L'éditorial

Éditorial : Changeons de voie.

Dans son dernier livre « Changeons de voie – les leçons du coronavirus » Éditions Denoël, Edgar Morin, le philosophe et sociologue, fort d’un siècle d’existence vouée à la pensée, nous livre ses réflexions sur la pandémie. Et sur le monde à construire.

Question MAIF: Pourquoi cette urgence à écrire ce livre ?

Réponse : J’ai saisi la possibilité de réfléchir ce que l’on pourrait faire après, en tirant les leçons politiques et humaines de cette pandémie. Je pressentais que la crise se métamorphoserait au cours des mois suivants avec son lot de nouvelles incertitudes.

Question MAIF: Comment convertir notre stupeur en pensée et en actions ?

Réponse : Ceux qui ont cette énergie doivent la transmettre. Ces idées restent certes minoritaires et incomprises, mais un jour, les conditions seront favorables et elles pourront se répondre. Si l’on ne peut pas être maître de ces conditions, on peut tout de même y contribuer. En attendant, il faut témoigner.

Question MAIF: Pensiez – vous devoir affronter un tel cataclysme ?

Réponse : J’ai bien sûr été surpris, comme tout le monde. Mais je pense qu’il faut s’installer dans l’aventure. Tout est aventure, notre vie, la vie de l’humanité. Il faut en prendre conscience au lieu de penser que tout est stable. Il faut apprendre à vivre avec ce sentiment de changement permanent.

Question MAIF: Cette tragédie vous conforte-t-elle dans vos convictions ?

Réponse : Je vois un nouvel élan pour les choses auxquelles je crois. Bien sûr, je sais que cet élan peut être écrasé par des forces plus puissantes. On n’est pas les maîtres du futur, mais il faut prendre parti et continuer à oeuvrer pour que la balance penche du coté des forces de la vie, de la coopération et de la solidarité.

Question MAIF: Vous reconnaissez-vous dans le mouvement mutualiste ?

Réponse : Je pense même que c’est l’avenir. Car il va dans le sens d’une économie guidée par l’intérêt commun et non par la recherche obsessionnelle du profit. Cela ne peut qu’être favorisé par la prise de conscience de tout ce qui nous est arrivé. En France, localement, le bouillonnement des mouvements d’entraide à caractère coopératif est certes nécessaire, mais insuffisant.

Question MAIF: La MAIF est devenue une entreprise à mission : ce modèle est-il assez puissant pour convaincre ?

Réponse : Dès que vous avez un exemple fécond, il a valeur de contagion, je pense que la MAIF est aujourd’hui exemplaire et que son exemple devrait rayonner et aller dans le sens du développement mutualiste et coopératif.

Mon commentaire : A chacun, l’âge venu, la découverte ou l’ignorance… Cet extrait, en forme de voeu collectif, que je vous laisserai rechercher, renvoie à l’accomplissement de soi, à l’implication, mais aussi à notre vision du monde. Soyez fiers demain, de pouvoir dire : « J’étais là ! »

L’Ours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s