Actualités & News·Formation et professionnalisation·L'éditorial

Plénière N°125 de BCN : Stratégies pour après.

Nous étions finalement 14 à cette réunion, bilan somme toute honorable en fin de confinement, et compte tenu des obligations de nos trésoriers Danièle et Alexandre, de Gilles en Protection Civile, d’Estelle, d’Hélène N., de Sylvie, de Jean-Louis qui a connu des soucis de santé…. Nous souhaitons à tous une bonne santé, un bon déconfinement, et un prompt retour à la normale. En guise d’introduction, bienvenue à nos quatre nouveaux membres : Anne-Marie, Sandra, Jamila et Pascal. Cela nous situe dans une perspective correcte avant les phases importantes d’accueil que sont les réunions Pôle Emploi, APEC, Grand Déj’ et Salon du Bien Vieillir. Compte tenu du contexte, « très défavorable » il est probable que de nouveaux chercheurs d’emploi se rapprochent de nous à la rentrée.

Mais, ça c’était « avant ».

Traditionnellement, nous ouvrons le tour de table par les nouveaux : en l’occurrence, Anne-Marie a déjà été une membre active de BCN, dont elle a réalisé le site WordPress, sur lequel j’écris, à peine retouché depuis : Anne-Marie est une spécialiste de marketing digital, de communication, et se prépare à un « second master » à la fois par curiosité et goût d’apprendre, mais aussi pour se sortir du « e-commerce ». Françoise, Fabienne et Hélène V. apprécient la démarche de conquérante : Françoise va suivre une formation CNAM pour devenir manager dans l’ESS, Fabienne avait suivi un second master en Risques psycho-sociaux et QVT, (elle effectue des audits liés à cette spécialisation). Quant à Hélène, elle parle souvent de son 6e changement de métier ; en effet, que ce soit en présentiel ou à distance, l’actualisation des connaissances est devenue un must, que le marché nous impose, a fortiori dans le contexte d’afflux sur le marché que la pandémie va provoquer. Quant à l’association, elle est toujours en demande d’accueillir Anne-Marie quand il sera question de faire à nouveau évoluer le site WordPress, en s’appuyant sur les propositions d’Estelle*, quand l’opportunité se présentera.

Autre émule du marketing, généraliste dans le domaine du vin, voici Sandra, actuellement « à mi-chemin » de son bilan de compétence chez Hélène N*, et qui nous est adressée par Christine, la Présidente. Sandra nous entend beaucoup parler de marketing ce soir, et c’est un domaine qui continue à l’intéresser ; Anne-Marie qui habite Nuits Saint-Georges avait contribué au projet UNESCO de BCN, que nous avions remis à nos élus, MM. Grandguillaume, Detang, Dalmeida et Lucand.

Nous attendions également Jamila (arrivée par le Web) et Pascal : ce dernier nous a confirmé être « saturé » de visio, et se fera un plaisir de nous rejoindre lorsque nous aurons rejoint nos pénates à la M.D.A., ce qui semble imminent : nous attendons les modalités pratiques de l’assouplissement de l’accueil. Nous avions fait connaissance avec Pascal à l’occasion d’un des premiers ateliers AEC en février : Pascal vient de donner suite à sa réflexion, et nous informe qu’il poursuit un engagement parallèle dans les restos du Coeur à Dijon.

1. Le chantier « environnement numérique » au S.1.

Comment allons-nous boucler ce semestre ? Nous arrivons au terme de 3 séquences : les chantiers d’Hélène, fiches Carrédas, la Formation LinkedIn et les « classiques » ateliers AEC dont la trame initiale figure ici :

La fin de parcours va être simplement réaménagée, pour accueillir une session « 4 » avec Caroline Dauvergne (Evolve Formation) : l’objectif est d’y faire la synthèse de tous les apports, et de commencer à élaborer notre stratégie de communication. Cette date sera déterminée le 5 Juin, avec Caroline Dauvergne.

Le 4 Juin (Visio a priori) : Yannis présentera le module APEC. Je complèterai au vu des actualisations de mon profil et signalerai les nouveautés.

Puis le 11 Juin : Evolve Session 4 / Pôle Emploi – Emploi Store ?

Puis le 18 juin : Pôle Emploi – Emploi Store / Evolve Session 4  ? Idem.

