L'éditorial·Optimisme·Technétronique

Plaidoyer pour l’industrie.

Trouvé vendredi dernier dans le « Courrier des Lecteurs » de Ouest-France, à la rubrique Économie, ce plaidoyer, qui j’en suis sûr, vous parlera autant qu’à moi : « L’industrie est une chance pour l’humanité. les jeunes doivent découvrir un domaine où le plaisir de réaliser est possible, valorisant. La culture de la créativité de biens matériels est trop peu encouragée ».

« le 4 Février, cinquante experts de « premier plan » ont abordé un thème qui n’aurait jamais dû se présenter, à savoir, celui de la réindustrialisation de la France, s’ils n’avaient eux-mêmes, lorsqu’ils étaient « aux manettes », pour la plupart, engendré la casse de nos outils de production, et en parallèle dévalorisé les enseignements scientifiques et techniques.

Un processus industriel complexe.

Le « Courrier des Lecteurs » a, en quelques circonstances, diffusé quelques « coups de gueule » pour dénoncer ce gâchis, engendrés parfois par un virus dévastateur, né de la finance, alors que celle-ci aurait dû mieux accompagner le développement de la production durable et responsable.

Le « mépris » du secteur industriel a accentué cette dégradation, sans doute irréversible, nos concurrents ayant les compétences et les moyens suffisants pour progresser, dotés de savoir-faire que nous avons distribués généreusement.

Il serait intéressant de connaître les formations suivies par les enfants et petits-enfants des experts. On peut supposer qu’ils ont encouragé l’accès aux voies autres que celles de l’industrie, ce qui m’amène depuis des décennies, à clamer cette formule : « Le technique, c’est bien pour les enfants des autres »!

Quant à l’orientation des filles !

La pandémie en cours exclut la découverte de l’entreprise, élément de formation qui permettrait au collégien de construire son projet d’orientation, lors des stages, de vivre l’entreprise « en vraie grandeur », afin de déterminer son choix d’activités futures. Cette situation est dommageable, peu facile à remplacer par du virtuel sur Internet. « Contaminé » par le virus de la miniaturisation appliquée aux mécanismes, depuis les années 1980, lorsque j’ai créé, avec des complices, les sections micromécaniques au Lycée de Morlaix.

Je suis admiratif des progrès que ces techniques nouvelles, mécatroniques, ont apportés au domaine médical. Je suis aussi épaté par les capacités de la production industrielle de vaccins.

Les images de la télévision qui montrent les flacons de vaccins qui « dansent » sur le tapis de convoyage des chaînes de fabrication, pour nous apporter la délivrance, m’émeuvent, car derrière, je sais qu’il y a l’apport dans l’ombre, des techniciens de la productique qui ne sont pas évoqués, et qui seront pourtant, aussi, des héros, comme les personnels médicaux, (chercheurs, soignants…)

Ces réflexions ont pour but de recommander à tous, jeunes et moins jeunes, de regarder l’industrie comme une chance pour l’humanité, où le plaisir de réaliser est possible, valorisant.

Vaccins qui dansent.

La culture de la créativité de biens matériels est trop peu encouragée dans notre pays. Il faut la faire émerger au plus tôt par du concret, du palpable, par des exemples comme ces vaccins, non par des discours, des promesses.

Jean-Pierre Le Coq (Ille-et-Vilaine).

Actualités & News·L'éditorial

Assemblée Générale 2020 : ça vient !

Mais qui sont les lecteurs de BCN ?

Vous aviez déjà reçu le Rapport financier de Danièle, témoignant de son professionnalisme et de sa rigueur. Voici aujourd’hui le Rapport d’activités, qui couvre le secrétariat, l’animation et la formation. Il nous restera à proposer avant la fin février le Rapport Moral, encore appelé Rapport d’Orientations, réalisé par Christine. Ainsi, nous serons en mesure de disposer des 3 documents indispensables pour une délibération valide. Le document essentiel est le quitus délivré à la Trésorière, qui ouvrira la voie à une nouvelle gestion. Ensuite, nous vous présenterons l’équipe candidate à vos suffrages, selon notre composition habituelle en 3 binômes. Et ensuite, mise en place des élus et des Plans d’Action pour 2021.

RAPPORT D’ACTIVITE.

