Economie·Management·Nos synthèses par domaines.·Société

En français, WhatsApp se dit Olvid.

Par Thomas Baignères, cofondateur de la messagerie française Olvid, la plus sécurisée au monde. Il nous explique son fonctionnement et sa nécessité dans un monde numérique où nos vies privées et nos données sont menacées.

Volet N° 4 de notre série sur les Gafam – Propos recueillis par Antoine Colonna.

Olvid version tablette, bientôt Desktop ?

Comment vous est venue l’idée de créer Olvid ?

En 2014, alors que nous étions tous les deux étudiants en cryptographie, Mathieu Finiasz et moi-même avions étudié les messageries instantanées sous l’angle de la sécurité. Certaines (comme Signal) se démarquaient avec un chiffrement de bout en bout. Les messages envoyés sont chiffrés avant de quitter votre appareil, pour n’être déchiffrés que chez le destinataire. Entre les deux, les messages sont protégés, y compris du fournisseur de service.

Si l’histoire s’arrêtait là, Olvid n’aurait pas de raison d’être. Nous nous sommes intéressés à ce fameux chiffrement. Nous avons constaté que lors d’unque toutes les messageries qui le proposent imposent un annuaire centralisé qui, dans le cas de WhatsApp par exemple, regroupe les numéros de téléphone des 2,5 milliards d’utilisateurs. La messagerie s’appuie ensuite sur cet annuaire pour distribuer les identités cryptographiques (les clés publiques) des utilisateurs.

Le système fonctionne sous réserve que cet annuaire soit intègre, or un système qui centralise les communications de 2,5 Milliards d’utilisateurs ne peut pas l’être… Nous avons donc voulu savoir s’il était possible de créer une messagerie permettant à ses utilisateurs de discuter avec la même sécurité que lors d’une discussion physique à huis clos. Sans reposer sur le moindre tiers de confiance, sans qu’il suffise de pirater ou contrôler un serveur quelque part pour prendre connaissance des conversations, sans avoir à partager la moindre donnée personnelle comme son numéro de téléphone… Pour des cryptologues, cela ne doit pas être bien compliqué ? Eh bien si ! Il nous aura fallu près de six ans pour lancer la première version d’Olvid, la première messagerie qui chiffre tout, sans donnée personnelle, sans annuaire.

Une telle sécurité n’est-elle pas une aubaine pour les activités illégales ?

Ces activités illégales sont exercées par des groupes puissants. Ils connaissent les risques et s’en protègent. Notre question est : comment les gens bienveillants font-ils pour se protéger? On a parfois cité la messagerie Telegram comme outil de communication privilégié de certains milieux terroristes. pourtant Telegram ne propose justement pas de chiffrement de bout en bout dès l’instant où vous entamez une discussion de groupe (à partir de trois personnes). Elle n’apporte pas plus de sécurité que l’e-mail !

Comment êtes-vous vus par les autorités françaises ?

Quand vous développez un produit mettant en oeuvre beaucoup de mécanismes cryptographiques, votre interlocuteur est l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (l’Anssi). Nous les avons rencontrés très tôt pour leur expliquer ce que nous faisions. Olvid est aujourd’hui la première messagerie instantanée certifiée par l’Anssi. Nous comptons aujourd’hui de nombreux utilisateurs dans les différents ministères.

Récemment WhatsApp a perdu des millions d’utilisateurs à cause du changement des règles utilisateurs, expliquant partager ses données avec son propriétaire Facebook. Est-ce une aubaine contre le Goliath américain ?

Cette décision a entraîné une réelle réflexion pour un nombre considérable d’utilisateurs, fatigués d’être traités comme de vulgaires produits. Un grand nombre d’entre eux ont ainsi découvert Olvid (nous avons connu une croissance du nombre de téléchargements supérieure à 5000 % en deux semaines). Et c’est bien normal puisque notre proposition est aux antipodes de celle de WhatsAPP : Facebook génère son revenu en exploitant les données personnelles de ses utilisateurs. Nous faisons exactement l’inverse : nous protégeons ces données de la manière la plus forte qui soit. Notre entreprise génère du revenu grâce à des options supplémentaires, payantes. A la différence des autres, nous affichons le prix. C’est simple, clair et honnête.

La donnée, ou data, est décrite comme l’or noir du XXIe siècle. Êtes-vous en train de percer un trou dans l’oléoduc géant des Gafam, en créant un écosystème technologique alternatif et indépendant ?

Je n’aime pas cet acronyme. (Les Gafam). Il laisse supposer que le business model de toutes ces entreprises est identique. En pratique, ce n’est pas le cas. On ne peut pas comparer les efforts faits par Apple en matière de vie privée et l’exploitation crapuleuse de ces données par un Facebook.

Thomas Baignères.

Nous pensons néanmoins qu’il est important de se doter d’outils réellement respectueux des utilisateurs, tant au niveau des individus que des entreprises. Si ‘est cela qu’on entend par écosystème indépendant, alors, oui, il faudra compter avec nous.

A-t-on l’espoir de voir d’autres entreprises françaises rejoindre cet écosystème ?

