Actualités & News·Environnement - Climat·Evènements·Prospective

Énergie, Climat, Biodiversité : les enjeux écologiques de notre temps

Bourgogne Collaborative Network présente :

« Énergie, Climat, Biodiversité : les enjeux écologiques de notre temps »

Par Jérôme Chabot, ingénieur agronome.

Le mardi 10 Novembre 2020 de 18h 00 à 20h30, en visioconférence Zoom accueil à 17h45.

Visioconférence Zoom : ID de réunion : 734 1532 6787                                                Code réunion : 5U11fz    

Il reste quelques places sur site, merci de nous contacter au :                                            Tél. 03 80 53 37 02
https://us04web.zoom.us/j/73415326787?pwd=RTdlWnFFY01KKzRleElzVVFsb0xoUT09

Les nouvelles alarmantes s’accumulent quant à l’évolution du climat et de la biodiversité, avec en toile de fond nos consommations en énergies et matériaux, et notre emprise croissance sur le vivant. La situation est à ce point critique, que seule une réaction radicale et d’envergure, serait à même de préserver l’avenir.

Mais consentir à un tel aggiornamento, qui s’attacherait tant à la relation de l’homme avec la nature qu’avec lui même, ne peut se faire que si chacun accède à une compréhension suffisante des mécanismes à l’œuvre, et aux données incontournables à prendre en compte pour envisager l’avenir.

BCN vous propose au moyen de cette conférence de vous doter des outils pour comprendre, et possiblement agir.

Une première partie sera consacrée à un état des lieux des enjeux relatifs à l’énergie et aux matériaux, au climat et à la biodiversité. Ce constat lucide s’attachera à mettre au jour les mécanismes en œuvre, et tentera de dépasser le catastrophisme qui en découle.

La seconde partie exposera des éléments de cadrage (techniques, socioéconomiques, écologiques, éthiques) qu’impose cette problématique d’une humanité écrasant le vivant. En découleront un schéma prospectif et un panorama des orientations à l’œuvre actuellement, panorama où il appartiendra à chacun de se situer.

Cette visioconférence est offerte grâce aux moyens techniques du GIP-FTLV de Bourgogne – Rectorat de l’académie de Dijon – que nous remercions de leur gracieuse mise à disposition.

Evènements·L'éditorial·Pour un meilleur emploi

Plénière N°128 : Créer une promotion BCN au profit de tous ?

Notre plénière du jeudi  29 Octobre a réuni une dizaine de membres de BCN, dont Alexandre  Antoine et Danièle du bureau de l’Association, Jean-Louis, Jérôme, Hélène T. et Nathalie. Nous attendions également Nathalie, la Directrice du CIBC,  qui avait répondu positivement à notre invitation, et pour qui nous avions des questions concrètes… que nous allons lui relayer. Voici le message reçu pendant la plénière : « Je vais devoir reporter mon intervention de ce soir. J’ai programmé une réunion d’information avec l’ensemble de mes équipes pour leur transmettre les consignes qui devront s’appliquer dès demain. Je suis désolée. 

I. LA METEO de notre mois d’Octobre.

Au chapitre des très bonnes nouvelles, le succès de Natalie comme maîtres d’ouvrage du S.I. au Conseil  Régional  de Bourgogne – Franche-Comté, pour un CDD de 3 ans, où elle embauche le 9 Novembre, quelques semaines après avoir embauché en période d’essai chez Alteca. Lors d’une plénière précédente, Nathalie nous avait parlé de cet entretien à Alteca, qui à l’époque n’avait pas débouché. Et voici  que les deux offres aboutissent d’un coup, du coup Nathalie a démissionné de sa période d’essai, pour rejoindre le conseil régional. Un grand bravo, toutes nos félicitations à elle, toujours très impliquée, et prête à innover ! Un exemple de ce sens de l’innovation : Nathalie avait réalisé une présentation complète de sa « routine » de recherche. C’est un document sérieux et complet que nous mettrons à disposition des nouveaux.

