Développement personnel·Management·Recrutement & RH

Dix compétences humaines pour l’avenir du travail

Ces atouts fondamentaux sont essentiels non seulement pour créer et diriger des équipes efficaces, mais aussi pour prospérer dans un milieu de travail en constante évolution.

Illustration d’Irena Gajic

Par Shana Dressler 

Nous avons tous entendu comment nous devons nous exercer à être plus humains pour éviter de devenir des robots. Mais que diriez-vous de pratiquer l’humanité pour vous assurer de ne pas devenir des monstres?

1. État d’esprit d’empathie

L’empathie nous donne la capacité de nous mettre à la place des autres afin que nous puissions voir et ressentir de leur point de vue. C’est un état d’esprit et une approche globale de l’être – au travail et dans la vie.

2. Intelligence émotionnelle

Il s’agit principalement de soi : développer la conscience de soi, l’autogestion, la conscience sociale et la gestion des relations. Être conscient de la façon dont votre comportement affecte les autres est au cœur de l’intelligence émotionnelle.

Réfléchissez à ces questions : Quels types de comportements vous rendent fou ? Où et quand se manifeste votre anxiété ? Que faites-vous lorsque vous ne vous sentez pas entendu ? Comment vos ressentiments se manifestent ils dans les interactions avec les autres?

3. Communication efficace

Qu’est-ce qui empêche une bonne communication ? La Frustration, le manque de confiance, le stress et l’envie d’éviter les problèmes, qui se traduisent par des heures perdues sans fin. Il est important de partir d’un lieu d’écoute active et de considérer les principes suivants.

  • Écoute : La première étape de la compréhension consiste à poser des questions. Ensuite, faites une pause pour entendre comment votre collègue explique ce qu’il pense et ressent. En écoutant, vous gagnerez un contexte précieux pour savoir d’où viennent ces pensées et ces réactions.
  • Appréciation : montrer une appréciation sincère et célébrer les contributions des autres vous permet de montrer que vous les appréciez.( « Mille bravos, mille mercis »).
  • Conscience de soi : Pour ressentir ce que les autres ressentent, il faut aussi comprendre ses propres préjugés et ce que sont ses croyances limitantes.
  • Jugement : Lorsque les gens demandent conseil ou partagent un problème, ils ne recherchent pas votre critique. Considérez qu’ils ont peut-être déjà une réponse, que vous pouvez aider à démêler. Parfois, le fait de simplement reconnaître ce qu’ils ont dit est la meilleure première étape. 
  • Présence : avant les réunions, prenez un moment pour penser à ceux avec qui vous serez et à quoi ils ont affaire au travail – et dans la vie. Le temps est l’un de nos atouts les plus précieux, alors soyez pleinement là.
  • Intention : Sachez ce que vous voulez dire et soyez clair sur votre objectif. Aucun de nous n’est un lecteur d’esprit. 90% de la communication est non verbale alors assurez-vous que les mots que vous utilisez expriment avec précision le point que vous voulez faire valoir et que vous avez traité vos sentiments avant de parler.
  • Organisation : prenez le temps d’organiser vos pensées et de les exprimer de manière simple.
  • Cadrage : Le courage de dire ce qui vous préoccupe vraiment est important, mais n’oubliez pas que «je pense, je pense» est beaucoup plus efficace que de commencer par «vous», ce qui met les gens sur la défensive.
  • Affirmation : les gens comprennent-ils ce que vous dites? Demander si l’information a du sens peut révéler un problème potentiel. 

4. Un état d’esprit de croissance

« Devenir, c’est mieux qu’être. » – Carol Dweck,  Mindset : La nouvelle psychologie du succès

Une grande partie de ce que nous faisons est motivée par la peur, même au travail. Cette mentalité de peur favorise une culture anti-changement, même dans les entreprises «innovantes». Permettre une prise de risque calculée est essentiel pour le développement de nouveaux produits et des solutions innovantes. Plutôt que de stigmatiser l’échec, un état d’esprit de croissance le considère comme un élément nécessaire du progrès. Comme le souligne Carol Dweck, professeure de psychologie à l’Université de Stanford, trouver proactivement des résultats positifs malgré tous les défis contribue à renforcer la résilience. 

5. Curiosité + instigation

La curiosité fait naturellement partie de tout cycle créatif. Celui-ci ouvre la voie à une «réflexion sur les possibilités» plutôt qu’à un statu quo. L’instigation est une invitation à contester les solutions rapides, les solutions médiocres et la médiocrité. Commencez par embrasser l’inconfort et l’inconnu, laissez de la place pour des idées dissonantes, des opinions divergentes et des résultats apparemment improbables. Remettre en question des façons de penser et de travailler rigides permet à de nouvelles idées de se former. Permettez-vous de vivre des moments d’admiration et d’émerveillement, et apportez cette pratique à votre travail. Les grandes idées surgissent souvent lorsque l’esprit est calme et à l’aise.