Certainement ! Les ingénieurs européens et français en particulier, sont mondialement reconnus. Nous avons le savoir-faire, le talent et la volonté. Mais pour être compétitif, il serai impensable de se passer de nos partenaires européens.

Une partie de vos applications est gratuite, une autre payante est destinée aux entreprises. Quels sont les grands axes de votre développement pour les mois à venir ?

En parallèle de fonctionnalités plutôt grand public (Gif animés, réactions aux messages, etc.) nous allons continuer à développer les fonctionnalités à destination des entreprises. En ce moment, nous travaillons au développement d’un fédérateur d’identités qui permettra de déployer Olvid très simplement au sein d’une entreprise, laquelle restera ainsi maître de ses annuaires et des identités numériques de ses utilisateurs. Il faut savoir que dans une grande entreprise, les fuites de données ne sont pas l’exclusivité du Comité de Direction. Au contraire les fuites interviennent à tous les niveaux. Pour que notre promesse soit respectée, nous devons faire notre possible pour qu’il soit facile de déployer Olvid auprès du plus grand nombre, et c’est e que permettra notre fédérateur d’identités.

Une messagerie sécurisée.

Mais ce n’est pas le seul sujet sur lequel nous travaillons ! Nous développons aussi des versions desktop d’Olvid, un système de visioconférence chiffré de bout en bout… Les idées ne manquent pas !

Le Spectacle du Monde – Trimestriel N°4 – Printemps 2021.

Développement personnel·Management·Pour un meilleur emploi

Syndrome de l’imposteur : un signe avant-coureur d’évolution ?

Le syndrome d’imposteur bloque-t-il votre potentiel créatif?

«Faire semblant jusqu’à ce que vous y parveniez» peut être le pire conseil. Voici comment regagner confiance et clarté dans votre carrière.

Les jumeaux du projet.

Notre société a depuis longtemps souligné le succès financier comme le summum de la réussite humaine. Comme nombre de nos systèmes et structures semblent maintenant s’effondrer, nous avons la possibilité de reconsidérer la façon dont nous définissons le succès pour nous-mêmes. Beaucoup d’entre nous ont commencé à se demander si le sentiment de syndrome d’imposteur est le résultat d’un sentiment de sous-qualification, ou tout simplement parce que notre travail ne correspond pas à nos compétences et à nos intérêts. Vous demandez peut-être si le travail que vous faites est celui que vous êtes censé faire. Bien que vous puissiez avoir un certain niveau de réussite dans votre carrière, ce succès peut sembler manquer de sens. Même si vous êtes en mesure de faire votre travail, vous pouvez toujours avoir l’impression de faire semblant.

La réponse de la société aux sentiments d’imposture a longtemps été d’encourager les individus à faire semblant jusqu’à ce qu’ils le fassent. La meilleure réponse pourrait être de faire une pause et de déterminer si vous faites semblant pour un travail que vous voulez vraiment, ou si vous faites semblant dans le but de vous inscrire dans un récit social qui encourage ce que vous «devriez» vouloir pour vous-même. Quand j’écris, fais de la peinture, ou réalise des œuvres d’art public, je ne fais jamais semblant. Lorsque mon ami suit sa passion pour la fabrication d’objets en bois à la main, il se sent profondément satisfait. Quand une autre amie sérigraphie des t-shirts activistes, elle se sent épanouie. Pour nous tous, ce sont des passe-temps ; nous avons peur d’en faire notre carrière à plein temps. Choisir de jouer des rôles plus créatifs nous obligerait à nous rebeller contre les normes sociales, au moins temporairement, normes que nous avons profondément absorbées à propos de la réussite financière et de la valeur personnelle.

Si vous vous trouvez dans une position similaire, il est peut-être temps de déterminer si vous effectuez effectivement le travail que vous êtes censé faire. Pour déterminer si vous êtes un imposteur, posez-vous la question suivante : si vous aviez toute la confiance du monde, seriez-vous toujours en conflit avec votre travail ? Si la réponse est oui, vous faites peut-être un mauvais travail. Nous avons discuté avec plusieurs créatifs, tous d’accord: le secret pour vivre une vie plus épanouissante est de se connecter plus étroitement à votre intuition et à vos valeurs. Si vous vous sentez comme un imposteur, vous l’êtes probablement. 

Si vous imposez, vous n’êtes pas seul.

Des recherches menées au milieu des années 90 ont révélé que le phénomène d’imposteur peut être projeté par des parents qui valorisent sélectivement certains aspects de leur enfant tout en sous-évaluant d’autres. Bien que cela ne soit pas abordé dans cette recherche, nous pouvons peut-être extrapoler qu’une société pourrait avoir le même impact sur les individus. Lorsque la société surévalue le succès économique et sous-évalue tout le reste, il y a dissonance entre ce que l’on nous dit de vouloir et ce que nous pouvons réellement vouloir. Un succès financier exorbitant n’est pas universellement significatif .