L’année 2020 démarre sur les chapeaux de roue avec les propositions d’Hélène , élue Secrétaire-Adjointe,  dans les domaines des fiches « Marketing » et de la stratégie de présence personnelle sur les réseaux sociaux, en particulier LinkedIn. Grâce à la Subvention accordée par la Ville, nous parvenons à recruter par l’intermédiaire de la ligue de l’Enseignement Yannis en tant que Volontaire de Service Civique.

Yannis participe à toutes les formations proposées par BCN, qu’il s’agisse des ateliers « Carrédas » animés par Hélène notre Secrétaire-adjointe, aux Modules Action Emplois Compétences, auxquels Hélène Thomas a apporté sa composante psychologique. (Sans le confinement, ce sont 40 semaines à raison d’1 h 30 par semaine, qui avaient été planifiées).

Durant  toute l’année, les formations AEC se sont succédé au rythme des plénières : une par mois, en atelier. En parallèle, simulations d’entretien d’embauche, formations « sur mesure » pour régir au plus vite aux insuffisances identifiées. Pour autant, si nous respectons la « pédagogie »  cela ne veut pas dire que nous « récitons » les contenus d’AEC. Toutes nos améliorations, tous nos apports portent désormais le double label. Ainsi les 2 associations se renvoient la balle, ce qui est une bonne manière de respecter l’esprit du partenariat.

Et puis est arrivé le confinement : les Journées APEC, le Salon du Bien Vieillir, les Journées Garanties Jeune de la Maison Familiale de Beaune ont eu à en souffrir suite… Avec Gilles, Xavier et Françoise, nous avons réalisé 6 sessions soit une quarantaine d’entretiens.

La formation Evolve était certainement l’opération de « trop » dans ce nouveau contexte, puisque  le confinement  les a transformées en session de visioconférence, avec un bilan final limité à 10 personnes à la MDA. Nathalie puis Yannis ont contribué à maintenir les sessions AEC jusqu’à début Juillet. Nous sommes toujours propriétaires des contenus et du copyright et ce point devra donc être examiné.

Les réunions plénières et les ateliers ont également fonctionné jusqu’à l’été. Hélène a proposé lors d’une réunion de bureau de réaliser un Plan de Communication issu de la Formation Evolve (modèle joint), dont personne n’a souhaité s’emparer compte tenu du contexte : charge de travail importante, eu égard aux 5 personnes ayant suivi la formation, et 4 acteurs experts déjà sollicités par ailleurs.

·       LA LIGNE EDITORIALE DE BCN SUR LINKEDIN ET SUPPORTS COMM- 2020 – 2è semestre

C’est la programmation arrêtée par le bureau des choix de publication durant l’année. Elle est liée à la feuille de route que l’on se donne.

  • Se donner un objectif : Assurer la visibilité de BCN / Mettre en avant une expertise / Conversationnel, créer de l’interactivité pour BCN et ses membres
  • Équilibrer dans le temps les contenus entre les différentes cibles : membres (de l’année, les anciens, les prospects) – les recruteurs – les partenaires
  • Proposer des types de contenu variés et adaptés :  
    • Relayer nos réactions aux Posts des membres (donner son point de vue par un texte court), remercier,  recommander,…
    • Relayer des articles de feedly  

Il s’avère que ce projet très ambitieux n’a pas rencontré de volontaires, et que la charge d’animation supplémentaire qu’elle représentait avait déjà  valu réticences et  corrections  du Règlement Intérieur. Pourquoi ?  La priorité des adhérents de BCN porte sur la recherche d’emploi. Dès lors, les autres bénévoles doivent consacrer leur action, à la préparation, l’encadrement  des chercheurs. Trop lourd, le plan proposé n’a pas trouvé de porteur bénévole. Ce n’est pas la première fois, puisque déjà l’an dernier nous avions buté sur la même difficulté, le cumul des charges de l’animateur-webmaster. La nouvelle solution « Commission d’Animation » n’a pas davantage permis de résoudre le problème du manque de bras.

Article 4 – Fonctionnement des instances de décision.

L’instance de décision de l’Association BCN est le Conseil d’Administration, qui se réunit 2 fois par mois. Au sein de celui-ci, une équipe permanente, composée de :

  • Un Président et un Vice-président,
  • Un Trésorier et un Trésorier adjoint,
  • Un Secrétaire et un Secrétaire- adjoint,

La composition en binômes du Conseil d’Administration  répond au souci de garantir la continuité des fonctions définies à l’article 12 des Statuts. Le rôle d’animateur référent du site et du blog, (Webmaster), est placé à titre permanent au sein du Secrétariat,  afin  de coordonner  toutes les formes de supports internes et externes, et de valoriser le potentiel des membres de BCN au sein de la commission de la communication.

