Culture - Loisirs - Histoire

BCN a vu pour vous : la fille au bracelet.

Le synopsis n’est pas nouveau : un procès d’assises va avoir lieu. Chacun sait qu’il s’agit de l’instance judiciaire la plus noble, mais aussi la plus spectaculaire, la plus populaire, celle où la justice « est rendue par des non-professionnels ».  Et encore une fois, cette justice « mise en scène » fonctionne.

accusée

Qui est donc cette Lise*, 18 ans, qui vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d’avoir son bac ? La voilà au banc des accusés, isolée dans le box, car elle est accusée d’avoir assassiné sa meilleure amie.  Pas ou peu impressionnée par la Cour et le jury, Lise Bataille semble indifférente à l’enjeu de son procès : provoc ? Inconscience ?

Le monde et la mise en scène des adultes semblent bien archaïques, et celui de Lise échappe à celui de ses parents, « toujours au boulot », professions libérales tous les deux,  des signes d’aisance financière évidents, jusqu’à ce que le père (Roschdy Zem) s’arrête pour soutenir sa fille durant sa résidence surveillée (le fameux bracelet) et le procès d’assise. Tous deux vont tomber de Charybde en Scylla au fil des révélations des pratiques libérées des  adolescents de 16 ans qu’ils étaient tous au moment des faits…

Les magistrats et les avocats font, comme toujours, de leur mieux pour donner du crédit à leur thèse : cela vaudra une passe d’arme cinglante entre la mère de Lise (Chiara Mastroianni) et l’avocat général (Anaïs Demoustier, selon moi la révélation du film).

Anais1

Pas de procès d’assise sans coup de théâtre ! Celui-ci aura bien lieu : mais je ne vous en dirai pas plus.  Simplement, que les débuts en salle de ce film sorti le 12 février dernier semblent prometteurs, et que les commentaires précédaient les spectateurs d’une rumeur élogieuse.

Dans les grandes familles du cinéma, « bon sang ne saurait mentir » :  le réalisateur Stéphane Demoustier capte chacune des émotions de sa comédienne de soeur, parfaite dans le rôle de l’Avocat Général. Chiara Mastroïanni  et Roschdy Zem sont des parents dépassés par la marée qui les emporte…  Savez-vous de quand date le cultissime « Douze hommes en colère », de Sydney Lumet avec Henry Fonda ? De 1957 ! Respect….

L’Ours.

L_Ours_n

Lise Bataille : Mélissa Guers.

Actualités & News·Société

14 FEVRIER : La ST-VALENTIN, Fête Commerciale ou occasion de célébrer L’AMOUR ?

Valentine

« L’origine réelle de cette fête est attestée au XIVe siècle dans la Grande-Bretagne encore catholique où le jour de la Saint-Valentin du 14 février était fêté comme une fête des amoureux car l’on pensait que les oiseaux choisissaient ce jour pour s’apparier1. Restée vivace dans le monde anglo-saxon, comme Halloween, cette fête s’est ensuite répandue à travers le continent à une époque récente. »

C’est ainsi que Wikipédia commence sa page au sujet de la St Valentin. Célébrée dans de nombreux pays, cette fête se décline sous d’autres appellations, à d’autres dates, au Brésil, en Iran, en Israël ou encore en Chine.

Il semblerait par ailleurs que la  version commerciale aurait son origine au milieu du XIXe siècle….aux États-Unis.

A la suite de ce préambule vaguement historique de ma part, je me demande si ce n’est pas la dernière version qui l’emporte de nos jours.

En effet comment échapper toute la semaine dernière aux affiches, bannières, écrans publicitaires, pseudo reportages et annonce en tous genres : Valentine’s day, menu spécial, dessous chics, 20 idées originales pour elle et pour lui, témoignages d’amoureux célèbres ou de citoyens « lambda », week-end spécial St Valentin à prix cassé ou dernière minute, brassées de roses (la rose représente 80% des ventes chez le fleuriste pendant la semaine) jeux coquins, jeux télévisés…….à en avoir la nausée ou le tournis !!!

Et pourtant, si c’était quand même une belle occasion… Avec mon amoureux, nous sommes allés au restaurant, nous avons dégusté le menu spécial et passé une délicieuse soirée. J’ai été touchée par tous ces couples de tous âges autour de nous, du plus jeune au plus âgé. Et il nous est souvent aussi arrivé de fêter la St Valentin chez nous, ou en décalé lorsque les enfants étaient jeunes. Parce que quand même….soyons honnêtes, c’est plutôt agréable de partager ce moment, de se pomponner un peu, de prendre ce temps là justement !

Même si finalement, il nous appartient de décider que des soirées en amoureux, c’est possible toute l’année, sans injonction de consommer, sans le « packaging » affreusement rouge passion par obligation…

A l’instar de la St Valentin, la journée de la femme ne se limite pas au 8 mars,  la lutte contre le cancer n’est pas réservée au 4 février, toutes ces journées internationales ou mondiales ou régionales (les personnes âgées le 1er octobre, le sommeil le 22 mars…….) ne nous dispensent pas de ne plus y prêter attention le reste de l’année, évidemment, quoique….

Le 3 décembre dernier, journée internationale des personnes handicapées, un invité des plateaux de télévision lui-même en situation de handicap et expert dans un domaine dont je ne me souviens pas, a remercié les journalistes de leur invitation et les a poliment informés qu’il était également disponible toute l’année !!!! Façon élégante de rappeler que le handicap ne peut pas se contenter d’une journée par an pour être montré.

Gageons que les amoureux ne se contentent pas de la St Valentin ni d’une rose rouge pour se dire leur amour tout au long des jours, des semaines, des mois, des années.

      Signé : L’Hermine.

Hermine