Et les demandes que je reçois sont nationales, pas seulement locales ou régionales.» — Roland Winkler

5 /5

 « La plus grande valeur que je reçois de Linkedin, c’est lorsque j’examine des partenaires commerciaux potentiels. Plus souvent qu’autrement, je trouve un profil de Linkedin qui contredit ce qu’ils m’ont dit au sujet de leur expérience et de leurs qualifications. Le profil le plus utile était celui d’un « expert en production d’énergie de remplacement » qui a affirmé avoir une vaste expérience de l’élaboration de projets énergétiques de l’ordre de 100 à 300 millions de dollars. Selon leur profil Linkedin, leur entreprise était en fait inexperte dans ce domaine, et cherchait seulement à se diversifier.

Article paru dans le Wall Street Journal du 15/01/2020.

Ashley Mateo

L'éditorial·Nos projets

Plénière N°121 : Des projets, des projets…

Wonder_voman

Une fois n’est pas coutume, Christine notre présidente ne pouvait être des nôtres :  elle a involontairement ouvert un temps d’échange à nos « nouveaux venus » Hélène et Alexandre*, qui nous apportent déjà un coup de main précieux.  Hélène V. ouvre donc la plénière en nous présentant sa feuille de route, le fruit de ses réflexions, de son expérience et de son engagement :

I. La feuille de route d’Hélène.

Ma contribution 2020 – L’Humain est au cœur de mon engagement associatif

  • Vous réaffirmer mon attachement aux valeurs de co-développement déployées par BCN : s’unir pour réussir nos projets professionnels respectifs par l’engagement dans des projets collaboratifs qui nous mettent en avant
  • Rendre à BCN et à ses membres l’appui solidaire que j’ai reçu et qui m’a permis d’affiner et mon projet, reprendre confiance en moi, booster mes recherches et retrouver une mission !
  • Vous proposer quelques idées et plein de convivialité pour diversifier et renforcer le recrutement de BCN en m’appuyant sur mon expérience de Chef de projet RH.

Et comme nous sommes attentifs aux apports du marketing stratégique, Hélène poursuit par une matrice SWOT* de bon aloi :

  • Nos atouts
  • Notre positionnement innovant par le co-développement solidaire de nos membres.
  • Des valeurs affichées de l’Humain dans nos relations professionnelles et candidat/employeur qui permettent à chacun de trouver sa place et son activité
  • Une charte de communication responsable partagée.
  • Des verbatim reconnaissants reçus à l’occasion des vœux : toujours encourageants !
  • Nos Points forts
  • Pour la 1ère fois, une subvention de la Ville pour démarrer d’année
  • Des partenariats développés avec la Bretagne sur les outils A.E.C.
  • Des Ateliers Actions Emplois Compétences qui proposent un contenu riche et apprécié des membres
  • Des jeunes en service civique en appui (outils numériques) – leur renouvellement est en cours

 Plan d’action : En interne mieux se connaître et partager

Organiser des temps de convivialité : l’occasion pour un membre volontaire de proposer un lieu et de partager un contact, une cuisine ou un apéritif

Atelier en binôme « Un reporter – Un témoin » : interview d’un membre par un autre membre > présentation du témoignage en plénière

Poursuivre le déploiement sur les réseaux :

-relayer les travaux d’animation par Antoine et l’appui des jeunes en services civiques :  Facebook, Blog WordPress.

-et LinkedIn : intégrer notre programme de participations (Salon Sénior, Grand Déj, Salon Mes Atouts – Mes projets 2020, informer les anciens membres et partenaires

En externe  :  nous faire connaître de nouveaux membres et partenaires.

Atelier FLYER pour l’actualiser

Accueillir un intervenant en mini conférence (être au moins 20)

Partager des bonnes pratiques avec d’autres associations similaires

Pourquoi pas trouver de nouveaux partenariats, créer des ponts avec des associations similaires en régions limitrophes, s’appuyer sur l’expérience lyonnaise d’Alexandre.

II. Le Tour de Table.

  • Parmi les 14 participants présents, deux visages « nouveaux » : Claire qui nous informe qu’elle s’apprête à passer sa soutenance de Master 2 en management d’entreprises du spectacle, et nous informe que cette épreuve se tiendra le 30 janvier prochain à 10h45 au Neuf Bis (Maison Diocésaine, 9 bis boulevard Voltaire) en salle Blondel.
  • Elle est publique et dure 1 heure, échanges compris : la date et l’heure de ma soutenance de mémoire intitulé « La mise en oeuvre de la Responsabilité Sociétale des Entreprises : des modalités spécifiques au champ culturel ?« 

 

  • Il va de soi que nous nous devons d’être présents et attentifs lors de cette soutenance, car nous avions suivi l’évolution du projet, et que son aboutissement doit être salué comme il se doit !