Pourquoi ces modifications ? 1°) il apparaît clairement que le rôle d’animateur est devenu une charge prioritaire, et la fiction du rôle tournant tous les 4 mois ne fonctionne pas depuis 2014.

D’où la proposition de créer une commission « Communication », dont le rôle,  afin  de coordonner  toutes les formes de supports internes et externes, et de valoriser le potentiel des membres de BCN au sein de la commission de la communication.

Actions nouvelles 2020.

Hélène N. nous avait parlé de l’Association « 60.000 Rebonds » dont elle est membre : il s’agit d’anciens entrepreneurs, qui ont rencontré des difficultés, et se trouvent face à une interrogation : retour au salariat, ou à l’entreprenariat ? Dès que la MDA l’acceptera, nous aborderons avec Hélène l’opportunité de les inviter lors d’une prochaine plénière en physique.

De nouvelles actions externes ont marqué le dernier quadrimestre :

  • 18 Septembre de 09 h 30 à 12 h 30 : répétition de la conférence « Risques climatiques » par Jérôme. Une demande de subvention FCT sera réalisée à compter du 18/09.
  • Visio Groupe Marketing-Storytelling 18 septembre à 16 H.  Valoriser grâce à ces outils les compétences de nos candidats.
  • 22 septembre : Pôle Emploi Quétigny Mission Cadres – 22/09 18 heures : Plénière BCN, l’ordre du jour se précise, trois  intervenants ont été sollicités : Cédric Perrier, (CCI) – Lydie Neves, (Conduite de Projet Mairie de Chenôve), et Jef Canzano (ancien membre, coach).
  • 24 Septembre : pour information AT souligne qu’il est invité à titre d’ancien Président du PIMM’s de Dijon, à son 10e anniversaire, et qu’il a souhaité y être accompagné par Françoise.
  • 6 Octobre : Présentation de BCN au Rotary Club « le Téméraire » de Dijon Clémenceau.

Bilan d’Activité.

Au final, le suivi des cotisations 2020 fait état d’un total de 36 adhérents (2 cotisations seront reversées sur 2021). Une légère progression donc.  Mais en termes d’activité, 11 réunions  plénières,  des ateliers –découverte  hebdomadaires  depuis le mois de septembre, animés par Nathalie, Anastasia, Saïd ont révélé une année très active !

A cela, il convient d’ajouter les 3 conférences « Risques climatiques » animées par Jérôme, les Ateliers Garantie-Jeune  de la Mission Locale Rurale de Beaune, les interventions Maison de l’Emploi de Quétigny et Rotary-Club Le Téméraire et 20e anniversaire du PImm’s de DIJON.

Nous ne pouvons tous que regretter l’environnement sanitaire qui a provoqué l’annulation de toutes nos sorties.

La Communication.

Analyse des différentes audiences de nos réseaux :

  •   Page Facebook : 159 personnes « aiment la page ». En régression.
  •   Groupe « Amis de BCN » : 45 membres. En progression.
  •   Wordpress : 91 abonnés. Donne également accès à Twitter.

–  Linkedin : L’effort demandé lors de la formation Evolve ne donne que peu de résultats : les pages de Personal Branding (stratégie Individuelle) sont rarissimes, la Page « membres de Collaborative Network » ne fonctionne qu’à sens unique. Sur  la page Facebook, seuls les articles « professionnels » génèrent  des interactions  fortes. ce qui  tend à montrer  que quand on s’écarte  du thème, on perd du temps.

Stratégie éditoriale  – Impact

WordPress : l’audience  est  de  3 fois  environ le nombre des  adhérents, (91 abonnés)  auxquels s’ajoutent les 25 abonnés Twitter. Autre approche : les 8379 pages vues de 2020 correspondent aux 108 articles publiés dans l’année : ces articles sont consacrés aux événements BCN : plénières – rencontres – activités – événements. Ils soulignent également les succès des membres, ainsi que toutes leurs initiatives en rapport avec l’emploi. Si nous n’avions qu’un seul support et que tous nos abonnés lisent « tout », cela donnerait une audience captive de 10.500 pages vues : donc, tous nos thèmes n’intéressent pas tout le monde, et les congés existent ! En revanche, les adhésions nouvelles éclairent davantage sur notre communication : 5 venant directement des Maisons de l’Emploi (Cadres) 3 de l’APEC, 4 via le WordPress.