6. Analyse stratégique et pensée analytique

Les gens sautent souvent dans la phase d’exécution juste après la découverte. L’étape manquante, l’analyse stratégique, garantit que les bonnes questions sont posées avant qu’une équipe ne passe à la résolution de problèmes. L’analyse stratégique aide à identifier les problèmes complexes en fournissant une vue de haut niveau sur le Web interconnecté de ce qui peut souvent sembler être des problèmes isolés. 

La pensée analytique permet aux gens de suspendre la prise de décision émotionnelle et de regarder plutôt logiquement des recherches et des tests fondés sur des preuves. Dans le cadre du processus analytique, on examine tout, de la cause à effet au pour et au contre à l’analyse coûts-avantages. C’est une erreur dans tout processus de développement de produit que l’analyse stratégique et la pensée analytique reposent sur les épaules d’une seule personne. Le projet le plus réussi nécessite que les solutions proviennent d’une équipe multidisciplinaire. 

7. Résolution de problèmes complexes

La résolution de problèmes complexes est plus efficace lorsque les membres d’une équipe regardent un descriptif de projet avec les yeux d’un stratège. Bien avant que des solutions ne soient proposées et qu’un temps important soit consacré, assurez-vous d’identifier le vrai problème avant de passer aux solutions. Afin de passer en mode de résolution de problèmes, vous devez comprendre le vrai problème à portée de main, identifier les défis sur le chemin, résister aux solutions simples, identifier les contraintes et les voies de la faisabilité et, surtout, vous assurer d’être ouvert à l’expérimentation. . 

8. Résolution des conflits

  • Il est inévitable qu’un conflit survienne dans une équipe à un moment ou à un autre. Elle survient le plus souvent lorsque les rôles ne sont pas clairement définis, il y a eu une rupture de communication, lorsque des hypothèses sont formulées et lorsque les flux de travail et les processus sont mal conçus. La plupart d’entre nous ont peu ou pas de formation pour exprimer des émotions négatives: frustration, blessure, indignation. Notre réaction par défaut est d’éviter l’inconfort, de faire comme si de rien n’était ou de devenir inconsciemment passif et/ou agressif. Laisser les conflits s’envenimer peut être extrêmement préjudiciable au moral et à la productivité. Parmi les compétences les plus efficaces à apprendre pour résoudre les conflits figurent la maîtrise de l’écoute profonde, de la médiation et de la facilitation. Donner aux gens le bénéfice du doute et diriger avec curiosité sont également des outils puissants. 

9. Négociation et persuasion

En plus de comprendre le point de vue d’autrui et d’être résilient, le travail exige que nous trouvions des moyens d’être efficaces. Cela nécessite négociation et persuasion. Cela ne vaut pas seulement pour l’équipe des ventes. Vous devez être clair sur ce que vous voulez et ce que vous êtes prêt à abandonner pour l’obtenir. 

Compte tenu de l’avenir du travail et de la croissance de l’économie de coalitions, de plus en plus de professionnels seront obligés de devenir plus entreprenants. Une partie de ce qui fait le succès d’un entrepreneur est la capacité de présenter et de vendre ses services, ce qui est le point de départ de la négociation et de la persuasion – non seulement pour les indépendants, mais aussi pour les employés internes.

10. Leadership

Un grand leader reconnaît que la confiance, la transparence, l’inclusivité et le respect sont des piliers essentiels sur lesquels se construit une culture d’entreprise dynamique. Ils comprennent qu’il ne suffit pas de construire une culture, il faut la protéger et la maintenir. Un grand leader doit également prendre des décisions difficiles et tenir chacun, y compris lui-même, responsable. 

En fin de compte, être adaptable aux changements qui se produisent sur le lieu de travail d’aujourd’hui consiste à mettre ces compétences humaines en pratique à la fois au niveau individuel et organisationnel. Bien que les compétences et les besoins techniques puissent changer, comprendre comment interagir et être plus humain au travail peut rester la seule constante. 

Cet extrait est issu de la masterclass DLW présentée à la conférence Adobe 99U en 2019.

Que faut-il en penser ? Bien sûr, ce n’est pas la première fois que nous parlons ici des « softskills » : l’approche nouvelle porte sur l’apport de ces compétences humaines en milieu créatif. Si vous voulez que votre entreprise, votre équipe ou même votre famille ou vos amis acceptent de « composer » ou de « jouer le jeu » avec vous, passez un peu de temps à relire ceci de temps en temps…

L’Ours.