Développement personnel·Formation et professionnalisation·Prospective

Découverte 2021 : une visio pleine de Peps !

Il manque Murielle et Angelo.

Une fois n’est pas coutume… deux fois, cela peut passer pour du hasard, trois fois, c’est déjà le début d’une bonne habitude ! Voici un compte-rendu de découverte assez proche de ce que nous avons coutume de faire en plénière. Même le nombre pourrait le laisser croire : 14 participants, c’est déjà très bien !

Bienvenue à nos nouveaux arrivants : Florence, DRH de profession, présentée par Malika, du Pôle Économie Sociale et Solidaire. Florence nous l’expliquera mieux par elle-même, elle est porteuse d’un projet d’intégration et d’accompagnement de personnes éloignées durablement de l’emploi, et qui durant cette période, ont vu leur situation changer, notamment en raison de l’apparition d’un handicap. Angelo, – qui nous écoute – a présenté à Florence les fondamentaux d’entraide et de coopération bienveillante de BCN. Antoine note la difficulté de faire appel à un travailleur social dans le cadre du projet : BCN sollicite ponctuellement des interventions de psychologue, qui nous facturent des prestations labellisées. Du coup, les efforts de construction de contenus, les différents partenaires (dont AEC), les règles de bonne conduite et de confidentialité sont déjà assimilés : c’est bon signe ! Notre dispositif reste souple et cela tombe bien : les usines à gaz ne créent guère d’emplois.

L’arrivée Hugo nous avait été annoncée par Xavier mardi. Jeudi après-midi, nous étions en contact, à 18 heures, nous avions son CV – impressionnant – il était connecté à la visio, et Alexandre nous proposait ce qui suit : « 

Tout d’abord merci pour ce transfert de CV. En effet, Hugo possède un parcours quelque peu similaire au mien en tant qu’ingénieur. Je suis malheureusement indisponible aujourd’hui, et nous partons en voyage demain avec ma femme. Néanmoins, je suis de retour la semaine du 25 et serai parfaitement disponible pour échanger avec lui (téléphone ou mail).N’hésite pas à lui transmettre mes coordonnées si nécessaire.« 

Ce sera chose faite ce soir-même. Notons que l’expérience d’Alexandre, issu également d’une école d’ingénieur de Clermont permettra d’aiguiller Hugo au travers des difficultés spécifiques liées au contexte.

I. Deux arrivées, deux embauches.

Patricia et Murielle venaient ce soir présenter dans quelles conditions elles ont retrouvé du travail en fin d’année. La première à l’Union Régionale des Résidences d’Habitat pour les Jeunes, dont elle sera la déléguée, la seconde s’intégrant dans l’équipe administrative de la Collectivité de Corcelles-les-Citeaux. Champagne ! Nous saluons nos 4 impétrantes de 2020 : Estelle, Nathalie, Patricia et Murielle. C’est loin de notre meilleure année, et l’une des raisons tient à l’absence de manifestations, salons et actions, autant d’opportunités de mettre en relations nos candidats « en situation », dans un contexte qui les met en valeur.

II. La logistique et la Maison Pôle Emploi de Beaune.

Sébastien, Thierry et désormais Hugo peuvent désormais se revendiquer d’un domaine « Logistique » au sens large. Je veux parler bien sûr d’un domaine élargi, que l’on appelle parfois « Intervention – Maintenance », domaine où l’approvisionnement – la livraison – le SAV et le pilotage (conduite d’activités) sont partie prenante. Si l’on y ajoute la normalisation, la documentation et la démarche Qualité, il est nécessaire de préciser de quoi on parle ! Et c’est d’autant plus important quand on souhaite en sortir : oui, mais de quoi ?

Sébastien nous explique qu’il passe actuellement beaucoup d’entretiens dans ce domaine, avec des succès variés, mais plutôt dans le haut de la short-list, ce qui veut dire qu’il est un bon candidat, mais qu’il n’est pas forcément dans « le flow » :

Mais d’abord, qui êtes-vous ?

Notre blog a déjà consacré pas mal d’articles à l’ikigaÏ : notre proposition est donc la suivante : avec l’appui de Florence et d’Angelo, donnons-nous rendez-vous (maxi 10 personnes) autour de 4 questions :

  • quel enfant étiez-vous ? (caractère).
  • quelle star étiez-vous ? (sport, course à pied, sport collectif, dessin, jeux vidéo).
  • Où étiez-vous quand vous disparaissiez une après-midi ? (à dénicher les oiseaux, grimper aux arbres, faire du bateau…).
  • Quelle est l’activité où l’on « vous perd » ? (Vous n’avez plus conscience du temps qui passe, de la réalité, de la contrainte et/ou du plaisir).

Pour conclure si ce thème, j’ai proposé l’action suivante à Madame Adèle Bugaud. Il s’agit de la conseillère Pôle emploi qui a pris le relais de Mme Elise Jafflin dans l’accompagnement des cadres inscrits au Pôle emploi de Beaune dans la modalité « guidée ». L’idée serait de lui montrer EN QUOI nos approches sont complémentaires et nullement concurrentes.

Pôle Emploi Beaune communique régulièrement sur notre association en direction des personnes de mon portefeuille. Elle est évidemment incontournable lorsque l’on parle de logistique. Nous avons donc échangé longuement sur la structure BCN, pour lui permettre de mieux en parler aux demandeurs d’emploi et réaliser des orientations plus pertinentes.

