Actualités & News·Société

14 FEVRIER : La ST-VALENTIN, Fête Commerciale ou occasion de célébrer L’AMOUR ?

Valentine

« L’origine réelle de cette fête est attestée au XIVe siècle dans la Grande-Bretagne encore catholique où le jour de la Saint-Valentin du 14 février était fêté comme une fête des amoureux car l’on pensait que les oiseaux choisissaient ce jour pour s’apparier1. Restée vivace dans le monde anglo-saxon, comme Halloween, cette fête s’est ensuite répandue à travers le continent à une époque récente. »

C’est ainsi que Wikipédia commence sa page au sujet de la St Valentin. Célébrée dans de nombreux pays, cette fête se décline sous d’autres appellations, à d’autres dates, au Brésil, en Iran, en Israël ou encore en Chine.

Il semblerait par ailleurs que la  version commerciale aurait son origine au milieu du XIXe siècle….aux États-Unis.

A la suite de ce préambule vaguement historique de ma part, je me demande si ce n’est pas la dernière version qui l’emporte de nos jours.

En effet comment échapper toute la semaine dernière aux affiches, bannières, écrans publicitaires, pseudo reportages et annonce en tous genres : Valentine’s day, menu spécial, dessous chics, 20 idées originales pour elle et pour lui, témoignages d’amoureux célèbres ou de citoyens « lambda », week-end spécial St Valentin à prix cassé ou dernière minute, brassées de roses (la rose représente 80% des ventes chez le fleuriste pendant la semaine) jeux coquins, jeux télévisés…….à en avoir la nausée ou le tournis !!!

Et pourtant, si c’était quand même une belle occasion… Avec mon amoureux, nous sommes allés au restaurant, nous avons dégusté le menu spécial et passé une délicieuse soirée. J’ai été touchée par tous ces couples de tous âges autour de nous, du plus jeune au plus âgé. Et il nous est souvent aussi arrivé de fêter la St Valentin chez nous, ou en décalé lorsque les enfants étaient jeunes. Parce que quand même….soyons honnêtes, c’est plutôt agréable de partager ce moment, de se pomponner un peu, de prendre ce temps là justement !

Même si finalement, il nous appartient de décider que des soirées en amoureux, c’est possible toute l’année, sans injonction de consommer, sans le « packaging » affreusement rouge passion par obligation…

A l’instar de la St Valentin, la journée de la femme ne se limite pas au 8 mars,  la lutte contre le cancer n’est pas réservée au 4 février, toutes ces journées internationales ou mondiales ou régionales (les personnes âgées le 1er octobre, le sommeil le 22 mars…….) ne nous dispensent pas de ne plus y prêter attention le reste de l’année, évidemment, quoique….

Le 3 décembre dernier, journée internationale des personnes handicapées, un invité des plateaux de télévision lui-même en situation de handicap et expert dans un domaine dont je ne me souviens pas, a remercié les journalistes de leur invitation et les a poliment informés qu’il était également disponible toute l’année !!!! Façon élégante de rappeler que le handicap ne peut pas se contenter d’une journée par an pour être montré.

Gageons que les amoureux ne se contentent pas de la St Valentin ni d’une rose rouge pour se dire leur amour tout au long des jours, des semaines, des mois, des années.

      Signé : L’Hermine.

Hermine

Actualités & News·Economie·Société

La fin du modèle de l’hypermarché?

Mes cher(e)s ami(e)s bonjour,

Est-ce la fin de la consommation de masse?

Liés à l’évolution technologique et le changement de nos habitudes, les grandes enseignes telles Auchan ou Carrefour sont en réflexion et en évolution de leur modèle économique. La cause? Une perte de chiffre d’affaires ainsi qu’une diminution de fréquentation clients.

En effet, les grandes surfaces nées à l’après-guerre ne répondent plus vraiment aux attentes d’une clientèle métamorphosée. Finies les familles nombreuses en recherche d’abondance et place à un consommateur en quête de relationnel et de qualité des produits.

Pour répondre à ce changement de paradigme, on aperçoit de plus en plus d’ouvertures de commerces de proximité (spécialisés ou non). Mais attention, les « poids lourds » ne s’avouent pas vaincus, car c’est leurs filiales qui s’installent en centre-ville.

A côté de cela et pour lutter contre les mastodontes du e-commerce (Amazon, Alibaba…), des nouveautés ont déjà été mises en place comme la livraison ou le drive.

Néanmoins, les habitudes des « courses du samedi » en zones commerciales vont peut-être être amenées à se réduire?…

hypermarché en fin de vie?          la fin d’un modèle       un modèle à bout de souffle

Actualités & News·Economie

Légion d’honneur et BlackRock

Bonjour à toutes et à tous et meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2020.

Par cet article, je souhaite commencer l’année en revenant sur la polémique née par la nomination au grade d’officier de la Légion d’honneur du patron de BlackRock France : le haut fonctionnaire Jean-François Cirelli.

Mais pourquoi cette décoration a-t-elle tant fait polémique en cette période de réforme des retraites?