BCN s’adresse donc à ses membres  en moyenne 9 fois par mois,  2 fois par semaine, dont un compte-rendu de plénière. En revanche, après un bon départ, nous avons totalement réduit la voilure sur Facebook, (3243 pages vues versus 8686 en 2019). Cela en raison du constat du manque croissant d’intérêt de cette cible pour un contenu professionnel, et  reportant nos efforts sur le groupe privé « Les amis de Bourgogne Collaborative network » plus pratique, direct et réactif. Ce groupe privé compte 45 abonnés, et une audience moyenne de 20 personnes.

Linkedin : stabilisée à 49 abonnés pendant plusieurs mois,  la page Linkedin de BCN est passée à 76, puis 95. En revanche, le lien vers BCN  « salarié » et entreprise se fait mal : pourquoi n’affichons-nous que 5 salariés, alors que cela pourrait un outil intéressant de diffusion ?  D’autre part le groupe LinkedIn proposé en atelier Découverte est en place bégaie, et ne propose pas d’outil d’audience.

Conclusion : En l’absence de Webmaster pour 2021, il ne sera pas possible d’entretenir tous ces supports. A titre indicatif, j’ai accepté cette mission en Mars 2014. La plupart de mes articles pour BCN sont encore sur Twitter. (Il y en a près de 500…) De plus, tant que nous serons contraints à n’effectuer que des réunions visio, la meilleure solution semble clairement d’avoir recours à la pratique du Drive, qui permet de diffuser des comptes-rendus complets en format mp4 (archive Image et son).  

Tout est en boîte !
L'éditorial

Éditorial : Changeons de voie.

Dans son dernier livre « Changeons de voie – les leçons du coronavirus » Éditions Denoël, Edgar Morin, le philosophe et sociologue, fort d’un siècle d’existence vouée à la pensée, nous livre ses réflexions sur la pandémie. Et sur le monde à construire.

Question MAIF: Pourquoi cette urgence à écrire ce livre ?

Réponse : J’ai saisi la possibilité de réfléchir ce que l’on pourrait faire après, en tirant les leçons politiques et humaines de cette pandémie. Je pressentais que la crise se métamorphoserait au cours des mois suivants avec son lot de nouvelles incertitudes.

Question MAIF: Comment convertir notre stupeur en pensée et en actions ?

Réponse : Ceux qui ont cette énergie doivent la transmettre. Ces idées restent certes minoritaires et incomprises, mais un jour, les conditions seront favorables et elles pourront se répondre. Si l’on ne peut pas être maître de ces conditions, on peut tout de même y contribuer. En attendant, il faut témoigner.

Question MAIF: Pensiez – vous devoir affronter un tel cataclysme ?

Réponse : J’ai bien sûr été surpris, comme tout le monde. Mais je pense qu’il faut s’installer dans l’aventure. Tout est aventure, notre vie, la vie de l’humanité. Il faut en prendre conscience au lieu de penser que tout est stable. Il faut apprendre à vivre avec ce sentiment de changement permanent.

Question MAIF: Cette tragédie vous conforte-t-elle dans vos convictions ?

Réponse : Je vois un nouvel élan pour les choses auxquelles je crois. Bien sûr, je sais que cet élan peut être écrasé par des forces plus puissantes. On n’est pas les maîtres du futur, mais il faut prendre parti et continuer à oeuvrer pour que la balance penche du coté des forces de la vie, de la coopération et de la solidarité.

Question MAIF: Vous reconnaissez-vous dans le mouvement mutualiste ?

Réponse : Je pense même que c’est l’avenir. Car il va dans le sens d’une économie guidée par l’intérêt commun et non par la recherche obsessionnelle du profit. Cela ne peut qu’être favorisé par la prise de conscience de tout ce qui nous est arrivé. En France, localement, le bouillonnement des mouvements d’entraide à caractère coopératif est certes nécessaire, mais insuffisant.

Question MAIF: La MAIF est devenue une entreprise à mission : ce modèle est-il assez puissant pour convaincre ?