III. Nos autres candidatures.

Françoise prépare son dossier pour la Promo 16 – 18 de l’Afpa : Patricia et Saïd lui conseillent de travailler davantage les éléments de compétences transférables, et dans les points à améliorer, l’aptitude à entraîner, la pédagogie de projet, l’expérience pédagogique… Tous deux se proposent de l’aider : est-ce-que cela pourrait se faire autour d’une « feuille Carrédas » ?

Sophie – Julien – Juliette : pas d’avancée notable au cours des dernières semaines, si ce n’est que le « retard à l’allumage » du dossier de la com – com du Pays de Langres agace Juliette, qui observe un retour favorable pour son activité de freeelance dans le Doubs.

IV. Decidata.Org.

http://www.decidata.org

Nous l’avions abordé rapidement lors d’une session découverte précédente ; sur les conseils de Nathalie, qui présentait ses méthodes de recherche, le recours à cette banque de données gratuite avait été recommandé. Xavier disait ceci : Pour ma part je ne me suis pas inscrit à titre personnel, il me semble plus efficace d’enregistrer BCN et de nous communiquer le mot de passe prévu pour y accéder. Les connexions des utilisateurs seront probablement comptabilisés et si celles de BCN sont nombreuses cela peut être utile. Actuellement, le champ « structure » n’est pas ouvert : l’inscription collective n’a donc pas pu être réalisée. Ceux que cela intéresse peuvent surfer seulement à titre individuel pour l’instant. Enfin, l’INSEE a mis à disposition ces jours derniers quelques publications de 1ère main ; à suivre dans les prochains jours !

IV. Les animateurs bénévoles de BCN.

Ce sont les « éclairagistes »- les « poursuites » – ingénieurs du son – balances – machinistes : sans eux, le rythme de 2 à 3 sessions mensuelles de BCN, les simulations, les montages de stand, déplacements.. seraient beaucoup plus compliqués : merci et Bonne Année à Françoise, Gilles, Jérôme, Xavier, ainsi qu’à nôtre Pôle Marketing : Zélina, Anastasia et Olga. Et je n’oublie pas les « nominés » : Saïd et Patricia. Cela me donne l’occasion de souligner que l’on peut (c’est même très apprécié) être à la fois candidat ET bénévole !

Nous mentionnerons les actuels membres du bureau avec le compte-rendu de la prochaine session Découverte, sur le thème « SCORE » proposé par Saïd.

Sujet : BCN Atelier Découverte Jeudi 21 Janvier à 18 Heures

Participer à la réunion Zoom https://zoom.us/j/7458503747
ID de réunion : 745 850 3747

L'éditorial

Éditorial : Changeons de voie.

Dans son dernier livre « Changeons de voie – les leçons du coronavirus » Éditions Denoël, Edgar Morin, le philosophe et sociologue, fort d’un siècle d’existence vouée à la pensée, nous livre ses réflexions sur la pandémie. Et sur le monde à construire.

Question MAIF: Pourquoi cette urgence à écrire ce livre ?

Réponse : J’ai saisi la possibilité de réfléchir ce que l’on pourrait faire après, en tirant les leçons politiques et humaines de cette pandémie. Je pressentais que la crise se métamorphoserait au cours des mois suivants avec son lot de nouvelles incertitudes.

Question MAIF: Comment convertir notre stupeur en pensée et en actions ?

Réponse : Ceux qui ont cette énergie doivent la transmettre. Ces idées restent certes minoritaires et incomprises, mais un jour, les conditions seront favorables et elles pourront se répondre. Si l’on ne peut pas être maître de ces conditions, on peut tout de même y contribuer. En attendant, il faut témoigner.

Question MAIF: Pensiez – vous devoir affronter un tel cataclysme ?

Réponse : J’ai bien sûr été surpris, comme tout le monde. Mais je pense qu’il faut s’installer dans l’aventure. Tout est aventure, notre vie, la vie de l’humanité. Il faut en prendre conscience au lieu de penser que tout est stable. Il faut apprendre à vivre avec ce sentiment de changement permanent.

Question MAIF: Cette tragédie vous conforte-t-elle dans vos convictions ?

Réponse : Je vois un nouvel élan pour les choses auxquelles je crois. Bien sûr, je sais que cet élan peut être écrasé par des forces plus puissantes. On n’est pas les maîtres du futur, mais il faut prendre parti et continuer à oeuvrer pour que la balance penche du coté des forces de la vie, de la coopération et de la solidarité.

Question MAIF: Vous reconnaissez-vous dans le mouvement mutualiste ?

Réponse : Je pense même que c’est l’avenir. Car il va dans le sens d’une économie guidée par l’intérêt commun et non par la recherche obsessionnelle du profit. Cela ne peut qu’être favorisé par la prise de conscience de tout ce qui nous est arrivé. En France, localement, le bouillonnement des mouvements d’entraide à caractère coopératif est certes nécessaire, mais insuffisant.

Question MAIF: La MAIF est devenue une entreprise à mission : ce modèle est-il assez puissant pour convaincre ?

Réponse : Dès que vous avez un exemple fécond, il a valeur de contagion, je pense que la MAIF est aujourd’hui exemplaire et que son exemple devrait rayonner et aller dans le sens du développement mutualiste et coopératif.

Mon commentaire : A chacun, l’âge venu, la découverte ou l’ignorance… Cet extrait, en forme de voeu collectif, que je vous laisserai rechercher, renvoie à l’accomplissement de soi, à l’implication, mais aussi à notre vision du monde. Soyez fiers demain, de pouvoir dire : « J’étais là ! »

L’Ours.