Actualités & News·Développement personnel·L'éditorial·Nos projets

Plénière N°133 : Spéciale Formation.

Afin d’introduire un tel sujet « comme il se doit », la quinzaine de fans présents à cette plénière fait la OLA à Françoise, qui nous annonce qu’elle est prise comme chargée d’animation et de recrutement chez nos amis de SNC (Solidarités Nouvelles face au Chômage), pour la région-pilote Bourgogne – Franche-Comté – Grand Est. Les 3 pôles principaux seront donc Dijon, Besançon et Nancy, avec un espace de coworking à Dijon, et 3 journées mensuelles consécutives à Paris. Et bien sûr, nous n’oublions pas Marie-Claire, elle aussi recrutée comme caviste-adjoint à Vesoul. (Bravo à elles deux, merci à leurs soutiens !).

La petite Région dans la prairie.

Compte tenu du caractère « très technique » de nos documents de formation, je me suis demandé comment aborder de manière un peu ludique un thème austère ; et cela m’a fait penser à cette remarque de Xavier, qui s’étonne régulièrement de notre intérêt pour les statistiques de l’INSEE. Dans le courant de cette semaine, j’avais prévu de vous parler de BFC, « 1ère région rurale ». Il s’agit de la vision « technique », mais est-ce vraiment la seule ? Mon homonyme (de saint-Ex dirait : si vous ne savez pas, vous ne saurez ni convaincre, ni convertir… tout au mieux leurrer).

1°) – La petite région dans la prairie – par Bertrand Lhote.

Alors que la campagne des régionales bat – enfin – son plein, une petite musique revient dans la bouche de certains candidats. Comme avant chaque élection , cette chansonnette sous-entend que nous habiterions dans la pire région de France. Celle qui connaît la plus faible croissance démographique, celle qui ne crée pas d’emploi, celle qui voit ses agriculteurs mourir de faim, ses industries disparaître et ses « cerveaux » faire leurs valises vers des contrées plus florissantes, comme Lyon ou Paris. Cette terre qui à les écouter, ne mériterait qu’une chose, qu’on la quitte. Pourtant, il n’en est rien. Non seulement les chiffres montrent que le taux de chômage en Bourgogne Franche-Comté est l’un des plus faibles de France. Mais surtout, elle offre un cadre et une qualité de vie uniques, que bien des parisiens et des lyonnais rêveraient de connaître un jour. Un modèle à mi-chemin entre ruralité et urbanisation modérée, avec des « métropoles » à dimension humaine, comme Dijon et Besançon. Un patrimoine culturel et architectural exceptionnel, que le monde nous envie. Et des campagnes d’une diversité incomparable, entre prairies verdoyantes, forêts luxuriantes, vignobles sublimés et montagnes enneigées. Une terre dont de nombreuses contrées n’ont pas encore été rongées par la gangrène capitaliste, qui voudrait que chaque parcelle de notre planète soit optimisée pour offrir un rendement digne de la course folle dans laquelle s’est engagée l’espèce humaine. Un modèle complètement remis en cause depuis un an avec la crise sanitaire. Et qui pourrait, bien au contraire, faire de notre région l’une des plus attractives dans les prochaines années.

2°) – La formation.

Parmi les éléments du « socle » que nous pensons conserver, nous sommes attachés à « Action Emploi Cesson », une plateforme pédagogique en ligne, qui nous permet d’accompagner nos demandeurs en présentiel comme en visio. Dans le contexte sanitaire compliqué que nous connaissons, les contenus abondants mis à notre disposition (5 G octets en tout), permettent d’avoir recours à : des documents théoriques, des TP, des miches mnémotechniques, et de façon plus générale à l’ossature pour des ateliers.

Deux bémols toutefois, issus de notre expérience : les sessions d’une après-midi en présentiel, dans les locaux de la Maison de l’Emploi étaient inadaptées et trop lourdes. D’où la décision de décomposer chaque session en deux, mais enrichies du « regard du psy », les composantes de l’estime de soi, les techniques de la respiration, l’écoute active… et un nouveau module « inventé » par nos amis de Talent-Campus, le recrutement inversé… A noter qu’il s’agit d’une trame, puisqu’à tout moment, nous pouvons sortir notre artillerie lourde, avec ateliers « pitches », simulations d’entretiens d’embauche, et que surtout la clé du succès est de ne pas arriver les mains dans les poches !

Tous nos témoins le confirment : pour que la dynamique de l’atelier produise son meilleur rendement, il est indispensable que chacun se soit emparé du thème et ait réalisé les exercices demandés. Autrement dit, pour en tirer le meilleur, il faut être impliqué, et dès lors , les pairs contribuent à votre propre progression.

Quid de LinkedIn : malgré les très bonnes approches de la formation Évolve, (Caroline Dauvergne), nous ne reproduirons pas ce plan d’ensemble. Pour plusieurs raisons : la promotion 2020 était sur le papier de 10 personnes. En réalité, 4 étaient déjà des experts, pour tous, la charge de suivi était trop importante. A ce stade, nous envisageons de retravailler un « mix » des contenus de Jean-François Canzano (début du module 7), des apports de Évolve de 2020, et des appoints de Juliette et Zélina, lorsqu’il s’agira de faire fonctionner la communauté BCN… D’ores et déjà, l’idée des groupes BCN (à l’opposé de ceux de Facebook) va à l’encontre même de l’esprit de LinkedIn, d’où l’idée d’associer des membres de BCN « derrière un manager commun » qui ne serait aucunement pénalisant pour les carrières et les réputations de chacun : parmi vous, existe-t-il des volontaires pour tester cette solution ?

3°) – Le calendrier – le dispositif.

Autour du 6e anniversaire de BCN, (oui, oui…). toutes les planètes devraient être alignées pour démarrer une « promotion » ; comme le nom « Découverte » est déjà pris, le concours d’idées est lancé. Je joue … « Le Monde d’Après« . Démarrage : autour de la mi-juin, pour les modules 1,2 et 3. Reprise à la rentrée dès le Grand Déj’ (12 Septembre).

Comment faire entrer de nouveaux arrivants au fil de l’eau dans ce calendrier ? Les événements annoncés : sont nos rencontres dans les Maisons de l’Emploi, (2, voire trois), les Journées Portes Ouvertes à l’AFPA de Chevigny,… merci à Tracey et Isabelle de leur appui constant, et bien sûr le Grand Déj.

4°) – Divers.

La semaine prochaine : le 18/05 : comité d’Organisation du Grand Déj’. (Outre Françoise et Antoine, d’autres participants ?).

Mercredi 19/05 : Mission Locale Rurale de Beaune (Garantie Jeunes) : Françoise, Angelo et Antoine), puis rencontre à 15 heures avec Adèle Bugaud. (Mission Cadres de Beaune)

Jeudi 20/05 : encore des entretiens en phase finale, on y croît ! Le soir, atelier découverte : comme indiqué on pourrait tester le Pont de Séraphin.

Autres démarches en cours : demande d’entretien auprès de Mme Charrey-Godard (via son assistante parlementaire) et de Mme Sahaimi, de la mission Cadres de Quétigny.

Encore une belle semaine à tous ! Les documents évoqués ci-dessus seront adressés en pièce jointe à l’ensemble des personnes du fichier des adhérents 2020 – 2021, dans l’attente de notre action Payasso !