Dès que possible, lorsque nous aurons réintégré la M.D.A.nous associerons Nathalie pour qu’elle vienne partager ses réflexions de méthode de recherche et sa connaissance approfondie de LinkedIn

Le 25 Juin : E-réputation et cheminement en 3 étapes.

Le 2 Juillet : TP de conclusion et Quizz.

Ainsi, nous aurions bouclé les différentes étapes en réunifiant en fin de semestre les différents parcours. Durant l’été, compte tenu de tous ces nouveaux acquis, nous mettrons en place notre stratégie éditoriale sur les différents supports, en cohérence avec la mise à jour du Projet Associatif et des demandes de subventions. Ouf !

L’été sera chaud…

2.Le second semestre 2020.

Commençons par les événements qui « peuvent encore » se tenir au S1 : la réunion Cadres Pôle-Emploi /APEC qui devait se tenir le 16 Avril n’est pas repositionnée pour l’instant. De même pour la réunion « Cadres » à Pôle-Emploi Quétigny, initialement prévue le 9.

Sinon, nous connaissons les dates du Grand Déj’ : dimanche 13 Septembre,

La Journée des Nouveaux arrivants : prévue le 18 Septembre. Nous attendons la validation de notre inscription.

Le Salon du Bien Vieillir : les vendredi 1er et samedi 2 Octobre.

3. Organisation et nouvelles.

Nous avons expliqué pourquoi nous ne diffusions plus de documents « papier » : il s’agit d’une incitation écologique de les part des organismes publics qui nous soutiennent. De plus, la forme journalistique du WordPress se prête mal à l’adjonction de pièces jointes, documents, dossiers… Aussi, à l’occasion, les membres (et seulement eux), recevront dans un mail annexe, des pièces explicatives, ainsi que le lien direct qui leur donnera accès à lecture sur le site. C’est notamment le cas, pour le thème du jour, les résultats d’audience des différents supports : LinkedIn, 81 abonnés. WordPress 600 (et plus) pages vues en mai, Facebook (en baisse, volontaire, nous ne faisons pratiquement plus que des relais commentés).

Ou comment construire une stratégie média !

Événement : nous évoquons régulièrement le 5e anniversaire de la création de BCN 2.0 : à ce jour, toutes les contraintes ne sont pas levées à propos d’un apéro le 26 Juin en haut de la Tour Philippe Le Bon. En temps normal, le maximum de personnes en simultané est de 18 ; tendu, mais jouable. En revanche, ce scénario n’est pas simple pour accueillir des partenaires, même si l’idée est excellente. A la demande de la Trésorière, l’idée d’une participation financière est acquise, il restera à en définir le montant : l’organisation de l’ensemble du projet est confiée aux membres du bureau, qui s’appuieront sur les volontaires que cela inspire !

Quelques mots d’encouragement pour Yannis, notre Volontaire en Service Civique dont les épreuves de concours (Gendarmerie) avaient lieu cette semaine : selon lui, malgré la chaleur, tout s’est bien déroulé, il a réussi à s’organiser et traiter les sujets ! On croise les doigts, résultats attendus en Juillet ou début août : pour l’instant la mission se poursuit, elle vient d’être confirmée auprès de la Ligue de l’Enseignement.

Nathalie nous a partagé cette semaine ses entretiens avec Atol et Colruyt, et déclare être satisfaite d’avoir décroché ses entretiens à distance, et estime qu’ils se sont bien déroulés. C’est une très bonne nouvelle, juste récompense des efforts et des recherches qu’elle vient de fournir. Elle évoque également les ateliers de l’APEC via la messagerie Whaller, pour ceux de BCN également affiliés APEC. Enfin, elle nous dit avoir rencontré une personne de Besançon qui regrette l’absence d’une association BCN à Besançon. Cela peut s’arranger ! Certes, nos statuts mentionnent « Bourgogne », mais pour des raisons de référencement, et non par rapport à l’ancien découpage administratif : lors des réunions organisées par FQP, nous avions bien vu à quel point les frontières de ce type s’oublient facilement derrière les technologies. Nous reprendrons contact avec cette personne, pour tenter une première réunion d’information à Besançon : un temps, nous devions même aller à Belfort !

L’Ours.

Développement personnel·Management·Recrutement & RH

Dix compétences humaines pour l’avenir du travail

Ces atouts fondamentaux sont essentiels non seulement pour créer et diriger des équipes efficaces, mais aussi pour prospérer dans un milieu de travail en constante évolution.