 

  • Le second nouveau visage de cette réunion est celui de Nathalie, qui nous arrive du monde du marketing et de la distribution. Panoplie complète dans ces domaines, incluant l’analyse stratégique, le développement de projets, la gestion de projet à caractère commercial, Nathalie projette de monter son activité de coaching – accompagnement individuel et collectifs, conduite du changement, ici à Dijon, et réfléchit à rejoindre BCN où ce profil n’est pas si courant, (on pense à Claude à Chalon, avec qui l’échange pourrait être fructueux, et bien sûr à nos propres  besoins internes) et serait donc le bienvenu !

 

Nathalie découvre donc notre manière de fonctionner : notre éthique est de ne « forcer la main à personne ». Les actions de BCN sont le reflet des personnes qui la peuplent, la fameuse auberge espagnole : bénévoles et apprenants, tous donnent et reçoivent. Son idée est de venir nous revoir lors de la prochaine plénière du 20 février et de se familiariser avec nos actions et nos projets.

A ce titre, Jérôme intervient suite à la lecture par Antoine de l’accord écrit du Conseil Départemental, pour nous donner accès à la conférence de Jean-Louis Étienne sur le Climat. Le lien vient de nous parvenir, Jérôme va le décortiquer et proposer un contenu : BCN dans son ensemble aura à définir l’accompagnement le plus adapté.

Hélène T. intervient ensuite à propos de la deuxième session 2019 d’AEC, dont la partie classique s’achève mercredi 22/01 : deux conclusions s’imposent (Cf. ci-dessus : il ne s’agit pas d’un libre-service, Nathalie qui a participé à tous les modules, effectué tous les exercices et joué le jeu pour l’article de Dijon-Mag, regrette que de nombreux participants aient abandonné en cours de route…). Les propositions écrites d’Hélène concernent la durée des sessions, le temps consacré aux échanges et au soutien. A noter que ce mercredi 22, nous attendons la venue d’Estelle, et des « deux Françoise », Françoise M. et Françoise N, qui ont déjà pris connaissance de la Charte de BCN et de son mode de fonctionnement. Bienvenue !

Les autres membres du bureau de BCN sont constitués en binôme : Fabienne est associée à Christine, Alexandre est « es qualités » associé à Danièle, et contributeur régulier du blog, enfin nos deux experts Gilles et Xavier veillent respectivement sur les volontaires de Service Civique et les statistiques. S’agissant de ce dernier point, nous avons demandé à Pôle Emploi de rétablir des publications sur la Météo des Métiers,  ce qui est pour le moins inhabituel !

III. Dans les prochaines semaines.

Quelques indications complémentaires sur l’activité de nos prochaines semaines :

  • La Commission RH va se pencher sur notre Marketing des compétences, la manière de présenter nos parcours comme autant d’opportunités, et de se voir comme un offreur de solutions plutôt qu’un demandeur d’emploi.
  • Volontaire de Service Civique : la refonte de l’appel à candidature est en discussion avec la Ligue de l’Enseignement. Pas de gros souci, des questions de présentation et de vocabulaire.
  • Les chiffres définitifs de nos publications 2019 :
  • WordPress : 5641 en progression de 73 %.
  • Facebook : 8680 en progression de 22 %.

 

Et enfin (Last, but not least), nous entrons ce 20 janvier 2020 dans la campagne de dépôt des demandes de subvention en ligne « My Dijon » : comme indiqué lors de la plénière, notre profil est désormais connu et validé dans le système, ce qui nous permet de nous concentrer sur cette question :

  • Les Ateliers d’animation : contenus et formule à définir .
    • Les Contenus appartiennent à BCN, nous pouvons les faire évoluer à la demande. (Accès direct aux modules en wifi, lors des ateliers).
    • Session sur 6 à 8 modules, plus une dizaine de modules–ateliers Web début 2020.  Approfondissement de LinkedIn, page collective.
    • Plus de coaching, plus de présence, ou plus de numérique ?

Le document d’orientation proposé par Hélène sera un outil structurant pour la constitution de ce dossier !

 

L’ours.

L_Ours_n

P.S. : pour ce qui ne connaissent pas encore Alexandre, retrouvez son portrait BCN sur notre blog sous le titre : « Alexandre le bienheureux ».

Matrice SWOT : Forces-faiblesses /Menaces – opportunités. célèbre matrice à 4 cadrans destinée à affiner la réflexion stratégique. (de l’anglais : Strengths – Weaknesses – Opportunities – Threats). Le concept est issu du BCG (Boston Consulting Group).

 

 

 

L'éditorial·Management·Nos projets·Prospective

Plénière N°120 : L’assemblée générale de BCN vise un second quinquennat plus offensif.

