Actualités & News·L'éditorial

Nouvelle donne ?

Le 4 Mars, nous allons nous doter d’une nouvelle équipe de gestion, chargée de conduire pour 2021 les destinées de BCN. C’est un événement important, car une transition est toujours un signe de la vitalité et des capacités d’évolution du corps associatif. Les éléments que nous avons réunis en vue de notre Assemblée Générale illustrent bien l’originalité de notre association, et la place qu’elle s’est ménagée au cours des deux phases de son existence.

Cette photo date de septembre 2015 : elle est à nos yeux révélatrice : tout d’abord, parce qu’elle témoigne de notre volonté « d’adresser le patronat », – comme disent nos amis anglais – en l’occurrence le MEDEF de Dijon. Deux explications à cela : la première était la volonté exprimée dans nos statuts de développer des partenariats avec le tissu économique local, et pour cela de travailler la notoriété de l’Association et de ses adhérents sur le thème : « Chercheur de travail ? Non, plutôt offreur de solutions ! »

Ensuite, ce photomaton tiré sur place réunit 3 « past-presidents  » et dément pour les plus jeunes, l’idée que les assos n’évoluent pas ! Le titre de « past-president » provient de la Jeune Chambre Économique, où ce rôle est tournant : Hélène, la première avait proposé la transformation de Bourgogne Cadres Net avec l’ambition de se servir de la personnalité morale obtenue par la Loi de 1901, pour saisir des postes et des voix dans les Conseils d’Administration ou de Direction des entreprises ; une certaine vision des ouvertures dans l’ESS.

Autre élément à prendre en compte : l’organigramme de BCN, composé de 3 binômes Présidence / Secrétariat / Financier était visionnaire ! Toutes les évolutions, les embauches, les désaccords ont pu être gérés en douceur (parfois, ce fut juste !…) mais le souci de la démocratie l’a toujours emporté.

Enfin, de tous les champs de bataille du passé, j’aimerais retenir une leçon : la Bienveillance et la Considération n’ont jamais fait défaut ; mieux, les meilleures périodes de l’association ont toujours été celles où elles ont dominé : le projet oenotouristique de BCN proposé à Laurent Grandguillaume lors du prototype « Territoire Zéro Chômeur Longue Durée ». Au passage, la version 1 de TZCLD a bien grandi, la version 2 vient d’être étendue à 59 sites, la Loi prévoit d’augmenter de façon dérogatoire par décret ce nombre ! Nous sommes fiers d’avoir pris la parole, comme Louis Gallois : l’inactivité, l’assistanat et la précarité sont la gangrène du tissu social« . Plus globalement, BCN était à son meilleur quand elle travaillait avec une promotion. Qu’il s’agisse de l’AEC 2019, ou de Découverte 2021, le collectif est un stimulant extraordinaire : j’entends encore toutes vos recommandations, « laisse agir le silence, cela aidera tous les participants à découvrir ce que chacun recèle au fond de soi ».

Nous nous sommes toujours « écharpés » pour des outils : l’outil OVH versus le WordPress, la plateforme de formation AEC versus Evolve… Avons-nous eu raison ? Était-ce évitable ? Que se serait-il passé si notre domaine informatique avait été conduit par un expert informatique, comme il existe des experts comptables ? Jean-Luc a surestimé notre appétence pour l’outil et par conséquent, son taux d’utilisation , Hélène la charge de travail que représente une recherche par rapport à une stratégie digitale. Nous sommes finalement assez symboliques des enjeux sociétaux, quels humanoïdes augmentés voulons- nous ? La réponse appartient à Antoine de Saint-Exupéry : « On ne voit bien qu’avec le coeur », ou encore « Il n’y a de ressources qu’humaines ».

L’Ours.

BCN, ou la magie des binômes