 Ce matin 29 Octobre, nous avions rendez-vous au 12, rue Gustave Eiffel pour visualiser les locaux que la ville de Dijon se propose de mettre à notre disposition : (photos). L’endroit est très bien situé, dans un quartier tranquille et agréable, ce qui pourrait constituer un argument très appréciable, pour nos réunions et nos ateliers. BCN conserverait sa Boîte aux Lettres actuelle à la M.D.A., tout en bénéficiant de ses locaux pour choisir les jours et les horaires de ses réunions. Deux options restent possibles : soit l’actuel bureau de l’association décide, soit c’est l’Assemblée Générale qui prend cette décision 

II. Une nouvelle « promotion » ?

Nous étions tous bien d’accord avec Alexandre : à chaque fois qu’un groupe se forme d’entrée ( !) ses performances  sont remarquables tout au long de son parcours. Pourquoi ? Mais parce que l’essentiel vient de nos adhérents ! La formation du collectif est un élément-clé : si 2020 n’a pas été une bonne année pour BCN, elle nous a cependant permis de passer de très bons moments ensemble, lors des ateliers AEC animés par Hélène T., notre psychologue clinicienne, et les projets Carrédas et LinkedIn proposés par Hélène V. notre RH.  En effet, une demi-douzaine de personnes ont suivi la majeure partie de ces modules, jusqu’à la Fête du 5e anniversaire de l’Association !

Alors, sommes-nous aujourd’hui en mesure de construire un tel groupe ? A l’été, Nadine nous  a présenté Saïd, formateur à l’IRTESS, dont l’objectif était de mettre à disposition ses compétences d’homme de terrain, en un mot de « donner un coup de main ». Saïd devient adhérent de l’association, et nous avons déjà commencé à échanger des informations et des informations, en vue d’adapter notre plateforme « AEC » Action Emploi Compétences, afin de la rendre proche de vos attentes. 

De l’avis d’Hélène, qui  assurait ces modules l’an dernier, passés les 6 premiers modules généraux, il serait bon de faire une pause, pour définir ensemble la suite. Un groupe BCN ne peut pas passer tout son temps en atelier ! La priorité doit rester à la recherche.

Du coup, nous prenons ensemble la décision de créer une communauté LinkedIn (Rôle de l’Administrateur actuel) : ainsi chacun aura la possibilité de contacter les autres membres du groupe, pour échanger titres, livres, infos et documents.

En plus de Saïd, voici nos deux arrivants de Quétigny : Hervé, informaticien, et Murielle assistante de Direction. Tous deux sont d’ores et déjà adhérents. En effet, ils ont complété la Charte de Communication Responsable de BCN : cela assure l’anonymat des situations, et le risque de dénigrement. C’est aussi la garantie de la bienveillance entre nous.

Ce soir, nous recevons Patricia, Ingénieur de Formation, qui possède une expérience d’intervenante dans une structure d’Insertion, et des compétences proche de la psychologie en ESS. Avec Patricia, nous avions eu l’occasion d’échanger quelques courriels, jusqu’à son adhésion d’aujourd’hui.

Angelo nous a appelé sur le répondeur il y a deux jours, juste à temps pour participer à la plénière d’aujourd’hui.  Angelo a exercé des fonctions de commercial dans différents secteurs dont l’assurance, et souhaite évoluer vers le métier de formateur par exemple.

Alexandre, notre animateur reprend à son compte la notion de « compétence transversale » : en effet, à la fois dans le cas de Murielle, ou celui d’Angelo, on peut réussir des mutations professionnelles,  en identifiant ces compétences,  et en complétant cette approche par une  analyse du marché et des établissements où de tels débouchés sont possibles dans notre région. (Et pour cela, nous avons deux spécialistes  Xavier et Danièle) : le premier nous alimente de toutes les études et analyses pertinentes de l’INSEE, et Danièle connaît toutes les finesses des codes ROME, et autres appellations métier plus ou moins labellisées qui conduisent à la pensée unique. Alors que nous savons tous quel potentiel chacun peut montrer au-delà de « son parchemin ».

Enfin, nous accueillons Julien, dont l’ancien métier était le marketing digital, dans le domaine du tourisme [ ~Le Guide.com). Julien nous est adressé par Christine en direct, et il nous apprend qu’il vient de rentrer de Nouvelle-Zélande.  Lors d’un groupe de travail de 2017, les marketeurs de l’association et les oenotouristes avaient produit un document d’orientation pour nos élus à l’occasion de l’inscription des terroirs de Bourgogne au patrimoine mondial de l’UNESCO. La plupart de ces idées ont été reprises depuis par le département. (Et tous nos adhérents de l’époque ont retrouvé du travail).