Illustration d’Irena Gajic

Par Shana Dressler 

Nous avons tous entendu comment nous devons nous exercer à être plus humains pour éviter de devenir des robots. Mais que diriez-vous de pratiquer l’humanité pour vous assurer de ne pas devenir des monstres?

1. État d’esprit d’empathie

L’empathie nous donne la capacité de nous mettre à la place des autres afin que nous puissions voir et ressentir de leur point de vue. C’est un état d’esprit et une approche globale de l’être – au travail et dans la vie.

2. Intelligence émotionnelle

Il s’agit principalement de soi : développer la conscience de soi, l’autogestion, la conscience sociale et la gestion des relations. Être conscient de la façon dont votre comportement affecte les autres est au cœur de l’intelligence émotionnelle.

Réfléchissez à ces questions : Quels types de comportements vous rendent fou ? Où et quand se manifeste votre anxiété ? Que faites-vous lorsque vous ne vous sentez pas entendu ? Comment vos ressentiments se manifestent ils dans les interactions avec les autres?

3. Communication efficace

Qu’est-ce qui empêche une bonne communication ? La Frustration, le manque de confiance, le stress et l’envie d’éviter les problèmes, qui se traduisent par des heures perdues sans fin. Il est important de partir d’un lieu d’écoute active et de considérer les principes suivants.

  • Écoute : La première étape de la compréhension consiste à poser des questions. Ensuite, faites une pause pour entendre comment votre collègue explique ce qu’il pense et ressent. En écoutant, vous gagnerez un contexte précieux pour savoir d’où viennent ces pensées et ces réactions.
  • Appréciation : montrer une appréciation sincère et célébrer les contributions des autres vous permet de montrer que vous les appréciez.( « Mille bravos, mille mercis »).
  • Conscience de soi : Pour ressentir ce que les autres ressentent, il faut aussi comprendre ses propres préjugés et ce que sont ses croyances limitantes.
  • Jugement : Lorsque les gens demandent conseil ou partagent un problème, ils ne recherchent pas votre critique. Considérez qu’ils ont peut-être déjà une réponse, que vous pouvez aider à démêler. Parfois, le fait de simplement reconnaître ce qu’ils ont dit est la meilleure première étape. 
  • Présence : avant les réunions, prenez un moment pour penser à ceux avec qui vous serez et à quoi ils ont affaire au travail – et dans la vie. Le temps est l’un de nos atouts les plus précieux, alors soyez pleinement là.
  • Intention : Sachez ce que vous voulez dire et soyez clair sur votre objectif. Aucun de nous n’est un lecteur d’esprit. 90% de la communication est non verbale alors assurez-vous que les mots que vous utilisez expriment avec précision le point que vous voulez faire valoir et que vous avez traité vos sentiments avant de parler.
  • Organisation : prenez le temps d’organiser vos pensées et de les exprimer de manière simple.
  • Cadrage : Le courage de dire ce qui vous préoccupe vraiment est important, mais n’oubliez pas que «je pense, je pense» est beaucoup plus efficace que de commencer par «vous», ce qui met les gens sur la défensive.
  • Affirmation : les gens comprennent-ils ce que vous dites? Demander si l’information a du sens peut révéler un problème potentiel. 

4. Un état d’esprit de croissance

« Devenir, c’est mieux qu’être. » – Carol Dweck,  Mindset : La nouvelle psychologie du succès

Une grande partie de ce que nous faisons est motivée par la peur, même au travail. Cette mentalité de peur favorise une culture anti-changement, même dans les entreprises «innovantes». Permettre une prise de risque calculée est essentiel pour le développement de nouveaux produits et des solutions innovantes. Plutôt que de stigmatiser l’échec, un état d’esprit de croissance le considère comme un élément nécessaire du progrès. Comme le souligne Carol Dweck, professeure de psychologie à l’Université de Stanford, trouver proactivement des résultats positifs malgré tous les défis contribue à renforcer la résilience. 

5. Curiosité + instigation

La curiosité fait naturellement partie de tout cycle créatif. Celui-ci ouvre la voie à une «réflexion sur les possibilités» plutôt qu’à un statu quo. L’instigation est une invitation à contester les solutions rapides, les solutions médiocres et la médiocrité. Commencez par embrasser l’inconfort et l’inconnu, laissez de la place pour des idées dissonantes, des opinions divergentes et des résultats apparemment improbables. Remettre en question des façons de penser et de travailler rigides permet à de nouvelles idées de se former. Permettez-vous de vivre des moments d’admiration et d’émerveillement, et apportez cette pratique à votre travail. Les grandes idées surgissent souvent lorsque l’esprit est calme et à l’aise.