« Nous voyons souvent un succès modéré comme un échec parce que la société attribue tous les honneurs aux super-performants. »

C’est là que nous avons une défaillance systémique. Lorsque nous apprécions une seule vision du succès, tout le monde y travaille. En conséquence, les gens peuvent se retrouver dans des carrières ou des rôles lucratifs, mais qui manquent d’autres niveaux de sens personnel. Des sentiments d’imposteurs peuvent y émerger. Ces sentiments sont encore exacerbés lorsque nous examinons nos réalisations par rapport à d’autres dans notre domaine, note Richard Gardner, professeur adjoint à l’Université de Las Vegas au Nevada qui a mené de nouvelles recherches sur le sujet.. Nous considérons souvent un succès modéré comme un échec parce que la société plébiscite les éloges aux super-performants. Cette vision réductrice du succès limite la façon dont les gens comprennent à quoi peuvent ressembler des carrières réussies et peut les forcer à suivre un cheminement de carrière contre-intuitif : (lorsque nous choisissons une carrière en comptabilité plutôt qu’en peinture parce que nous ne pensons pas que cette dernière pourrait éventuellement payer les factures).

Une société qui encourage activement les individus à agir comme des imposteurs sur leur chemin vers la réussite professionnelle est brisée. Plutôt que de répondre aux sentiments individuels d’insécurité avec compassion, notre culture encourage les personnes souffrant à transformer leur peur en action. En conséquence, beaucoup sont invités à faire taire leur intuition et à aller de l’avant. Pourtant, ignorer l’intuition et aller de l’avant est un mauvais conseil.

Croyez aux possibilités, même si vous devez vous opposer aux normes.

«Je ne me suis jamais senti imposteur tant que les gens ne m’ont pas sollicité pour des choses qu’ils ne pensaient pas devoir faire», a déclaré Heron Preston, artiste, directeur créatif, designer et DJ affilié à la fois à son propre label et à la marque Off-White.. Il savait depuis son enfance qu’il allait concevoir des mondes de rêve. Son intuition l’a conduit à l’architecture, à la conception de t-shirts, la photographie, la mode, la musique, et peut-être à l’avenir, à son propre restaurant: «Quand j’étais jeune, l’idée même d’être un imposteur ne nous effleurait même pas. Il n’y avait ni frontières, ni garde-corps, ni boîtes ». « Lorsque les gens ne croient pas que quelque chose est possible, ils vont projeter cela sur vous, ce qui vous fait vous demander si vous faites la bonne chose. »

Preston n’a commencé à se sentir comme un imposteur que lorsque d’autres personnes ont commencé à placer des « boîtes » (catégories) autour de son travail. «Le malheur projeté sur les autres est ce qui fait obstacle. Les gens ne croient pas que quelque chose soit possible et ils le projettent sur vous, ce qui vous fait vous demander si vous faites la bonne chose. » Sa solution pour surmonter les sentiments de syndrome d’imposteur est simple : ignorez les « boîtes » et entourez-vous d’un bon système de soutien. «Je sors tout le temps de la boîte. Mes amis me soutiennent et je soutiens mes amis. Vous rencontrez des problèmes lorsque vous autorisez des perspectives extérieures qui ne correspondent pas à votre intuition. Ignorez les boîtes et entourez-vous d’un bon système de soutien. »

Le Dr Gardner confirme que la communauté est importante. Choisir à qui vous adresser pour obtenir des commentaires sur votre travail a une incidence sur la façon dont vous voyez vos capacités et vos réalisations. Dans ses recherches, il a constaté que lorsque les gens s’adressaient à leur groupe pour obtenir leurs commentaires, ils se sentaient souvent plus comme un imposteur. Cependant, lorsque les gens s’adressaient à un groupe extérieur, ils se sentaient moins comme un imposteur. Pour les créateurs, affirme-t-il, cela signifie s’adresser à diverses personnes pour obtenir des commentaires sur votre art. « Allez voir d’autres artistes pour des compétences techniques mais allez ailleurs pour l’estime de soi et la confiance. »

Apprenez à faire confiance à votre intuition 

Cela peut prendre du temps pour développer cette confiance en vous et en votre intuition. Sam Ewan, directeur général de l’agence d’innovation dotdotdash et spécialiste du marketing expérientiel de longue date, a déclaré qu’il conservait des fichiers de recherche sur tout et utilisait ces recherches pour affiner son intuition. Lorsqu’il réfléchit à sa carrière, il croit que son secret de la réussite est de bien connaître quelque chose, de renforcer sa confiance en ces connaissances et de faire confiance à son intuition pour le guider dans les bonnes idées, les moments créatifs et les opportunités de carrière.«Ne vous précipitez pas simplement parce que vous pensez que vous devriez. Allez-y quand vous savez que vous devriez. »

«Arrêtez de vous comparer aux autres et comprenez si vous aimez le travail que vous faites», ajoute-t-il. Sinon, vérifiez votre intuition, suivez votre curiosité et passez à la chose suivante. Lorsque vous vous sentez comme un imposteur, note-t-il, vous pourriez en être un, et ce n’est pas la fin du monde. Prenez du recul, demandez si c’est le bon travail pour vous et sinon, continuez . N’allez pas de l’avant simplement parce que vous pensez que vous devriez. Poussez quand vous savez que vous devriez.