Voilà un bon début ! En imaginant que le rendez-vous avec Pôle Emploi Valmy ne soit que reporté de quelques semaines, quelques renforts supplémentaires pourraient venir s’adjoindre : d’ici le 19 Novembre, nous devrons décider si la prochaine plénière aura lieu par visio ou en salle.

III. Un mot de nos autres adhérents.

Maud nous a rejoints par visio, pour nous annoncer de bonnes nouvelles : tout d’abord, son projet d’évolution vers un métier artistique s’est précisé : avec l’aide du Cibc elle entame les entretiens de sellier maroquinier, et que par ailleurs, suite à son intervention à la Clinique des Rosiers, elle pourrait bénéficier d’une rupture contractuelle, pour incapacité à exercer son ancien métier d’infirmière. Les choses semblent se décanter, et nous en sommes tous ravis !

Quant à Jérôme, il nous a tous épatés lors de sa première conférence publique. Comme il le dit lui-même, il éprouve satisfaction et estime de soi, en animant cette conférence climat, dont le deuxième N° est prévu pour le 10 Novembre.  Pour l’instant, il reste quelques places, mais le contexte est assez changeant. Ce qui est d’ores et déjà, certain, c’est que cette activité conforte Jérôme dans ce qu’il aime faire, même si le contexte fait que cela n’a pas encore débouché.

Danièle poursuit de son côté sa mission de Manager de Transition en EHPAD, mission qui devrait s’achever dans les prochaines semaines. Pour le moment, elle n’envisage pas de répondre à de nouvelles sollicitations, et se laisse a minima le temps de souffler.

La Trésorière en plein travail.

De la même façon, Jean-Louis nous fait part de son souhait d’arrêter son activité de gestionnaire d’immeubles et d’actifs immobiliers : cela fait en effet 10 ans qu’il s’est engagé dans cette voie, une certaine saturation, qui fait suite à quelques ennuis de santé, commence à se faire sentir.

IV.Comment BCN doit-elle communiquer ?

A nouveau, nous nous appuyons sur le témoignage d’Alexandre : il nous parle des associations lyonnaises qui se donnaient comme objectif de faciliter l’insertion des chercheurs, soit jeunes diplômés, soit de cadres ayant déjà exercé, et donc cotisé AGIRC-ARRCO. Au-delà de la recherche sur Internet, notre idée (suggérée par Danièle) serait de tisser des liens avec celle(s) dont nous nous sentirions le plus en phase, et au besoin d’établir des liens d’approfondissement, comme nous l’avions fait en décembre 2016 avec Cesson.

Comment développer les animations BCN en Maison de Quartier, en Missions Locales de l’Emploi ? L’exemple de Beaune montre que le travail en profondeur finit par payer, c’est aussi une question de persévérance : nous étions invités le 3 Novembre à Valmy, chez Pôle-Emploi. Si celui-ci devait être (à nouveau) reporté, il faudra de nouveau se montrer vigilant pour en obtenir une nouvelle édition lors du déconfinement ! Même remarque pour notre entretien avec Mme Charret-Godard, le 8/11.

En conclusion : c’était un souhait exprimé par Nathalie, associer davantage les adhérents lors des décisions qui mobilisent les énergies de l’Association. Voilà pourquoi ces quelques lignes pour finir 2020 :

  • Lancer sans tarder notre session « kit pédagogique » AEC, afin de ne pas perdre une minute, dans un contexte pas aisé. Ce cycle pourrait être mené en 6 à 8 semaines.
  • Mettre à disposition de tous des entretiens individuels en mode « pitch » ou « recrutement inversé » pour raconter une autre histoire lors des entretiens. N’hésitez pas à vous manifester si vous êtes volontaires !
  • Programme 2021 et constitution d’une équipe de gestion : le 19 Novembre à 18 heures phase préalable à l’Assemblée Générale du 15 Décembre. On part sur une base de 6 élus, 3 titulaires, trois suppléants, puisque les chercheurs ont vocation « à se consacrer à leur job »  dès qu’ils en ont trouvé. On attend simplement d’eux qu’ils parlent en bien de l’Association « chère à mon cœur » !
L’Ours.
Actualités & News·Economie·Evènements·Pour un meilleur emploi·Recherche digitale

Le Bal des gens bien.