Réponse : Dès que vous avez un exemple fécond, il a valeur de contagion, je pense que la MAIF est aujourd’hui exemplaire et que son exemple devrait rayonner et aller dans le sens du développement mutualiste et coopératif.

Mon commentaire : A chacun, l’âge venu, la découverte ou l’ignorance… Cet extrait, en forme de voeu collectif, que je vous laisserai rechercher, renvoie à l’accomplissement de soi, à l’implication, mais aussi à notre vision du monde. Soyez fiers demain, de pouvoir dire : « J’étais là ! »

L’Ours.
L'éditorial

Bonne année !

Simple et apaisée, je vous la souhaite belle et heureuse ! Chers membres et sympathisants de BCN, voici un moment inédit pour notre (votre) association : au cours des années précédentes, ce rendez-vous était celui où nous relations les débats et décisions de l’Assemblée Générale de décembre. Carton d’audimat… sur le blog, le support de notre communication interne.

Carte postale de Bretagne : le Phare de Tévennec.

Alors, que pouvons-nous en dire d’ores et déjà, de cette nouvelle année pour BCN ?

Traditionnellement, il est de bon ton de souligner les éléments de continuité, puis d’évoquer les perspectives, opportunités et espérances de changement qui s’offrent à nous :

Continuité : avec 40 adhérents enregistrés, l’association poursuit son développement « tranquille », mais régulier. A la même époque, nous étions 33 il y a un an. Désormais, le challenge consistant à renouveler annuellement la moitié de notre effectif est clairement identifié ! En 2020, cette vingtaine de nouveaux membres est le résultat de plusieurs sources : les partenariats avec l’APEC et Pôle Emploi, le blog et enfin l’action personnelle de recommandation de chacun d’entre vous. C’est un excellent résultat, car nous n’avions à notre disposition aucun des leviers sur lesquels nous avions compté : Salon du Bien Vieillir, Grand Déj’, Journée des Nouveaux Arrivants. En analysant l’activité 2020, force est de constater que nous avons été plus actifs que jamais ! Les modules AEC, Carrédas et Evolve ont fonctionné à plein durant tout le premier semestre. Depuis Octobre, le relais a été pris par le Groupe Découverte 2021, qui réunit un vivier extrêmement énergique ! Enfin, le partenariat initié en 2020 avec la Maison Familiale Rurale de Beaune, nous a permis de développer notre pratique de l’entretien d’embauche sous forme d’exploration « transverse » : 11 entretiens ont conclu l’année le 23 décembre, une cinquantaine en tout pour 2020, en une demi-douzaine de sessions.

Changement ? Le Blog WordPress a fait l’objet de critiques : mal ciblé, très généraliste, épars… il a « gâché la communication », mais continue néanmoins à produire son office : une dizaine d’adhésions spontanées, des sympathisants sur 3 continents, et 8379 pages vues. A ce jour, 107 abonnés ont accès à chacune de nos publications, 2,5 fois plus que nos adhérents : normal ! Nos sympathisants conservent et conserveront ce lien avec nous, autant que cela sera possible. Mais cela n’interdit nullement de faire évoluer la formule éditoriale : nous avons commencé à discuter de nouveaux « plans » avec WordPress, ce qui est facilité par les chiffres d’audience ci-dessus.

Deux changements sont désormais acquis : le premier concerne l’organe de gestion, alias le Bureau : une équipe renouvelée de six, voire plus administrateurs se présentera à vos suffrages lors de l’Assemblée Générale. Il reste encore à déterminer les porteurs de projet « temporaires » ou encore « ad hoc » c’est-à-dire dédiés à une action délimitée par son objet et son calendrier. Quant à la date de cette AG, elle doit réunir deux conditions : un couvre-feu à 20 heures minimum (OK), la possibilité de se réunir à 20 personnes au moins (Ko), le quorum qui tient compte du chiffre définitif des adhérents 2020.

Enfin, « last but not least », nous sommes attentifs à une sollicitation de l’Université de Bourgogne, elle-même convergente avec celle de l’Afpa de Quétigny, qui consiste à exercer une action d’accompagnement de jeunes diplômés, chercheurs de stages, apprenants en quête d’insertion. Voici une ligne directrice de notre future action : accompagnateur d’insertion, une activité de notoriété de nature à favoriser les candidats à l’ESS, bien conforme à notre mantra : « Je donne, je reçois ».