Et bien, selon l’opposition et certains syndicats, BlackRock en tant que société d’investissement tenterait d’influencer le gouvernement pour faire basculer notre système de retraite par répartition en un système par capitalisation (système similaire à celui utilisé au USA par exemple). Et cette « décoration » est dénoncée telle une récompense décernée par l’exécutif à un « fond de pension américain » (je cite).

En réponse à ces accusations, la filiale française s’est défendue en publiant un communiqué contredisant et précisant son absence de participation (quelle qu’elle soit) à cette réforme d’ampleur.

Je termine par présenter un peu plus ce géant méconnu de la finance.

BlackRock, société américaine, propose ses services dans plusieurs grands domaines :

  • l’investissement (gestion de fonds : 11,6 Mds de $ en 2018)
  • le conseil des Etats et des entreprises du secteur financier
  • les services technologiques : droit d’utiliser sa gigantesque base de données

 

(sources : leparisien.fr => Blackrock  ; medium.com => Blackrock et les ETFs)

 

Actualités & News·Economie·Prospective

Flash- INSEE N°94 Populations légales en Bourgogne-Franche-Comté : 2 811 423 habitants au 1er janvier 2017

Population_94_Entete

Au 1er janvier 2017, la Bourgogne-Franche-Comté  compte 2 811 423 habitants. Entre 2012 et 2017 la région perd de la population. Les départements du Doubs et de la Côte-d’Or conservent une dynamique démographique positive. En revanche, dans les autres départements le nombre d’habitants diminue. 

Charles Pilarski, Philippe Rossignol (Insee) 

Avec 2 811 423 habitants au 1er janvier 2017, la Bourgogne- Franche-Comté rassemble 4,3 % de la population de France métropolitaine. Entre 2012 et 2017, elle est la seule région de métropole à perdre des habitants : près de 5 400. La baisse reste modeste mais elle devrait s’accentuer dans les années à venir. Cette évolution démographique est portée par un solde naturel faible sur cinq ans, les naissances l’emportant encore sur les décès jusqu’en 2015. Le solde migratoire reste légèrement déficitaire. 

Entre 2012 et 2017, six des huit départements sont désormais en décroissance démographique. Dans la Nièvre, la perte de population continue et s’accélère. C’est le département qui connaît le décrochage le plus important de métropole, devant la Haute-Marne et les Ardennes. Le Jura, la Saône-et-Loire, l’Yonne, la Haute-Saône ainsi que le Territoire de Belfort, qui gagnaient encore des habitants entre 2007 et 2012, en perdent désormais. Le retournement est particulièrement marqué pour la Haute-Saône et le Territoire de Belfort. Grâce à leur solde naturel positif, le Doubs et la Côte-d’Or sont les deux seuls départements de la région à gagner des habitants, mais à un rythme toutefois inférieur à la moyenne nationale (figure 1)

Population_94_Fig.1

À l’image de la région, les plus grandes communes perdent des habitants, à l’exception de Chalon-sur-Saône et surtout de Dijon qui gagne près de 4 900 habitants en cinq ans (figure 2).

Population_94_Fig.2

Cependant, si la population de Besançon diminue, ce n’est pas le cas de son intercommunalité dont la croissance démographique s’est amplifiée (figure 3). Situées aux franges de la région, Sens et Mâcon profitent du dynamisme des régions limitrophes, respectivement l’Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes : leur population augmente sensiblement. 

Poulation94_Fig.3

Enfin, les pertes d’habitants s’accélèrent dans les communes isolées, ou situées dans des zones économiquement fragilisées. C’est le cas notamment d’Autun, de Cosne – Cours-sur-Loire, d’Audincourt et de Saint-Claude. ∎ 

Population94_Fin

Actualités & News·Economie·Revue de Presse

LVMH met la bague au doigt à Tiffany

Bonjour les amis,

Pourquoi je souhaite revenir sur l’acquisition du bijoutier américain par le géant du luxe français?

En premier lieu, je relate cette info qui vous a peut-être échappé.

Car même si cela semble éloigné de notre quotidien, il faut rappeler que lorsque l’on entend encore et toujours parler des GAFAM aux US (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), on possède en France les KHOL (Kering, Hermès, L’Oréal, LVMH).

Et oui, face aux entreprises US leaders mondiales des hautes technologies, il y a en France les leaders internationaux du luxe (un peu de chauvinisme…)!!

Ensuite, lorsque l’on cherche la personne la plus riche du monde, les noms de Bill Gates (fondateur de Microsoft) ou Jeff Bezos (fondateur d’Amazon) viennent tout de suite à l’esprit.

Et pourtant, après ce rachat du joaillier Tiffany par le numéro un mondial du luxe LVMH, c’est le « frenchy » Bernard Arnaud (PDG de LVMH) qui totalise la modeste fortune d’un montant de 109,5 Milliards de dollars et devient « l’homme le plus riche du monde » (selon les estimations du magazine Challenges).

J’espère donc que vous comprenez pourquoi je tenais à rappeler cette info, en espérant aussi vous avoir appris quelque-chose.

Merci pour votre lecture et à bientôt