Et, si vous ne faites toujours pas confiance à votre intuition, vous devrez peut-être simplement vous entraîner. « Découvrez ce que vous devez entendre et dites-le à vous-même et aux autres« , a déclaré Dona Sarkar, styliste et cadre technologique . «Quand je conseille à quelqu’un d’aller faire la chose et qu’ils le font, je me rends compte que ma voix intérieure est en fait juste. Je savais que j’avais raison à leur sujet – et à propos de moi aussi. »

L’intuition n’est pas immédiate.

David Schwarz, co-fondateur de HUSH, note qu’il a toujours habité deux mondes : les affaires et l’art. Parfois, il a l’impression que son équilibre entre les deux est un acte d’imposture, et pourtant il note que chevauchant les deux mondes est ce qui a le plus contribué à sa réussite professionnelle. «Il y a une schizophrénie de ces deux côtés. Il y a toujours une autre version de moi qui n’est pas dans le mix à un certain moment». «Mon intuition ne s’arrête pas toujours au vrai nord. Parfois, cela prend un certain temps pour résoudre ce problème de boussole. Ce n’est pas comme une direction cardinale. »

Pour David, l’interaction entre ses deux côtés est une longue méditation sur le chemin vers une pleine expression de soi, car il croit que ce qu’il est existe à l’intersection entre le commerce et le design. Il explique se retrouver à cette compréhension, uniquement par une croyance profonde en sa propre intuition . «J’utilise l’intuition plus que toute autre compétence jusqu’à présent dans ma carrière. J’ai suivi des choses qui semblaient justes à l’époque », a-t-il déclaré. «J’ai pris des décisions commerciales et d’importantes décisions de projet avec des données limitées, car elles se perçoivent bien.»

Cependant, affirme-t-il, vous ne savez pas toujours ce qui se perçoit bien, tout de suite : «Mon intuition ne s’arrête pas toujours au vrai nord. Parfois, cela prend un certain temps pour le résoudre. Ce n’est pas comme une direction cardinale. Mais c’est un nord magnétique et il finira par y arriver». Pour cette raison, il est enclin à changer d’avis et à réévaluer une décision à mesure qu’il recueille plus d’informations. Il pense que c’est essentiel : le plus grand écueil peut être de porter un jugement instantané. Parfois, « l’intuition nécessite plus de temps pour cuire, mais quand elle est cuite, vous pouvez être certain que c’est la bonne chose à faire. »

Prenez le temps d’écouter et d’exploiter votre intuition, et vous dépasserez tous les sentiments de syndrome d’imposteur. Repérez ces sentiments inconfortables, car ils peuvent stimuler la croissance si vous écoutez et faites le travail.  Plus de messages par Kristina Libby 

16 juin 2020 – Site Adobe 99U, la suite créative.

Kristina Libby est une écrivaine, une artiste et une directrice technologique vivant à New York.  

Développement personnel·Management·Recrutement & RH

Dix compétences humaines pour l’avenir du travail

Ces atouts fondamentaux sont essentiels non seulement pour créer et diriger des équipes efficaces, mais aussi pour prospérer dans un milieu de travail en constante évolution.

Illustration d’Irena Gajic

Par Shana Dressler 

Nous avons tous entendu comment nous devons nous exercer à être plus humains pour éviter de devenir des robots. Mais que diriez-vous de pratiquer l’humanité pour vous assurer de ne pas devenir des monstres?

1. État d’esprit d’empathie

L’empathie nous donne la capacité de nous mettre à la place des autres afin que nous puissions voir et ressentir de leur point de vue. C’est un état d’esprit et une approche globale de l’être – au travail et dans la vie.

2. Intelligence émotionnelle

Il s’agit principalement de soi : développer la conscience de soi, l’autogestion, la conscience sociale et la gestion des relations. Être conscient de la façon dont votre comportement affecte les autres est au cœur de l’intelligence émotionnelle.

Réfléchissez à ces questions : Quels types de comportements vous rendent fou ? Où et quand se manifeste votre anxiété ? Que faites-vous lorsque vous ne vous sentez pas entendu ? Comment vos ressentiments se manifestent ils dans les interactions avec les autres?

3. Communication efficace

Qu’est-ce qui empêche une bonne communication ? La Frustration, le manque de confiance, le stress et l’envie d’éviter les problèmes, qui se traduisent par des heures perdues sans fin. Il est important de partir d’un lieu d’écoute active et de considérer les principes suivants.