Ce 6 Octobre 2020 restera à coup sûr synonyme de compréhension, de bienveillance et d’harmonie, d’où ce titre emprunté à Salvatore Adamo, à l’introduction toute de bienséance : « Vous permettez, Monsieur… ». B.C.N. était accueillie par le Rotary Club Le Téméraire, dans les locaux de l’Hôtel Mercure de Clémenceau.

Très impressionnante, la cloche du Maître de Cérémonie ! La tradition impose le respect et l’écoute. En réduisant « la jauge », le Covid n’a pas pu enlever l’impression de solidité qui se dégage de l’ensemble : tous chefs d’entreprise, connaisseurs du bassin d’emploi régional, en situation de recrutement, attentifs à notre identité et nos méthodes. Christine présente les valeurs de l’Association, centrées sur l’entraide et la bienveillance.

Êtes-vous une association de cadres ? A l’origine oui, compte tenu de nos origines APEC. Mais nous avons été conduits à élargir ce périmètre aux experts, aux domaines Support, du fait de l’identité des contenus « métier » partagés entre dirigeants et exploitants.

Pourquoi êtes-vous si peu nombreux ? C’est une vraie question, et certainement la réponse est complexe : notre origine associative « filtre » l’accès des milieux économiques, les événements auxquels nous participons chaque année sont annulés les uns après les autres. Ainsi du Salon du Bien Vieillir, où une douzaine de jeunes seniors ou de quadras venaient retrouver auprès de nous leur confiance en soi. Par ailleurs, nous développons une double présence digitale, celle de l’Association et celle de nos adhérents, mais ne touchons pas encore par ce moyen, une population qui a tendance à l’isolement.

En quoi consiste votre offre ? Nous partons du principe : « Aide-toi, le ciel t’aidera ». BCN est d’abord un outil, dont il faut apprendre à se servir, pour en tirer le maximum : introspection, profil, ikigaï pour se forger ou améliorer son projet professionnel. Nous incitons les chercheurs à devenir des acteurs, des contributeurs, des démarcheurs ; l’exercice les endurcit, les transforme. Et cela grâce à la bienveillance, et ensuite un appui personnalisé, fait de simulations et d’ateliers. Une validation du projet en 6 étapes conclut la formation, à laquelle nous adjoignons notre expertise Statistique et Métiers.

Comment pouvons-nous vous aider ? La puissance de votre réseau et sa profondeur d’implantation sont ce qui manque le plus à nos candidats. Sur une seule soirée comme celle d »aujourd’hui, nous avons identifié jusqu’à 5 profils susceptibles de vous intéresser ; ainsi que vous l’aviez noté lors de notre échange visio : « Ce sont tous des gens qui prennent leur destin en mains ».

Encore merci pour la qualité de vos questions et de nos échanges, pour votre accueil et votre hospitalité, merci de parler de Bourgogne Collaborative Network à vos amis des autres Rotary Clubs de Bourgogne et de Franche-Comté !

Le Bandeau du Rotary : quel accueil !
Actualités & News·Evènements·L'éditorial

Pas encore en vacances !?

Encore quelques belles journées dans le Far-West de plus en plus confiné… et il sera temps de rentrer au bercail : pour donner une idée de la menace, qu’il me suffise de dire qu’ici les bars ferment à 1 heure du matin… Autrement dit, les braves gens vont se coucher à l’heure où la Covid-19 devient contagieuse… ou bien ?

Quelques bonnes nouvelles concernant BCN sont tombées hier : le rendez-vous à la Mission Locale de Beaune est confirmé pour le 29 Juillet, 6 entretiens sont prévus, et en l’absence de Danièle et Gilles, une place est disponible pour participer à l’expérience, covoiturage et déjeuner compris… Qui dit mieux ?

Nouvelle preuve de notre insertion au sein de la Métropole dijonnaise, notre invitation est confirmée le 24 septembre 2020 à la Vapeur, pour fêter l’anniversaire du PIMMS de Dijon: l’occasion pour Françoise de nous faire partager son intérêt pour l’ESS, et de découvrir les grandes entreprises qui oeuvrent par la médiation et la création d’emplois à l’acceptation des politiques publiques, et la tranquillité urbaine.

Nous sommes désormais attendus avec Christine le 6 Octobre prochain au Rotary-Club Le Téméraire de Dijon – Clémenceau pour un échange sur le thème : « Comment se prendre en main en période de recherche d’emploi, pour acquérir, développer et valoriser de nouvelles connaissances ». Est-ce que nos amis et adhérents marketeurs ou storytellers peuvent nous aider à concocter une argu-narration qui serve leur mise en valeur ? Pourrions-nous à cette occasion définir des propositions d’études ou d’enquêtes transverses à leur soumettre ?