Assemblée_Générale

Il est dans la boîte !… Dernières prises en compte dans la comptabilité, derniers contacts avec nos partenaires, l’AFPA, Unis-Cité, entretien de découverte avec F.E.T.E. l’association voisine située rue Jean Renoir, bref, le bouclage a été musclé. N’est-ce-pas le cas de toute édition très attendue ?

I. Que retenir de l’année 2019 ?

Avec 33 adhérents enregistrés, dont 22 votants à l’Assemblée Générale, nous sommes conformes à la prévision du Projet Associatif 2020. Cela traduit aussi une progression de 50% de l’effectif régulièrement observé en 2014 lors des réunions du groupe informel de l’APEC, Bourgogne Cadres Net (alias BCN V1).

2019 a aussi été notre année la plus active :  nos rendez-vous à l’extérieur se sont enrichis de notre participation au Salon « Mes Atouts, mes projets », animé par Hélène. Nous avons de bonnes raisons d’y retourner l’an prochain.  Mais surtout, l’activité de formation « Action Emplois Compétences » a fonctionné en continu, grâce à nos 2 volontaires en Service Civique, soutenus par toute l’équipe.

Plurielle, cette équipe peut tout faire ! Elle peut vendre des ouvrages,  animer des conférences, exposer des oeuvres d’art… La force de son collectif est telle que nous devrons toujours imaginer de nouvelles voies, pour fédérer toutes les énergies, et « raconter une histoire » de diversité, de compétences transposables, de softskills, et au final de bouquet de talents, ou mieux encore du menu épicé de notre Auberge Espagnole.

II. Nos finances.

Si nous avons donné « quitus » à Danièle en séance à l’unanimité, ce n’est pas sans raison, et nos élus le savent bien : notre pilotage financier est à la fois fin et solide, et s’appuie sur des filtres analytiques, de nature à prouver à nos financeurs que nous sommes sérieux et précis.

Assemblée-Générale2

Quelques extraits :

« Le Fonds associatif de BCN au 31/12/2019 s’élève à 422.30€ : il correspond au cumul des résultats depuis la création de BCN en 2015.

La comptabilité est réalisée selon les normes de la partie double, aujourd’hui nécessaire dans les présentations des dossiers soumis aux financeurs institutionnels.

Le résultat de 2019 est équilibré avec un résultat de 160.03€, certes positif, mais cela uniquement grâce à des abandons de frais de déplacement effectués au profit de l’association pour un cumul de 649.30€.

L’activité de BCN a été dynamique, puisque les 2 sessions d’ateliers de recherche d’emploi commencées en 2018 ont été finalisées en 2019 avec l’aide financière des 2 subventions chacune de 1000 € de la ville de Dijon, que nous remercions pour cet accompagnement, ce qui a permis l’intervention de 2 prestataires spécialisées en coaching et psychologie. »…

  • Le Projet 2018 « conforter le réseau pour dynamiser la recherche d’emploi » a été mené à bien et a fait l’objet du versement par la Ville, du solde en 2019, pas de reste à charge pour BCN.
  • Le projet 2019 « libérer les compétences cachées » va se terminer fin décembre 2019, la Ville de Dijon sera sollicitée pour demande de versement du solde conditionnel de 200 €. Le reste à charge est minime pour 23.55€

Le montant de charges 2019 de 5 685.32 € est 2,5 fois plus important que les charges de l’exercice précédent.

Cela provient de l’activité renforcée des 2 sessions des ateliers AEC (1000 € x 2) ainsi que des versements de l’obligation alimentaire des 2 volontaires en services civiques (107.58 x 2 x 7 mois soit 1506.12 €)

Les produits évoluent dans les mêmes proportions à 5845.35 €, avec une stabilité en montant des cotisations des adhérents (de 615 € à 620 €).

De plus, l’abandon de charge pour 649 € et la subvention par nature de 897 € participent à l’augmentation des valeurs du compte de résultat entre 2018 et 2019. Nous avons les premiers à souligner l’intérêt de cette analyse des prestations de la Ville de Dijon, dont on nous annonce une version encore plus élaborée et exhaustive : cette transparence nous va bien, car « tout ce qui est gratuit, n’a pas de valeur ».

Maîtrise des flux, maîtrise des projets, technicité reconnue par tous, et désormais renforcée, puisque nous pourrons bénéficier bientôt de l’arrivée d’un second expert, Alexandre, élu à l’unanimité au poste de Trésorier-Adjoint. Un nouveau point fort.

