Economie·Nos synthèses par domaines.·Revue de Presse·Technétronique

Les Gafam : ces compagnies peuvent nous imposer n’importe quoi.

L’omniprésence et l’omniscience des Gafam les rendent de plus en plus incontrôlables, s’inquiète l’ancien directeur du renseignement de la DGSE, qui faut aussi haut responsable de l’intelligence économique à Matignon.

Volet N°2 – Propos recueillis par Antoine Colonna.

M. Alain Juillet

Avec des budgets supérieurs à ceux de nombreux pays, une certaine idéologie commune, des monnaies cryptées en préparation, les Gafam sont désormais de taille à se mesurer aux États. Faut-il s’en inquiéter ?

C’est un problème majeur. Jamais dans l’histoire du monde, nous n’avons et affaire à des sociétés aussi puissantes. Elles sont effectivement plus riches que la plupart des États. Elles ont donc un pouvoir interne considérable aux États-Unis, sans compter leur aspect global qui dépasse les frontières. Le fait qu’elles se proposent désormais de créer des monnaies numériques, que certaines d’entre elles envisagent de faire des passeports monte qu’elles une puissance intrinsèque considérable et des capacités de contrôle et d’intervention au niveau mondial. Elles décident désormais, avec le cas de Trump, de savoir si un président élu peut ou non s’exprimer sur leurs réseaux. A l’évidence, elles peuvent désormais poser des problèmes à des états, si tel est leur bon plaisir. Si elles décidaient de faire de la sorte en France, elles y perdraient un peu, mais nous beaucoup plus.

Ce sentiment de toute-puissance implique que les dirigeants de ces compagnies sont de moins en moins enclins à se soumettre aux lois des pays dans lesquels ils opèrent. Ils ont montré récemment, avec le cas irlandais, comment ils essayaient de contourner les législations fiscales européennes. Ainsi ils bénéficient des avantages du marché commun, mais pas de ses inconvénients. Dans leur bataille face à la Commission européenne, ils ont missionné une armée d’avocats, mais aussi des lobbyistes redoutables pour faire modifier les textes.

Vous avez parlé des passeports, il y a aussi le cas des données médicales ?

Oui, Bezos, Zuckerberg et Gates sont très intéressés par cela. Bill Gates, qui finance d’une main l’OMS, rachète partout où c’est possible les fichiers médicaux des malades. Cela a un but. Il s’agit d’un véritable outil de contrôle des populations par la santé.

On reste pour autant dans des approches « douces », mais que penser si les idéologies totalitaires du XXe siècle avaient pu disposer de pareils outils ?

C’est vrai, les Gafam sont d’ailleurs porteurs d’une idéologie, celle du transhumanisme. Ils réfléchissent à « l’homme augmenté ». Un homme connecté avec une très longue espérance de vie. Il y a un coté prométhéen. Sans contrôle, leur pouvoir ne fera que grandir et ils seront en mesure d’imposer n’importe quoi à l’humanité entière. Ma crainte est que les Gafam soient un substitut des régimes totalitaires sous une autre forme.

Savez-vous si notre gouvernement partage cette crainte et s’il possède une stratégie à cet égard ?

Je crains que non. Je vois l’action courageuse de Bruno Lemaire qui exige que les taxes soient dûment payées, mais il se rend bien compte que même en essayant tout ce qui lui est possible, il a le plus grand mal à y arriver.

J’espère que notre classe politique ne va pas se laisser aveugler par l’amour du progrès. Évidemment, d’un coté, les Gafam vous vendent une amélioration de la vie quotidienne. Tout est censé être plus facile. Mais rien n’est gratuit. Quand Bill Gates arrive dans un pays pauvre et ouvre le chéquier, la classe politique se laisse prendre. Mais à quel prix sur le moyen terme ?

La France en quelques décennies a accumulé un certain retard technologique. Pourrait-elle, en se faisant le champion des libertés en ligne, de la confidentialité, reprendre l’avantage dans une prise de judo philosophique en mettant sur le marché ses propres solutions technologiques ? Pouvons-nous réconcilier démocratie et technologies ?

Les Français, les Européens, face à la montée des Gafam, des BATX, leur équivalent chinois, auraient tout à fait intérêt à le faire. Nous sommes au milieu et risquons fort d’être pris en tenaille par ces géants. Par ailleurs, aller vers l’un ou l’autre signifie devenir son esclave. La seule solution est effectivement de créer des sociétés européennes du même genre. Il faudrait également donner une priorité à ces solutions sur le continent. Mais évidemment, cela n’arrivera pas, puisque notre mode de pensée dominant impose une libre concurrence quoiqu’il en coûte. Cela nous tue, mais on refuse de le voir. Pourtant l’Europe est la grande perdante de cette séquence. Par ailleurs, il y a aussi dans nos pays de très puissants relais des États-Unis ou de la Chine, qui se chargent d’empêcher la mise en place d’une politique commune. C’est donc bloqué au niveau européen et au niveau français nous sommes trop petits.

Et pourtant si l’on prend l’exemple des Russes, dont le PIB est proche de celui de l’Italie, ils ont réussi avec Yandex à faire un Google russe…

Oui, mais leur population est trois fois plus importante. Nous aurions pu avec l’Allemagne, nous en aurions les moyens financiers. Mais Berlin a des intérêts financiers très différents des nôtres. D’autre part, notre dette nous empêche d’aller plus loin.

Apple Dublin : nouveau paradis fiscal ?

La Pologne est en train de faire passer une loi contre la censure des Gafam..

Oui, c’est très intéressant, mais c’est très particulier, tant, on le sait, la Pologne est proche des Américains. Lorsqu’elle attaque les Gafam, il y a une tolérance de fait de cette proximité. Mais c’est un point à observer de près. C’est une politique courageuse de la part de Varsovie.

Vous évoquiez la censure contre Trump, croyez-vous que de tels scénarios puissent toucher la France ?

Oui, bien sûr, c’est de plus en plus le cas. On peut tout à fait imaginer que les candidats qui déplaisent, Le Rassemblement national par exemple, pourraient se voir censurés. Est-ce acceptable ? C’est le meilleur moyen de tuer la démocratie. On assiste à une ingérence qui permet de se substituer aux décisions d’un juge, seul à pouvoir le droit. On doit bien sûr priver de parole les gens qui enfreignent les lois. C’est normal pour un pays normal. Mais nous sommes engagés dans un processsus bien différent avec la Loi Avia. J’étais parmi ceux qui ont souligné à l’époque qu’il était dangereux d’assoc ier une société privée à un travail de censure qui relève du droit. Comment peut-on les laisser juger ce qui est permis et interdit ? On leur a donné ici un pouvoir exorbitant… Ils ont déjà trop de pouvoir, inutile de leur en donner plus.

Le Spectacle du Monde – Trimestriel N°4 – Printemps 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s