6. Analyse stratégique et pensée analytique

Les gens sautent souvent dans la phase d’exécution juste après la découverte. L’étape manquante, l’analyse stratégique, garantit que les bonnes questions sont posées avant qu’une équipe ne passe à la résolution de problèmes. L’analyse stratégique aide à identifier les problèmes complexes en fournissant une vue de haut niveau sur le Web interconnecté de ce qui peut souvent sembler être des problèmes isolés. 

La pensée analytique permet aux gens de suspendre la prise de décision émotionnelle et de regarder plutôt logiquement des recherches et des tests fondés sur des preuves. Dans le cadre du processus analytique, on examine tout, de la cause à effet au pour et au contre à l’analyse coûts-avantages. C’est une erreur dans tout processus de développement de produit que l’analyse stratégique et la pensée analytique reposent sur les épaules d’une seule personne. Le projet le plus réussi nécessite que les solutions proviennent d’une équipe multidisciplinaire. 

7. Résolution de problèmes complexes

La résolution de problèmes complexes est plus efficace lorsque les membres d’une équipe regardent un descriptif de projet avec les yeux d’un stratège. Bien avant que des solutions ne soient proposées et qu’un temps important soit consacré, assurez-vous d’identifier le vrai problème avant de passer aux solutions. Afin de passer en mode de résolution de problèmes, vous devez comprendre le vrai problème à portée de main, identifier les défis sur le chemin, résister aux solutions simples, identifier les contraintes et les voies de la faisabilité et, surtout, vous assurer d’être ouvert à l’expérimentation. . 

8. Résolution des conflits

  • Il est inévitable qu’un conflit survienne dans une équipe à un moment ou à un autre. Elle survient le plus souvent lorsque les rôles ne sont pas clairement définis, il y a eu une rupture de communication, lorsque des hypothèses sont formulées et lorsque les flux de travail et les processus sont mal conçus. La plupart d’entre nous ont peu ou pas de formation pour exprimer des émotions négatives: frustration, blessure, indignation. Notre réaction par défaut est d’éviter l’inconfort, de faire comme si de rien n’était ou de devenir inconsciemment passif et/ou agressif. Laisser les conflits s’envenimer peut être extrêmement préjudiciable au moral et à la productivité. Parmi les compétences les plus efficaces à apprendre pour résoudre les conflits figurent la maîtrise de l’écoute profonde, de la médiation et de la facilitation. Donner aux gens le bénéfice du doute et diriger avec curiosité sont également des outils puissants. 

9. Négociation et persuasion

En plus de comprendre le point de vue d’autrui et d’être résilient, le travail exige que nous trouvions des moyens d’être efficaces. Cela nécessite négociation et persuasion. Cela ne vaut pas seulement pour l’équipe des ventes. Vous devez être clair sur ce que vous voulez et ce que vous êtes prêt à abandonner pour l’obtenir. 

Compte tenu de l’avenir du travail et de la croissance de l’économie de coalitions, de plus en plus de professionnels seront obligés de devenir plus entreprenants. Une partie de ce qui fait le succès d’un entrepreneur est la capacité de présenter et de vendre ses services, ce qui est le point de départ de la négociation et de la persuasion – non seulement pour les indépendants, mais aussi pour les employés internes.

10. Leadership

Un grand leader reconnaît que la confiance, la transparence, l’inclusivité et le respect sont des piliers essentiels sur lesquels se construit une culture d’entreprise dynamique. Ils comprennent qu’il ne suffit pas de construire une culture, il faut la protéger et la maintenir. Un grand leader doit également prendre des décisions difficiles et tenir chacun, y compris lui-même, responsable. 

En fin de compte, être adaptable aux changements qui se produisent sur le lieu de travail d’aujourd’hui consiste à mettre ces compétences humaines en pratique à la fois au niveau individuel et organisationnel. Bien que les compétences et les besoins techniques puissent changer, comprendre comment interagir et être plus humain au travail peut rester la seule constante. 

