Management·Recrutement & RH

Démotivation et déclassement social : le ras-le-bol des cadres.

C’est un cri du coeur : le métier de manager « ne fait plus rêver » auprès des cadres qui se sentent peu considérés par leur hiérarchie et isolés au quotidien.

Réunis en congrès à Deauville, les élus de la CFE-CGS ont dressé un constat amer sur l’encadrement. Une mission qui ne « fait plus rêver » face à un « sentiment de démotivation », voire de « déclassement social » parmi les cadres. Et le document de poursuivre que, malheureusement, « l’implication n’est plus la garantie d’une évolution personnelle. La reconnaissance et la considération pour la prise de responsabilité s’estompent devant les contraintes, la charge mentale et la solitude que génèrent ces responsabilités », ajoute le document.

Ras_le_bol_cadres

Les salariés ne souhaitent également plus exercer des responsabilités de management afin de concilier davantage leur vie perso et leur vie pro.

10 engagements pour « redonner envie » aux cadres

Selon la CFE-CGC, pour que la mission de cadres redonne envie aux cadres, il faut leur donner le change. Le syndicat a ainsi listé 10 propositions, et notamment de leur accorder « une confiance ‘a priori' », de promouvoir le rôle de la hiérarchie intermédiaire, de reconnaître les droits « à l’erreur et de retrait » du management ou encore de veiller à ce que toute nouvelle technologie soit accompagnée d’une étude d’impact sur l’évolution du rôle de la hiérarchie intermédiaire.

La qualité de vie au travail (QVT) a fait l’objet d’une quinzaine de résolutions dont une demande de réouverture d’une négociation nationale interprofessionnelle sur ce sujet. La QVT est sujet sur lequel les entreprises devraient s’engager alors que pour un euro investi, cela rapporte 13 euros.

Rincés, les cadres constatent la « dégradation de (leurs) conditions de travail », avec un  forfait jour « devenu de l’esclavagisme ». Le forfait jour annualise le temps de travail pour ne pas entrer dans le cadre du temps de travail hebdomadaire (qui est légalement de 35 heures en France). Il détermine le temps de repos légal soit 11 heures par jour et 35 heures consécutives hebdomadaires. Cela signifie que le salarié peut travailler jusqu’à 78 heures par semaine alors que le code du travail et les recommandations européennes ne prévoient que 48 par semaine au maximum.

Par Guirec Gombert le 11 octobre 2019 – Paru le 13 octobre sur le site Cadréo.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s