Rendez-vous à tout le groupe Découverte 2021 le Jeudi 14 janvier à 18 Heures, et d’ici là …

Bonne Année !
Actualités & News·L'éditorial·Société

Éditorial : « Nous avons besoin de douceur » par Patrick Pelloux, président de l’Association des Médecins urgentistes de France.

Pour le médiatique urgentiste et ancien chroniqueur de « Charlie Hebdo », qui sort un nouveau livre ce mois-ci, il faut tout faire pour sauver le vivre ensemble à la française, lutter pour réhabiliter le système de soin et mettre de l’ordre sans attendre sur les réseaux sociaux.

« Urgences de vivre », son nouvel ouvrage.

L’entretien du Dimanche : Vous sortez un nouveau livre « Urgences de Vivre », quel est le sens de ce titre ?

C’est un livre prêt depuis 3 ans qui correspondait à un best off des chroniques que j’ai écrites dans Charlie Hebdo de 2004 à 2016. Elles sont plutôt optimistes et bienveillantes, ce dont notre pays a besoin dans cette phase de son histoire. La France est en très très grande souffrance, confrontée aux urgences sanitaires, économiques, sociales, de bien-être, de convivialité, et de vivre ensemble… tout simplement.

L’entretien du Dimanche :Depuis 2004, votre regard sur la société a-t-il changé ?

J’avais commencé à écrire dans Charlie Hebdo après le drame de la canicule de 2003. Il m’était alors apparu que la société vivait une fracture avec le monde des personnes âgées. Sous le sceau du progrès, nous engendrions des fractures que nous n’imaginions même pas ou alors que l’on ne veut pas voir. La société s’est dégradée sur le vivre ensemble, elle a creusé ses inégalités auxquelles s’est greffé le retour en force du communautarisme. Nous n’avons pas à l’heure actuelle, à gauche comme à droite, de grandeur politique qui propose des solutions pour se sortir de tous nos maux.

L’entretien du Dimanche : Vous êtes aussi très remonté contre les réseaux sociaux…

Moi, je les appelle les réseaux a-sociaux. Ils font des dégâts considérables et leurs propres créateurs se demandent s’ils n’ont pas engendré un monstre vecteur de désinformation. Le rôle du journalistes est de démonter tout cela, de dire la vérité. Et au législateur de mieux réguler ces réseaux.

L’entretien du Dimanche : Vous êtes l’auteur d’un livre-référence sur la mort des gens célèbres. Le regard des français sur la mort a-t-il évolué avec cette crise sanitaire ?

Par le passé, la culture de la mort était mieux acceptée. Nôtre société la fuit de plus en plus. On ne voit plus les images des cercueils nus à la télé par exemple.

Je vois dans le rapport aux patients, combien les gens sont tristes. L’augmentation non chiffrée de la souffrance, que l’on voit dans la hausse de consommation d’alcool ou antidépresseurs, nous rappelle que nous avons tous besoin de douceur.

Nous sommes un peuple vaillant, courageux et plutôt plus obéissant que ce que tout le monde prédisait, mais qui hélas vit dans la peur. Il est inutile d’ajouter de l’anxiété sans cela nous risquons une explosion sociale. Nos dirigeants doivent l’entendre. Notre pays ne compte plus de mouvement qui appelle à la non-violence. La violence est de part et d’autre.

L’entretien du Dimanche : Quel jugement portez-vous sur l’action du gouvernement ?

J’ai été très sensible au discours du président de la République quand il a dit « Il faut faire Nation ». Donc, j’ai fait Nation. J’ai rarement critiqué ou seulement dans les angles, l’action du gouvernement car je ne sais pas qui aurait fait autrement, à vrai dire. Ils ont fait ce qu’ils ont pu avec nos incohérences et nos imprécisions sur l’achat des masques ou la fabrication de respirateurs. La réindustrialisation de la France, notre souveraineté sur ces sujets, restent centrales mais je ne vois pas bien où le gouvernement en est exactement là-dessus.

On est un pays merveilleux qui est complètement retenu par des freins incroyables, c’est peut-être là l’échec de Macron qui incarnait l’espérance et le renouveau.

L’entretien du Dimanche : Comprenez-vous les personnes qui se disent opposées au vaccin ?