Cet extrait est issu de la masterclass DLW présentée à la conférence Adobe 99U en 2019.

Que faut-il en penser ? Bien sûr, ce n’est pas la première fois que nous parlons ici des « softskills » : l’approche nouvelle porte sur l’apport de ces compétences humaines en milieu créatif. Si vous voulez que votre entreprise, votre équipe ou même votre famille ou vos amis acceptent de « composer » ou de « jouer le jeu » avec vous, passez un peu de temps à relire ceci de temps en temps…

L’Ours.
Actualités & News·Culture - Loisirs - Histoire·Société

Culturosons : la Newsletter culturelle du Conseil Départemental de Côte d’or.

Chers adhérents, chers sympathisants, chers lecteurs,

le Conseil Départemental accompagne la vie culturelle de notre territoire : soutien aux bibliothèques, aux théâtres, aux écoles de musique, saison Arts&Scènes en Côte-d’Or…, mais aussi aides aux initiatives culturelles locales proposées par de très nombreuses associations œuvrant à la vitalité culturelle de notre territoire.

Culturosons1

Comme vous le savez peut-être, le Département a initié une démarche citoyenne autour de la culture : CulturOsons !

Il s’agit d’établir un dialogue avec les habitants du Département en interrogeant les pratiques, les envies et les besoins en matière culturelle afin d’imaginer ensemble la culture de demain en Côte-d’Or au travers :

– du site Internet du Département, via ce lien : https://www.cotedor.fr/culturosons

– un questionnaire en ligne que vous êtes invités à renseigner et à relayer auprès de vos contacts ;

– un forum participatif sur lequel vous pouvez poster vos suggestions et idées.

– des pages dédiées sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram

Le Département organisera en juin des ApérosCulture, véritables RDV virtuels sur inscription, pour débattre et imaginer ensemble la culture de demain en Côte-d’Or. Puis, la démarche se poursuivra cet automne par des rencontres avec les acteurs de la culture en Côte-d’Or.

Mais dès à présentnous vous remercions de bien vouloir prendre quelques minutes pour remplir ce questionnaire :

www.cotedor.fr/culturosons

N’hésitez pas à le relayer auprès de vos proches et de vos publics.

Pour en savoir plus, connectez-vous sur nos réseaux sociaux Facebook et Instagram et ceux du Département et visitez le site Internet du Conseil Départemental.

Culturosons2

Que faut-il en penser ? : Lors de notre récent article sur Jean Sans Peur, nous avions regretté d’avoir découvert par « le journal » l’exposition éponyme aux Archives Départementales. L’information était pourtant bien présente sur le site du CD 21. Ce qui manque, c’est donc « l’automatisme » qui relie l’agenda culturel à l’action de mécène ou de relais culturel de cette instance. N’hésitez donc pas à répondre au questionnaire (très complet) pour créer ce sillon neuronal : ainsi, vous n’aurez plus d’excuse !

L’Ours.

Actualités & News·Pour un meilleur emploi·Recherche digitale

Épurer son CV.

On l’entend souvent : le CV doit être concis et tenir sur une page. Mais comment économiser de l’espace ? Découvrez 7 manières d’épurer votre CV et optimiser son contenu.

Trouver de la place sur son CV n’est pas chose facile. Vous voulez toujours mettre plus d’informations, détailler davantage vos missions afin de vous mettre en valeur et montrer au recruteur que votre parcours est riche en expériences. Le tout, sur une seule page.

Epurer_son_CV

Or, si le CV est trop chargé, c’est l’effet inverse qui risque de se produire. Gardez à l’esprit qu’un recruteur n’a que peu de temps devant lui pour analyser chaque candidature. Si votre CV déborde d’informations, il risque de ne pas avoir la patience de l’examiner.

Pour en faciliter la lecture et donner envie de le parcourir, votre CV doit être cohérent avec le poste envisagé, attrayant et, autant que possible, épuré !

Lire la suite « Épurer son CV. »

Société·Technétronique

Vous passez trop de temps en ligne? Voici des conseils pour débrancher.

Tout le monde doit se déconnecter au moins une partie de son temps, pour se concentrer sur la vue d’ensemble. Vous devrez sans doute vous obliger à la faire.

Technetronics

Que peut faire un entrepreneur lorsque les demandes numériques ne cessent d’arriver?