  • Écoute : La première étape de la compréhension consiste à poser des questions. Ensuite, faites une pause pour entendre comment votre collègue explique ce qu’il pense et ressent. En écoutant, vous gagnerez un contexte précieux pour savoir d’où viennent ces pensées et ces réactions.
  • Appréciation : montrer une appréciation sincère et célébrer les contributions des autres vous permet de montrer que vous les appréciez.( « Mille bravos, mille mercis »).
  • Conscience de soi : Pour ressentir ce que les autres ressentent, il faut aussi comprendre ses propres préjugés et ce que sont ses croyances limitantes.
  • Jugement : Lorsque les gens demandent conseil ou partagent un problème, ils ne recherchent pas votre critique. Considérez qu’ils ont peut-être déjà une réponse, que vous pouvez aider à démêler. Parfois, le fait de simplement reconnaître ce qu’ils ont dit est la meilleure première étape. 
  • Présence : avant les réunions, prenez un moment pour penser à ceux avec qui vous serez et à quoi ils ont affaire au travail – et dans la vie. Le temps est l’un de nos atouts les plus précieux, alors soyez pleinement là.
  • Intention : Sachez ce que vous voulez dire et soyez clair sur votre objectif. Aucun de nous n’est un lecteur d’esprit. 90% de la communication est non verbale alors assurez-vous que les mots que vous utilisez expriment avec précision le point que vous voulez faire valoir et que vous avez traité vos sentiments avant de parler.
  • Organisation : prenez le temps d’organiser vos pensées et de les exprimer de manière simple.
  • Cadrage : Le courage de dire ce qui vous préoccupe vraiment est important, mais n’oubliez pas que «je pense, je pense» est beaucoup plus efficace que de commencer par «vous», ce qui met les gens sur la défensive.
  • Affirmation : les gens comprennent-ils ce que vous dites? Demander si l’information a du sens peut révéler un problème potentiel. 

4. Un état d’esprit de croissance

« Devenir, c’est mieux qu’être. » – Carol Dweck,  Mindset : La nouvelle psychologie du succès

Une grande partie de ce que nous faisons est motivée par la peur, même au travail. Cette mentalité de peur favorise une culture anti-changement, même dans les entreprises «innovantes». Permettre une prise de risque calculée est essentiel pour le développement de nouveaux produits et des solutions innovantes. Plutôt que de stigmatiser l’échec, un état d’esprit de croissance le considère comme un élément nécessaire du progrès. Comme le souligne Carol Dweck, professeure de psychologie à l’Université de Stanford, trouver proactivement des résultats positifs malgré tous les défis contribue à renforcer la résilience. 

5. Curiosité + instigation

La curiosité fait naturellement partie de tout cycle créatif. Celui-ci ouvre la voie à une «réflexion sur les possibilités» plutôt qu’à un statu quo. L’instigation est une invitation à contester les solutions rapides, les solutions médiocres et la médiocrité. Commencez par embrasser l’inconfort et l’inconnu, laissez de la place pour des idées dissonantes, des opinions divergentes et des résultats apparemment improbables. Remettre en question des façons de penser et de travailler rigides permet à de nouvelles idées de se former. Permettez-vous de vivre des moments d’admiration et d’émerveillement, et apportez cette pratique à votre travail. Les grandes idées surgissent souvent lorsque l’esprit est calme et à l’aise.

6. Analyse stratégique et pensée analytique

Les gens sautent souvent dans la phase d’exécution juste après la découverte. L’étape manquante, l’analyse stratégique, garantit que les bonnes questions sont posées avant qu’une équipe ne passe à la résolution de problèmes. L’analyse stratégique aide à identifier les problèmes complexes en fournissant une vue de haut niveau sur le Web interconnecté de ce qui peut souvent sembler être des problèmes isolés. 

La pensée analytique permet aux gens de suspendre la prise de décision émotionnelle et de regarder plutôt logiquement des recherches et des tests fondés sur des preuves. Dans le cadre du processus analytique, on examine tout, de la cause à effet au pour et au contre à l’analyse coûts-avantages. C’est une erreur dans tout processus de développement de produit que l’analyse stratégique et la pensée analytique reposent sur les épaules d’une seule personne. Le projet le plus réussi nécessite que les solutions proviennent d’une équipe multidisciplinaire. 

7. Résolution de problèmes complexes

La résolution de problèmes complexes est plus efficace lorsque les membres d’une équipe regardent un descriptif de projet avec les yeux d’un stratège. Bien avant que des solutions ne soient proposées et qu’un temps important soit consacré, assurez-vous d’identifier le vrai problème avant de passer aux solutions. Afin de passer en mode de résolution de problèmes, vous devez comprendre le vrai problème à portée de main, identifier les défis sur le chemin, résister aux solutions simples, identifier les contraintes et les voies de la faisabilité et, surtout, vous assurer d’être ouvert à l’expérimentation. . 

8. Résolution des conflits

  • Il est inévitable qu’un conflit survienne dans une équipe à un moment ou à un autre. Elle survient le plus souvent lorsque les rôles ne sont pas clairement définis, il y a eu une rupture de communication, lorsque des hypothèses sont formulées et lorsque les flux de travail et les processus sont mal conçus. La plupart d’entre nous ont peu ou pas de formation pour exprimer des émotions négatives: frustration, blessure, indignation. Notre réaction par défaut est d’éviter l’inconfort, de faire comme si de rien n’était ou de devenir inconsciemment passif et/ou agressif. Laisser les conflits s’envenimer peut être extrêmement préjudiciable au moral et à la productivité. Parmi les compétences les plus efficaces à apprendre pour résoudre les conflits figurent la maîtrise de l’écoute profonde, de la médiation et de la facilitation. Donner aux gens le bénéfice du doute et diriger avec curiosité sont également des outils puissants. 