Enfin, je ne résiste pas à reproduire ici l’échange concernant d’hier avec Carine Deriot de Pôle-Emploi, et co-organisateur du Forum des Cadres du 3 Novembre 2020 :

Merci pour votre retour rapide.

Nous sommes très heureux de vous compter parmi nous pour cette journée. Nous avons eu confirmation de la date il y a maintenant trois semaines. Le contexte étant quelque peu changeant en ce moment, nous avions préféré attendre un peu pour communiquer.

Il est prévu un emplacement, avec grilles pour affichage, des prises électriques et wifi vous permettront de diffuser sur votre matériel informatique. Nous reviendrons vers vous en septembre pour les détails pratiques en fonction des mesures sanitaires en rigueur à ce moment-là.

Belle journée et bel été !

Tout cela me rappelle que pour beaucoup d’entre vous, l’été et le déconfinement sont à l’ordre du jour, et qu’il serait cruel de m’en désolidariser : belles vacances à tous, attention aux UV !

L’Ours.

Culture - Loisirs - Histoire·Evènements·Revue de Presse

La voix de l’Europe porte encore.

Ina_Kershaw1

Spécialiste du nazisme, l’historien Ian Kershaw trace dans « L’âge global le portrait d’un continent européen prospère, puis secoué par les crises économiques et identitaires. A l’heure du Brexit et des populismes, il décrit une Europe écartelée entre les incertitudes et les motifs d’espoir.

Question :  Que représente pour vous le Mur de Berlin, qui figure sur la couverture de votre livre ?

Ce mur représente toujours d’après moi, la vision d’une Europe unie. Avec des jeunes,     « juchés » sur le Mur, qui ont réussi à surmonter les divisions de ce continent.

Ian_Kershaw4

Question :  Pourquoi cet « âge » est-il devenu « global »  après la Seconde Guerre Mondiale ?

La période qui suit la Seconde Guerre Mondiale est subordonnée d’entrée à deux superpouvoirs mondiaux, les États-Unis et la Russie : le livre s’ouvre d’ailleurs sur la guerre de Corée, pour montrer à quel point les intérêts mondiaux leur étaient subordonnés. Avec le temps sont venus se greffer les effets de la mondialisation. Et puis la Chute de Mur, la convergence économique, Internet, la révolution technologique des années 1990 et 2000 pour aller vers un monde de plus en plus lié et interconnecté.

Question :  En quoi la crise des missiles de Cuba, en 1962 constitue-t-elle un cap dans l’histoire ?

C’est la fin d’une première phase de peur profonde d’un conflit nucléaire et aussi la preuve que ce qui menace l’Europe est désormais lié aux intérêts des Américains et des Russes. 1960, le Mur de Berlin, 1962, les missiles de Cuba. La confrontation nucléaire prend fin à l’heure de ces deux événements. Contrairement à ce quel ‘on croit, le Mur met fin à la tension entre les peuples en Europe, et en 1962 surgit un moment de paix, de stabilité, lié à l’équilibre nucléaire entre les deux.

Question :  Vous décrivez cette période comme celle du retour à une certaine forme de « normalité » ?

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le désir de paix était là en Europe, avec cette reconstruction d’une Europe pacifiée, avec l’idée que cela ne se reproduirait jamais. La stabilité a consolidé de développement pacifique en Europe. Au niveau culturel, des développements spécifiquement européens sont nés parce qu’ils prenaient racine dans l’horreur qu’a connue l’Europe, dans le traumatisme physique et psychologique de la guerre. On les a retrouvés notamment dans l’architecture et la littérature.

Question :  Un long chapitre est consacré à la guerre de Yougoslavie, un autre cap pour le continent européen ?

Ce n’est pas forcément un tournant, mais elle a rappelé à l’Europe que son sol pouvait encore être le théâtre de guerres, que toute forme de conflit n’avait pas totalement disparu. C’est un conflit que l’Europe occidentale n’a pas compris à ce moment-là, qui se déroulait dans un pays lointain, que l’on ne connaissait pas ou pas bien. On n’en a pas tiré les enseignements qu’on a pu tirer des deux guerres mondiales parce qu’elle ne nous touchait pas. Elle n’affectait pas notre quotidien d’Européen. C’était un avertissement.