D’une part, les entrepreneurs sont censés être branchés en permanence, capables de répondre en temps réel aux clients et prospects. En même temps, cependant, ils sont censés trouver le temps et l’espace mental pour voir grand – pour planifier des stratégies, développer de nouveaux produits, – grandir. Il est difficile de penser à demain alors qu’aujourd’hui continue à émettre des signaux sonores.

Équilibrer les deux est délicat dans le meilleur des cas. Maintenant, grâce au coronavirus, les entrepreneurs ont besoin de plus de temps et d’espace pour réfléchir, afin de pouvoir élaborer des stratégies sur la manière de diriger leur entreprise pendant la crise. Pourtant, comme beaucoup d’entre eux travaillent maintenant à distance, le déluge d’e-mails entrants, de messages « Slack » et « Teams » et de véritables téléphones qui sonnent est plus incessant que jamais.

La clé pour gérer tout ce bruit? Les ralentisseurs, c’est ainsi que j’appelle les petits obstacles que l’on peut créer pour vous faire réfléchir à deux fois avant de sauter en ligne. Voici quelques-uns de mes ralentisseurs préférés, du plus petit et du plus simple au plus grand et le plus spectaculaire :

I. Désactiver le déverrouillage biométrique :

J’apprécie le fait que mon empreinte de pouce puisse déverrouiller mon ordinateur et que mon visage déverrouille maintenant mon téléphone. Les mots de passe sont si compliqués, et la biométrie permet d’accéder beaucoup plus rapidement et plus facilement à mes appareils. Pour cette raison, l’un des moyens les plus simples de rendre votre utilisation de la technologie moins automatique consiste à désactiver la biométrie et à revenir à l’exigence de l’âge de pierre consistant à entrer un mot de passe pour déverrouiller votre appareil. Ce tracas de deux secondes est juste suffisant pour réduire les déverrouillages distraits.

II. Créez une politique face à face :

Non, vous ne pouvez pas passer la tête par le mur de la cabine pour le moment, mais vous pouvez faire quelque chose de similaire avec Skype, Zoom ou un autre outil vidéo. Créez un ensemble de règles personnelles qui spécifient les situations dans lesquelles vous allez passer un appel vidéo spontané (ou même un simple appel téléphonique à l’ancienne!). Plutôt que d’envoyer un e-mail ou un SMS. Choisissez une certaine catégorie d’interaction que vous entreprendrez toujours en direct et en face à face (ou de voix à voix), afin de pouvoir vider votre boîte de réception ou la fenêtre Slack de toutes les négociations à l’heure des réunions, des clarifications factuelles ou des conseils sur la façon de gérer votre prochains appels de vente. Tout aussi importante, cette pratique vous permettra de rester un peu plus connecté à vos collègues.

III. Procurez-vous une montre intelligente :

Je sais que cela semble contre-intuitif, mais l’ajout d’un autre appareil à votre trousse d’outils technologiques peut en fait réduire le temps que vous passez en ligne. Avant de recevoir mon Apple Watch, (ou toute autre marque, bien sûr.., c’est juste un exemple), tout SMS entrant me renvoyait dans le travail en ligne: je prenais mon téléphone pour vérifier la source de cette notification ping, et la prochaine chose que je savais, j’avais passé une demi-heure à chercher sur Twitter, e-mail et Slack. Maintenant, ces textes entrants apparaissent sur ma montre, et la plupart du temps, ils n’ont besoin d’aucune réponse immédiate ou d’une réponse très rapide que je peux émettre depuis ma montre elle-même. Et je suis rarement tenté d’analyser les mises à jour des médias sociaux, de consulter mes e-mails ou de suivre l’actualité, ce qui est tout simplement trop ennuyeux à faire sur un écran adolescent.

IV. Créez des comptes en dehors des heures de bureau :

Si vous utilisez la même adresse e-mail 24 h/ 24, il est difficile de consulter les e-mails sans être mis en mode travail. Envisagez donc de créer un compte distinct en dehors des heures de bureau que les membres du personnel savent utiliser uniquement en cas d’urgence ou une adresse e-mail personnelle distincte qui n’inclut aucun message professionnel.

V. Supprimer les applications «passerelle» :

Certaines applications sont si convaincantes qu’elles nous encouragent à ouvrir nos appareils, ne serait-ce qu’un instant, tout au long de la journée. Ces applications agissent comme des passerelles pour la sur-utilisation de la technologie, car une fois que nous ouvrons nos téléphones pour vérifier ce site de médias sociaux ou jouer au prochain mouvement Words With Friends, nous finissons par passer encore plus de temps avec nos gadgets.