9. Négociation et persuasion

En plus de comprendre le point de vue d’autrui et d’être résilient, le travail exige que nous trouvions des moyens d’être efficaces. Cela nécessite négociation et persuasion. Cela ne vaut pas seulement pour l’équipe des ventes. Vous devez être clair sur ce que vous voulez et ce que vous êtes prêt à abandonner pour l’obtenir. 

Compte tenu de l’avenir du travail et de la croissance de l’économie de coalitions, de plus en plus de professionnels seront obligés de devenir plus entreprenants. Une partie de ce qui fait le succès d’un entrepreneur est la capacité de présenter et de vendre ses services, ce qui est le point de départ de la négociation et de la persuasion – non seulement pour les indépendants, mais aussi pour les employés internes.

10. Leadership

Un grand leader reconnaît que la confiance, la transparence, l’inclusivité et le respect sont des piliers essentiels sur lesquels se construit une culture d’entreprise dynamique. Ils comprennent qu’il ne suffit pas de construire une culture, il faut la protéger et la maintenir. Un grand leader doit également prendre des décisions difficiles et tenir chacun, y compris lui-même, responsable. 

En fin de compte, être adaptable aux changements qui se produisent sur le lieu de travail d’aujourd’hui consiste à mettre ces compétences humaines en pratique à la fois au niveau individuel et organisationnel. Bien que les compétences et les besoins techniques puissent changer, comprendre comment interagir et être plus humain au travail peut rester la seule constante. 

Cet extrait est issu de la masterclass DLW présentée à la conférence Adobe 99U en 2019.

Que faut-il en penser ? Bien sûr, ce n’est pas la première fois que nous parlons ici des « softskills » : l’approche nouvelle porte sur l’apport de ces compétences humaines en milieu créatif. Si vous voulez que votre entreprise, votre équipe ou même votre famille ou vos amis acceptent de « composer » ou de « jouer le jeu » avec vous, passez un peu de temps à relire ceci de temps en temps…

L’Ours.
Formation et professionnalisation·Management·Santé au travail

Arrêtez d’extrapoler vos perceptions.

Vous l’avez déjà entendu, mais sérieusement: ne sautez pas aux conclusions. Concentrez-vous davantage sur votre première impression et moins sur ce que tout «signifie».

Extrapolations1

 

Je parie que vous extrapolez tout le temps vos perceptions. Permettez-moi de vous donner quelques exemples et de vous dire si je me trompe.

  • « Les prix des logements continueront probablement d’augmenter. »
  • « Cette personne ne changera jamais. »
  • « Mon entreprise continuera de croître. »
  • « Je n’apprendrai jamais de mes erreurs. »
  • « Il ne m’aime pas. »

Nous avons souvent ce type de pensées plusieurs fois par jour. La racine de ce problème est notre jugement rapide.

Les humains sont des penseurs très rapides. Mais à quelle vitesse pensons-nous même?

Les scientifiques ont quantifié la vitesse de la lumière et du son, mais en ce qui concerne les pensées, ce n’est pas si facile à mesurer.

Les chercheurs qui ont fait des expériences avec la mesure de la vitesse de la pensée, ont trouvé ce qui suit: Les pensées peuvent être générées et traitées en 150 millisecondes.

Si c’est vraiment vrai, nous sommes plus rapides que le temps de chargement de Google. Le temps de chargement médian de Google.com sur mobile est actuellement de 600 ms.

I. Nous pensons vite

Mais cela ne signifie pas que nous devons donner suite à chaque pensée qui nous vient à l’esprit.

Avez-vous déjà essayé de mesurer le nombre de pensées aléatoires qui vous viennent à l’esprit? Faites simplement une expérience simple. Pour le reste de la journée, soyez conscient de vos pensées.

Ne donnez pas suite. Chaque fois que vous commencez à penser à des événements futurs ou à faire des films mentaux, comptez sur un post-it ou un petit morceau de papier.

Je l’ai fait un jour au bureau. Cela ressemblait à ceci :

 

Extrapolations2

23 pensées aléatoires qui sont sorties de nulle part. Et je ne serais pas surpris si j’avais 2300 pensées de plus dans mon subconscient.

Mais voici l’astuce: ne donnez pas suite à ces pensées. Parce que si vous le faites, votre esprit se transformera en chaos total.

Au lieu de faire toutes sortes de films mentaux, respectez toujours les premières impressions. Ne regardez que les impressions et ne pensez pas à ce que tout «signifie».

C’est un simple exercice stoïque que j’ai repris de  Méditations  de Marc Aurèle :

«Tenez-vous-en aux premières impressions. N’extrapolez pas. Et rien ne peut vous arriver. « 

C’est comme ça que vous restez toujours calme. Mais s’en tenir aux premières impressions est très difficile car nous sommes tous impatients. Nous sommes tellement impatients que nous faisons immédiatement des jugements après nos premières impressions. Peux tu croire ça?