III. Nos ambitions.

Nous avons enrichi notre « Projet Associatif » durant l’été par une commission de réflexion élargie, dans laquelle figuraient notamment Xavier et Gilles, en plus des membres du bureau. Il s’agit d’une matrice « forces – faiblesses – opportunités – menaces » (SWOT*, un outil classique de marketing), qui nous a permis de mieux prendre conscience de notre manque de notoriété, et déclenché des efforts accrus de partenariat, de communication, et de présence à l’extérieur. Ces efforts se traduisent par une importante augmentation du poste « Déplacements » du budget de BCN.

Le second apport de ce document réside dans sa perspective triennale : l’exercice n’exprime certes, que notre ambition, mais il permet de se projeter et d’orienter les efforts. Ainsi, du fait de notre vocation d’insertion, nous ne proposons pas des « produits », mais des candidats. Ces candidats, nous les voulons prêts, « outillés » : confiants en eux-mêmes, entraînés aux pratiques actuelles, et aussi parfaitement informés de leur environnement local.

Planifier nos actions, grâce à une meilleure visibilité.

Néanmoins, sans visibilité, l’exercice est délicat : nous souhaitons obtenir l’agrément d’État « Service Civique », mais sommes pour l’instant contraints de mettre en péril notre trésorerie pour aligner 2 semestres consécutifs ! Et si nous voulons développer, il est bel et bien indispensable de pouvoir communiquer à l’avance de nos Plans d’action.

Aucune stratégie, aussi soignée soit-elle, n’a de valeur sans une mise en oeuvre tactique réaliste et efficace : c’est le 2e volet de ce plan, issu de toutes vos suggestions d’amélioration.

Points d’amélioration ou d’évolution suggérés par les participants.

1.Répartir autrement nos volontaires Service Civique. (1 Web – 1 Marketing). Il s’agit d’adapter les méthodes de marketing (SWOT* – storytelling) aux besoins de communication de nos candidats.

 2. Atelier « Mise en ligne » des CV sur le WordPress. La suggestion de ces « fiches » normalisées et mises en forme est validée.

3. Relance des ateliers RH. Hélène et Danièle se proposent de reprendre l’animation de ces ateliers, dont l’un des objectifs sera la mise en ligne évoquée 2).

4. Opération Afpa Village : il s’agit d’implanter une antenne « BCN » dans les locaux de l’Afpa, ayant pour objectif la « fertilisation croisée » entre bénévoles de BCN et les apprenants du prochain module « adjoint Responsable Espace Marchand Numérique », volontaires, l’évolution digitale de RPMS (responsables de Petites & Moyennes Structures)  formation prévue début 2020

5. Validation comme partenaire-exposant à l’accueil des Nouveaux Arrivants à Dijon : Nathalie témoigne d’une expérience favorable lors de son arrivée à Dijon, et suggère que BCN se porte candidate pour devenir exposant à cette journée. Fabienne soutient l’idée, d’autant que l’accueil est organisé avec l’appui des maisons de quartier, un bon relais de proximité. Nous sommes déjà en contact avec Aude Moulin de Dijon-Mag pour avancer sur ce projet. 

6. Rapprochement avec les associations locales proches de notre objet social : Femmes Emplois Techniques Égalité / Binôme21. Nadine souhaite organiser la coopération entre les jeunes de Binôme, futurs chercheurs d’emploi et nos formateurs. Les 2 Associations vont s’y atteler ; quant à Femmes Emplois Techniques Égalité, Cécile Ruffin nous reçoit jeudi 19 décembre pour découvrir nos objectifs et nos méthodes de travail, sachant que leur activité « se limite maintenant à 10 % d’insertion », d’où une coopération possible, si BCN peut s’appuyer sur leur réseau.

7. Modification du Règlement intérieur – Commission de communication. Antoine précise qu’à l’origine de la modification, se trouve le constat que dans l’organigramme de BCN, figurait à titre « pédagogique » le rôle d’animateur référent – Webmaster tournant tous les quadrimestres. Dès le début, mais surtout depuis 2015, il est devenu très difficile de transmettre les clés et les consignes dans un temps aussi court, et les candidats ne se bousculent pas : d’où l’inscription de cette fonction en « dur » au binôme Secrétariat, en charge de l’animation d’une commission de la communication, qui utiliserait collectivement tous les outils et leviers disponibles, et formerait un vivier de postulants.

Conclusion :

De la lecture en perspective ! Car il ne s’agit bien sûr, que d’un extrait : néanmoins, il me semble naturel de laisser le mot de la fin à Christine, notre Présidente : « Au final, notre association reste pleine d’entrain et même si notre pérennité reste encore fragile, nous continuons notre action grâce à votre présence et votre investissement. BCN est l’affaire de tous et je compte sur vous pour la faire perdurer »…

Bonnes Fêtes à tous, à vos proches et vos familles !

L_Ours_n

SWOT : Strengths – Weaknesses – Opportunities – Threats. La fameuse matrice du BCG. Boston Consulting Group.