Technetronics2

                                                                    Même les gens qui sont généralement résistants à la sur-utilisation de la technologie peuvent se retrouver à vérifier de manière compulsive leurs applications de nouvelles pour les dernières mises à jour de Covid 19. Si vous trouvez que certaines applications vous attirent vers votre téléphone tout au long de la journée, pensez à les supprimer. Vous pouvez toujours accéder à vos sites de médias sociaux ou d’actualités préférés avec votre téléphone ou le navigateur de votre ordinateur, mais au moins vous n’aurez pas cette icône sur votre écran d’accueil, vous tentant de jeter un coup d’œil.

 

VI. Désactivez les notifications et le nombre de messages non lus :

Les créateurs d’applications et d’appareils souhaitent que vous passiez le plus de temps possible avec vos gadgets, ils ont donc développé des mécanismes conçus pour vous attirer et vous garder en ligne. En haut de la liste: des bips de notification qui vous informent lorsque vous avez un nouveau message et des indicateurs visuels qui vous indiquent qu’il y a de nouveaux messages en attente (et, souvent, combien de messages sont en attente). Désactivez ces notifications et vous ne combattrez pas toutes les invites destinées à vous faire utiliser davantage votre technologie.

VII. Ne regardez pas votre flux d’accueil :

La plupart du temps, quand je regarde Twitter, Facebook, Instagram et LinkedIn, je me limite aux notifications – les interactions qui ont été signalées pour moi comme pertinentes, généralement parce qu’elles sont des réponses à quelque chose que j’avais posté. Bien qu’il y ait un certain narcissisme à se concentrer sur les réponses et les commentaires à mes propres messages, j’aime m’assurer que je suis sensible aux personnes qui prennent le temps de s’engager avec moi, et je n’ai pas le temps de le faire et laisser des commentaires (ou même de regarder) les messages de tout le monde.

VIII. Interruptions d’horaire :

Les heures entre 15 heures et 17 heures sont ma propre zone de danger personnelle – l’heure à laquelle je me retrouve le plus souvent perdu dans un vortex technologique, réalisant que je viens de passer 45 minutes à parcourir les réseaux sociaux ou à peaufiner les paramètres de mon ordinateur  au lieu de faire un travail réel. J’essaie donc de programmer les appels entrants pour cette partie de la journée, sachant que cela m’empêchera de sombrer dans un brouillard d’écrans, ou du moins me réveillera de la rêverie si je glisse accidentellement.

IX. Brisez votre Internet :

Si tous ces ralentisseurs plus modérés ne fonctionnent pas, envisagez des mesures plus extrêmes. Vous pouvez utiliser une application de blocage des distractions pour désactiver des applications ou des sites Web spécifiques, ou pour vous couper d’Internet à des périodes spécifiques de la journée ; vous pouvez faire la même chose avec les applications de contrôle parental, ce qui peut potentiellement désactiver l’intégralité du réseau de votre famille. (Cela peut être une bénédiction ou une malédiction, selon que vous utilisez le temps d’écran pour garder les enfants engagés afin que vous puissiez travailler … ou interrompre votre propre journée de travail pour retirer les enfants des écrans).

Si c’est vous le patron, vous pouvez envisager d’adopter la même approche pour l’ensemble du bureau : certaines entreprises éteignent leurs serveurs de messagerie ou leurs systèmes de messagerie après les heures d’ouverture, pour imposer des temps d’arrêt.

technetronics3

Je sais qu’il y aura ceux qui diront que ces stratégies parlent d’un échec plus fondamental, que nous devrions cultiver la retenue plutôt que de compter sur la technologie pour compenser notre propre manque de maîtrise de soi. Mais les entrepreneurs subissent déjà beaucoup de pression, maintenant plus que jamais. Dans un environnement technologique qui impose de plus en plus d’exigences à notre attention et à notre volonté, nous ne devons pas hésiter à utiliser tous les outils à notre disposition pour faire un usage plus intentionnel de notre temps, y compris le ralentisseur à basse vitesse.

Le Dr Alexandra Samuel est un chercheur en technologie et l’auteur de «Work Smarter With Social Media». Paru dans le Wall Street Journal le 7 Mai 2020.