«Elle n’a pas répondu à mon texte. Elle ne m’aime plus. »

Supposons que vous portiez un jugement rapide comme celui-là – ou quelque chose de similaire. Admettez-le, nous le faisons tous! Mais regardons ce que cela signifie.

Donc, quelqu’un ne vous répond pas tout de suite. D’accord. Ce n’est que votre impression – rien de plus, rien de moins.

Vous saisissez ? La première impression est que vous n’avez pas reçu de réponse. Ce n’est pas ça: «Pourquoi n’ai-je rien reçu en retour? Elle ne se soucie probablement pas de moi. D’autres choses sont plus importantes pour elle. »

Deux heures plus tard, vous obtenez une réponse. Et qu’avez-vous fait pendant ces deux heures?

Exact, vous vous êtes rongé.(e) de l’intérieur. Ça ne vaut pas le coup.

II. Tracez votre propre voie – toujours.

Si vous voulez arrêter d’extrapoler, vous devez être plus stoïque. Regarder les choses pour ce qu’elles sont n’est pas si simple. C’est Ryan Holiday, celui  qui a étudié le stoïcisme et écrit The Obstacle Is The Way ,  qui le dit le mieux:

« Il faut de l’habileté et de la discipline pour repousser les parasites des mauvaises perceptions, pour séparer les signaux fiables des signaux trompeurs, pour filtrer les préjugés, les attentes et la peur. »

Un conflit au travail. Un plongeon dans vos ventes. Un désaccord avec votre conjoint.

Regardez les choses pour ce qu’elles sont. Que contrôlez-vous?  Y a-t-il quelque chose que vous pouvez faire maintenant ? Pouvez-vous améliorer la situation? Alors faites-le. Et appliquez-vous à bien faire le travail.

Si vous ne pouvez pas – faites autre chose.

Ayez différentes choses dans votre vie auxquelles vous pouvez accorder votre attention. Par exemple:

  • Apprenez toujours une nouvelle compétence.
  • Faites de l’exercice tous les jours.
  • Travaillez sur vos objectifs.

Le fait est que vous voulez être très clair sur ce que vous faites dans votre vie, à tout moment. Si je vous demande, « que faites-vous? » Vous devriez avoir une réponse claire.

«Je me détends», pourriez-vous dire.

Parfait. Vous faites votre propre truc. Vous n’êtes pas esclave de vos pensées ou des actions des autres.

C’est votre vie. Tant que vous ne vous faites pas de mal ou ne faites pas de mal aux autres, vous pouvez faire ce que vous voulez!

Arrêtez juste de penser à ce que tout signifie et commencez à regarder les choses pour ce qu’elles sont.


Cet article a été initialement publié sur le site de Darius Foroux et est republié ici avec autorisation.

Développement personnel·Management

Le brainstorming comme équilibre.

Des idées créatives peuvent émerger de l’opposition entre la stimulation et le calme, la connectivité et l’isolement. 

Brainstorming

Par Laura Entis Illustration par Giacomo Bagnara

Écrivain indépendant qui a récemment publié un livre sur l’honnêteté, Judi Ketteler mène une vie bien remplie. Ses journées sont consacrées à engager – avec sa famille, un grand cercle social animé et les personnes dynamiques qu’elle interviewe pour le travail – des interactions qui l’exposent à un flux constant de nouvelles informations.

Les percées arrivent généralement pendant les heures précieuses de son emploi du temps au cours desquelles elle est seule, sans lien du monde extérieur à sa propre tête. «Je cours, c’est à ce moment que je pense à 90% de mes idées», dit-elle. 

Les derniers kilomètres de ces courses sont une course contre la mémoire ; elle est stimulée par la peur d’oublier quelque chose de vraiment bien. Dès qu’elle rentre à la maison, elle écrit tout sur des bouts de papier et un crayon – sélectionnés pour leur capacité à «transpirer» – avant de se doucher. Plus tard, elle transférera tout cela dans son agenda. 

La course à pied n’est, bien sûr, qu’une méthode pour dénicher de nouvelles idées et lignes directrices ; il existe un nombre vertigineux de façons de réfléchir. Cependant, décortiquez les détails de toute stratégie unique et vous trouverez probablement le même fondement : une interaction entre la stimulation et la quiétude. 

L’Universitaire oppose.

Les universitaires divisent la résolution de problèmes et la génération d’idées en deux camps généraux: le travail individuel et la collaboration. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Sans contrainte de jugement et de pensée de groupe, le fait que les employés travaillent séparément puis mettent en commun leurs solutions se traduit généralement par plus de créativité et d’options. Mais le travail en solo peut également être truffé d’angles morts – sans le filet de sécurité d’une variété de perspectives, il est facile de descendre dans des trous de lapin improductifs.

