Culture - Loisirs - Histoire·Evènements·Revue de Presse

La voix de l’Europe porte encore.

Ina_Kershaw1

Spécialiste du nazisme, l’historien Ian Kershaw trace dans « L’âge global le portrait d’un continent européen prospère, puis secoué par les crises économiques et identitaires. A l’heure du Brexit et des populismes, il décrit une Europe écartelée entre les incertitudes et les motifs d’espoir.

Question :  Que représente pour vous le Mur de Berlin, qui figure sur la couverture de votre livre ?

Ce mur représente toujours d’après moi, la vision d’une Europe unie. Avec des jeunes,     « juchés » sur le Mur, qui ont réussi à surmonter les divisions de ce continent.

Ian_Kershaw4

Question :  Pourquoi cet « âge » est-il devenu « global »  après la Seconde Guerre Mondiale ?

La période qui suit la Seconde Guerre Mondiale est subordonnée d’entrée à deux superpouvoirs mondiaux, les États-Unis et la Russie : le livre s’ouvre d’ailleurs sur la guerre de Corée, pour montrer à quel point les intérêts mondiaux leur étaient subordonnés. Avec le temps sont venus se greffer les effets de la mondialisation. Et puis la Chute de Mur, la convergence économique, Internet, la révolution technologique des années 1990 et 2000 pour aller vers un monde de plus en plus lié et interconnecté.

Question :  En quoi la crise des missiles de Cuba, en 1962 constitue-t-elle un cap dans l’histoire ?

C’est la fin d’une première phase de peur profonde d’un conflit nucléaire et aussi la preuve que ce qui menace l’Europe est désormais lié aux intérêts des Américains et des Russes. 1960, le Mur de Berlin, 1962, les missiles de Cuba. La confrontation nucléaire prend fin à l’heure de ces deux événements. Contrairement à ce quel ‘on croit, le Mur met fin à la tension entre les peuples en Europe, et en 1962 surgit un moment de paix, de stabilité, lié à l’équilibre nucléaire entre les deux.

Question :  Vous décrivez cette période comme celle du retour à une certaine forme de « normalité » ?

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le désir de paix était là en Europe, avec cette reconstruction d’une Europe pacifiée, avec l’idée que cela ne se reproduirait jamais. La stabilité a consolidé de développement pacifique en Europe. Au niveau culturel, des développements spécifiquement européens sont nés parce qu’ils prenaient racine dans l’horreur qu’a connue l’Europe, dans le traumatisme physique et psychologique de la guerre. On les a retrouvés notamment dans l’architecture et la littérature.

Question :  Un long chapitre est consacré à la guerre de Yougoslavie, un autre cap pour le continent européen ?

Ce n’est pas forcément un tournant, mais elle a rappelé à l’Europe que son sol pouvait encore être le théâtre de guerres, que toute forme de conflit n’avait pas totalement disparu. C’est un conflit que l’Europe occidentale n’a pas compris à ce moment-là, qui se déroulait dans un pays lointain, que l’on ne connaissait pas ou pas bien. On n’en a pas tiré les enseignements qu’on a pu tirer des deux guerres mondiales parce qu’elle ne nous touchait pas. Elle n’affectait pas notre quotidien d’Européen. C’était un avertissement.

Ina_Kershaw5

Question :  ces dernières années, l’Europe a été durement frappée par le terrorisme. Est-ce une autre forme de guerre ?

Je n’aime pas cette expression « guerre contre le terrorisme », ce n’est pas une guerre, c’est une question de sécurité et de défense. Il n’y a pas d’ennemi défini comme pour un conflit avec un État. C’est plutôt une manière de défendre un mode de vie et une civilisation. Le danger n’est pas tant, dans ces attaques terroristes, de détruire le continent européen, que de réduire les libertés individuelles dans ces pays,  en mettant l’accent sur la sécurité intérieure dans ces pays.

Question :  Certains établissent un parallèle entre le nazisme, dont vous êtes un spécialiste, et le djihadisme.

Pour moi, ce sont des phénomènes différents, que j’analyse de manière distincte. Le nazisme est né dans un contexte européen et allemand bien précis qu’il s’agit de comprendre en tant que tel, il est impossible de les comparer. Pour moi ce parallèle est une simplification.

Question :   Brexit, Allemagne affaiblie, Italie, contestation sociale en France… Les turbulences que connaît l’Europe traduisent-elles un mal global ?

Tout ça n’engendre pas forcément une crise générale de l’Europe, ce ne sont pas des éléments susceptibles de déstabiliser voire d’engendrer l’effondrement de l’Europe. Ce sont des phénomènes certes préoccupants, mais centralisés sur leur pays : Brexit, départ de Mme Merkel, M. Salvini, les gilets jaunes en France… la question des grèves en France est un problème spécifiquement français pour lequel la France trouvera une solution, ou pas.

Ian_Kershaw3

Question :  Dans cette Europe-là, quel rôle doit jouer Emmanuel Macron ?

C’est quasiment le seul dirigeant européen à avoir cherché à être novateur, à vouloir réformer, mais ses initiatives n’ont mené nulle part. A chaque fois,  ses projets de réforme fondamentaux du système européen se sont heurtés aux intérêts nationaux d’autres pays, notamment de l’Allemagne. Comme sur son projet de finaliser l’Union bancaire… Macron est un énième leader politique qui a échoué sur la question européenne.

Question :   Une demi-siècle plus tard, la démocratie à l’européenne fonctionne-t-elle encore ?

Cela ne fonctionne pas toujours brillamment, mais ça fonctionne. C’est une réussite, même si, aujourd’hui, les mouvements contestataires et de protestation existent. Elle fonctionne même si elle n’est pas égalitaire et équitable pour tout le monde. Churchill disait : « La démocratie est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres ». mais si on compare avec les années 30, on peut dire que la démocratie est consolidée.

Question :  Face aux poids lourds Donald Trump, Vladimir Poutine ou Xi-Jinping, la voix de l’Europe porte-t-elle encore ?

Oui, l’Europe a encore une voix, même si elle est plus faible que par le passé. L’Europe continue à être une puissance économique majeure dans le monde, malgré son déclin relatif par rapport à d’autres parties du globe. Sa voix restera d’autant plus forte si elle tient bon. Le Brexit atténue cette voix de l’Europe, mais surtout celle de la Grande-Bretagne, qui devient un pays esseulé, se contentant d’une toute ^petite voix dans les affaires du monde.

Question :  Le Royaume-Uni se retrouve donc affaibli par le Brexit ?

C’est le début de la fin. C’est en tout cas, la source d’un profond regret pour moi. Il va falloir des années avant que tout cela ne se mette réellement en place. Après, en termes de commodités en tant qu’écrivain britannique, j’attendrai plus longtemps pour passer la douane… Pour le reste, on verra.

Propos recueillis par Xavier Frère – Le grand entretien – Le bien Public du Dimanche 23 février 2020.

Bio Express : Ian Kershaw.

23 avril 1943 : naissance à Oldham (U.K.)

Années 60 : études supérieures à Liverpool et Oxford.

1983 : professeur invité à l’université de la Ruhr à Bochum (D.)

1987 : Premier livre sur Adolf Hitler, Le mythe Hitler.

1995 : publie L’opinion allemande sous le nazisme.

1999 – 2000 publie Hitler tome 1 et 2.

2016 : L’Europe en enfer, 1914 – 1949.

Janvier 2020 : L’âge global, l’Europe de 1950 à nos jours (Éditions du Seuil).