Ina_Kershaw5

Question :  ces dernières années, l’Europe a été durement frappée par le terrorisme. Est-ce une autre forme de guerre ?

Je n’aime pas cette expression « guerre contre le terrorisme », ce n’est pas une guerre, c’est une question de sécurité et de défense. Il n’y a pas d’ennemi défini comme pour un conflit avec un État. C’est plutôt une manière de défendre un mode de vie et une civilisation. Le danger n’est pas tant, dans ces attaques terroristes, de détruire le continent européen, que de réduire les libertés individuelles dans ces pays,  en mettant l’accent sur la sécurité intérieure dans ces pays.

Question :  Certains établissent un parallèle entre le nazisme, dont vous êtes un spécialiste, et le djihadisme.

Pour moi, ce sont des phénomènes différents, que j’analyse de manière distincte. Le nazisme est né dans un contexte européen et allemand bien précis qu’il s’agit de comprendre en tant que tel, il est impossible de les comparer. Pour moi ce parallèle est une simplification.

Question :   Brexit, Allemagne affaiblie, Italie, contestation sociale en France… Les turbulences que connaît l’Europe traduisent-elles un mal global ?

Tout ça n’engendre pas forcément une crise générale de l’Europe, ce ne sont pas des éléments susceptibles de déstabiliser voire d’engendrer l’effondrement de l’Europe. Ce sont des phénomènes certes préoccupants, mais centralisés sur leur pays : Brexit, départ de Mme Merkel, M. Salvini, les gilets jaunes en France… la question des grèves en France est un problème spécifiquement français pour lequel la France trouvera une solution, ou pas.

Ian_Kershaw3

Question :  Dans cette Europe-là, quel rôle doit jouer Emmanuel Macron ?

C’est quasiment le seul dirigeant européen à avoir cherché à être novateur, à vouloir réformer, mais ses initiatives n’ont mené nulle part. A chaque fois,  ses projets de réforme fondamentaux du système européen se sont heurtés aux intérêts nationaux d’autres pays, notamment de l’Allemagne. Comme sur son projet de finaliser l’Union bancaire… Macron est un énième leader politique qui a échoué sur la question européenne.

Question :   Une demi-siècle plus tard, la démocratie à l’européenne fonctionne-t-elle encore ?

Cela ne fonctionne pas toujours brillamment, mais ça fonctionne. C’est une réussite, même si, aujourd’hui, les mouvements contestataires et de protestation existent. Elle fonctionne même si elle n’est pas égalitaire et équitable pour tout le monde. Churchill disait : « La démocratie est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres ». mais si on compare avec les années 30, on peut dire que la démocratie est consolidée.

Question :  Face aux poids lourds Donald Trump, Vladimir Poutine ou Xi-Jinping, la voix de l’Europe porte-t-elle encore ?

Oui, l’Europe a encore une voix, même si elle est plus faible que par le passé. L’Europe continue à être une puissance économique majeure dans le monde, malgré son déclin relatif par rapport à d’autres parties du globe. Sa voix restera d’autant plus forte si elle tient bon. Le Brexit atténue cette voix de l’Europe, mais surtout celle de la Grande-Bretagne, qui devient un pays esseulé, se contentant d’une toute ^petite voix dans les affaires du monde.

Question :  Le Royaume-Uni se retrouve donc affaibli par le Brexit ?

C’est le début de la fin. C’est en tout cas, la source d’un profond regret pour moi. Il va falloir des années avant que tout cela ne se mette réellement en place. Après, en termes de commodités en tant qu’écrivain britannique, j’attendrai plus longtemps pour passer la douane… Pour le reste, on verra.

Propos recueillis par Xavier Frère – Le grand entretien – Le bien Public du Dimanche 23 février 2020.

Bio Express : Ian Kershaw.

23 avril 1943 : naissance à Oldham (U.K.)

Années 60 : études supérieures à Liverpool et Oxford.

1983 : professeur invité à l’université de la Ruhr à Bochum (D.)

1987 : Premier livre sur Adolf Hitler, Le mythe Hitler.

1995 : publie L’opinion allemande sous le nazisme.

1999 – 2000 publie Hitler tome 1 et 2.

2016 : L’Europe en enfer, 1914 – 1949.

Janvier 2020 : L’âge global, l’Europe de 1950 à nos jours (Éditions du Seuil).