La collaboration, quant à elle, permet «une division du travail plus efficace», explique Ethan Bernstein, professeur agrégé à la Harvard Business School. Travaillant en groupe, «nous profitons des expériences des autres et pouvons obtenir une meilleure réponse plus rapidement», une aubaine particulière dans un monde complexe qui nécessite plusieurs niveaux d’expertise. Mais la collaboration peut conduire à la conformité ; lorsque les membres du groupe sont en dialogue constant, le nombre d’idées uniques diminue et le consensus est souvent atteint plus tôt qu’il ne devrait l’être, dit Bernstein.

Mais le pendule professionnel est passé du travail individuel à une connectivité constante.

Au cours des dernières décennies, alors que les outils de communication en temps réel ont évolué et que les smartphones nous permettent de ne jamais nous déconnecter, le pendule professionnel s’est éloigné du travail individuel vers une connectivité constante. « Peut-être que nous trouvons du temps dans la voiture silencieuse pour débrancher et cela fait vraiment du bien », dit Bernstein. « Mais ces moments sont moins nombreux et plus éloignés. »

Les recherches de Bernstein suggèrent qu’il est possible d’exploiter «le meilleur des deux mondes» grâce à un processus qu’il appelle «collaboration intermittente». Dans une série d’études, les chercheurs ont divisé les participants en groupes chargés de résoudre un problème dans l’une des trois conditions suivantes :

1) chaque membre du groupe travaillait dans un isolement complet.

2) les membres collaboraient en continu.

3) les membres interagissaient par intermittence.

Les groupes de la première catégorie ont produit le plus grand nombre de solutions uniques, bien que la qualité moyenne de chaque idée individuelle soit faible. Les groupes de la deuxième catégorie ont produit moins de solutions, mais ont maintenu une moyenne unitaire plus élevée. Bernstein et ses co-auteurs ont écrit  Les Groupes de la troisième catégorie ont su «préserver suffisamment  d’ isolement a pour trouver les meilleures solutions au moins aussi souvent que les groupes sans interaction, mais aussi une collaboration suffisante pour maintenir une qualité moyenne équivalente élevée de la solution par rapport aux groupes avec une interaction constante ».

Au lieu de se ruiner les unes les autres, les périodes de concentration individuelle entrecoupées de phases de collaboration intermittente se sont servi de compléments, créant un rythme propice aux percées.

Pour les managers et les équipes, la leçon à retenir est claire: une structure qui permet des périodes de collaboration et des périodes de travail individuel ininterrompu peut stimuler la créativité et la productivité.

Une structure qui permet des périodes de collaboration et des périodes de travail individuel ininterrompu peut stimuler la créativité et la productivité.

Pour les particuliers, il existe également des perspectives potentielles. À travers l’objectif de cette recherche, la stratégie de surcharge d’informations, dans laquelle Judi Ketteler,  absorbe un flot de données sensorielles suivies d’étirements réguliers de solitude, ressemble à une version personnelle de la collaboration intermittente.

Lorsqu’elles sont examinées de près, de nombreuses techniques de remue-méninges exploitent une certaine version de la collaboration intermittente, ou peut-être plus précisément, la stimulation intermittente. Le designer et auteur Kelli Anderson trouve l’inspiration dans toutes sortes d’endroits : conversations avec des amis, exposition à de nouvelles textures et matériaux, interactions sur les réseaux sociaux. «Il ne faut pas beaucoup d’étincelle pour allumer une idée ou une direction», dit-elle.

Elle recherche activement des contributions diverses, conservant son flux Twitter pour s’étendre au-delà de sa bulle professionnelle. Outre d’autres designers et artistes, Kelli Anderson suit des bibliothécaires, des historiens du graphisme, des galeries d’art universitaires, des magasins spécialisés (comme le Cabinet Magazine ) et des gens qui, en général, «défient mes goûts et sont un peu décalés… vous Je ne sais jamais vraiment ce qu’ils vont publier». Parce qu’une grande partie de son travail est interactive, elle a également commencé à suivre des magiciens, ainsi que les personnes responsables de la planification des expositions à l’Exploratorium et aux musées des sciences.

Quand elle tombe sur quelque chose qui incite à une forte réaction, elle en prend note pour plus tard utiliser le système de conception numérique Dropmark, un bon outil « pour élaborer des idées à moitié cuites et publier des choses qui, selon vous, pourraient mener quelque part ».

Il ne faut pas beaucoup d’étincelle pour allumer une idée ou une direction.

Quelle que soit la source d’inspiration, «j’essaie de ne pas trop l’analyser», dit-elle. «Pour être artiste et designer, il faut faire confiance à ces sentiments. C’est une chose pure. »Plus tard, lorsqu’elle aura du temps seule, sans lien avec les influences extérieures, elle développera sa réponse, explorant de nouvelles portes et projetant l’étincelle qui pourra s’épanouir ou faire long feu.

Brainstorming2

Un processus similaire se produit lors des longues courses du dimanche de Judi Ketteler, tronçons réservés à la pensée non structurée. «C’est un moment où je ne suis pas connectée. Personne ne peut me joindre », dit-elle. C’est aussi un moment où les tissus conjonctifs entre des sujets apparemment sans rapport émergent du chaos et se rendent visibles, prêts à être explorés.

L’Ours.

L_Ours_n