Non, je ne suis pas d’accord avec les anti-vaccins. Regardez les gravures du XVIIIe siècle et vous y verrez des tas de gens tordus. Si aujourd’hui nous sommes tous de beaux gosses, bien droits, c’est parce qu’on a éradiqué la poliomyélite, grâce au vaccin !

L’entretien du Dimanche : Beaucoup de Français, sans y être formellement opposés, restent prudents à l’égard de la vaccination anti-Covid…

Ceux-là, je les comprends mais il ne faut pas avoir peur. Depuis longtemps des recherches étaient menées par les vétérinaires sur le coronavir qui décimait les cheptels, nous ne sommes pas partis de zéro. On est en effet allé très vite et il faut un peut de temps pour que la confiance s’installe.

L’entretien du Dimanche : Vous en voulez aux médias d’avoir relayé chaque jour le nombre de morts du Covid, pourquoi ?

C’est une connerie délirante, anxiogène au possible. C’est incompréhensible. Pourquoi alors ne dirait-on pas le nombre de morts sur la route ou du cancer chaque soir ? C’est complètement dépressogène et absurde. Ce que veulent les gens, c’est que la météo annonce du soleil !

L’entretien du Dimanche : Vous êtes un soutien du Professeur Raoult ? Vous comprenez la place qui lui a été accordée ?

C’est la place de la liberté d’expression et d’un débat scientifique. Il a dit des choses tantôt justes tantôt moins justes. On est tous dans ce cas. Est-ce-pour cela qu’une nomenklatura veut le bousiller ? Cela démontre une immaturité du dialogue. Didier Raoult n’a pas appelé à tuer les français ni à faire n’importe quoi. C’est un homme qui a apporté des idées, à sa manière… Parfois certes très curieuse. Il a eu une utilité dans ce débat : il a été le premier à dire qu’il fallait tester, isoler et traiter.

L’entretien du Dimanche : Des procès en justice ont eu lieu ou des sanctions ont été prises ont été prises conte un certain nombre de médecins. Qu’en penser ?

C’est assez bizarre ce monde qui se veut intellectuel et universitaire et qui a besoin de régler ses comptes au tribunal. Ce que disent ces professeurs n’est pas du charlatanisme, c’est du débat.

L’entretien du Dimanche :Peut-on dire que l’hôpital recule encore en France malgré tous les moyens annoncés durant cette crise du Covid ?

Vous avez une technostructure de gens très puissants en France qui distillent des idées néolibérales qui visent encore à appliquer un programme de casse de l’hôpital public décrété il y a 30 ans. Ils ont un peu augmenté les personnels infirmiers, c’était nécessaire, mais là pire que tout, ils ont inventé un nouveau métier à cheval entre infirmier et médecin. On veut nous imposer des médecins low-cost. C’est l’ubérisation de la médecine. On retoque des étudiants français qui n’ont pas 15 de moyenne et d’un coup on va chercher des médecins à l’étranger en pillant le système de santé de leur pays.

Gare à l’ubérisation de la médecine.

L’entretien du Dimanche : Conflans, Nice, comment avez-vous vécu les derniers attentats terroristes ?

Ils ont touché deux symboles. Nous sommes réellement en guerre contre l’islamofascisme. Les dessins de presse sont un pur prétexte pour justifier l’attaque de l’Occident. La France ne peut pas baisser la garde et doit conserver sa présence militaire au Mali notamment.

L’entretien du Dimanche : Dans ce contexte sanitaire et social, craignez-vous un recul de nos libertés individuelles ?

Oui, il faut rester vigilant parce que je suspecte un certain nombre de politiques de bien aimer l’état d’urgence. C’est plus facile pour eux (Sourires).

BIO-EXPRESS :

1963 : Naissance à Villeneuve-Saint-Georges près de Paris.

1995 : Docteur en médecine.

2007 : Soutient François Bayrou (modem) à la Présidentielle.

2015 : Participe au secours des blessés de l’attentat de Charlie Hebdo.

2018 : Co-signataire d’une tribune « Dignité des personnes âgées ».

2019 : Soutient le parti Communiste français aux Européennes.

  • Urgences de Vivre, 447 pages, 18 €. Éditions du Cherche-Midi.
  • Propos recueillis par Fabrice Veysseyre-Redon. L’entretien du Dimanche, dimanche 27/12/2020.