Actualités & News·Economie·L'éditorial

Plénière N° 112 des membres de BCN.

Malgré les vacances scolaires, nous étions une dizaine à cette réunion, qui  n’a pas été une mince affaire à monter ! Finalement reportée au 18 avril, elle était centrée sur le retour d’Alsace de Danièle, notre ci-devant trésorière et manager de transition. Et de fait, depuis le week-end dernier, les dossiers en instance ne manquent pas :

  • le point d’avancement des subventions, et notamment celles du Département 21,
  • la formation AEC, ainsi que le démarrage de l’intervention de Joyce,
  •  une mise à jour des mouvements comptables en attente.

En effet, le mercredi 17 Avril se tenait une intervention « tripartite » de Danièle, Lenny et Xavier autour des « codes ROME », mots-clés, compétences et connaissances ; surtout, il s’agissait de donner les connaissances de base pour acquérir l’agilité indispensable entre ces différents concepts, et passer ainsi, une fois monté le projet professionnel, d’une appellation à une autre, selon les pratiques du secteur.  L’exemple de l’Afpa, qui a construit une formation de « Conseiller de médiation numérique » englobant et dépassant le rôle de « community manager » habituellement retenu, est une illustration de la volonté de faire bouger les lignes, … et de l’inertie des professionnels !

I. TOUR DE TABLE.

Nous accueillons Fabien, qui nous est adressé par l’APEC, car l’intéressé, qui a exercé des missions de logistique, mais aussi des prestations de maintenance, a actuellement du mal à définir ses priorités et ses freins, pourtant essentiels à la reconstruction de son estime de soi ; sans doute avons-nous trop insisté sur ce point, et sur la rigueur et la progressivité nécessaires pour mener à bien ce travail ? En tout cas, Fabien, qui avait rencontré le matin même nos amis de SNC, nous a fait savoir dès le lendemain qu’il ne poursuivrait pas avec nous.

Aude : arrivée en février,  diplômée d’ESC, spécialisée en marketing, polyglotte, elle se trouve bien dans l’association, (c’est elle qui le dit), participe à toutes les activités, prend la parole, participe aux échanges, aux simulations. Avec ce « pedigree », ainsi que sa volonté d’autonomie, la phase des entretiens approche, nous en sommes convaincus…

Christine B. : cette fois, c’est mûr ! Vendredi soir, simulation d’entretien d’embauche, en préparation d’un rendez-vous Skype prévu le 29/04. L’enjeu est de faire « briller l’humain » au-delà de la technique, qui a déjà fait l’objet d’une validation grâce au CV. Le recruteur, qui est naturellement inquiet, a besoin de se rassurer, comme le touriste qui vérifie avant toute chose que les lieux et monuments sont bien conformes à ce qui est indiqué sur le guide Michelin… Ce n’est pas cela qu’on appelle un voyage réussi !

Christine D. : c’est officiel, elle change de métier, d’adresse mail, de lunettes ! Tout BCN lui adresse ses sincères félicitations, car depuis son arrivée, son optimisme, sa facilité de communication et son enthousiasme ont contribué à notre rayonnement et notre notoriété qui progresse ! De plus, elle intègre une formation RPBO, – Reconstruction post-Burnout – en vue d’obtenir sa cooptation en vue d’accompagner les personnes ayant vécu cette épreuve. Bon vent, Christine !

Danièle : déjà citée, elle repart le 6 Mai pour une nouvelle mission à Salins-les-Bains, qui l’emmènera jusqu’à fin juillet.(Photo de couverture). En parallèle, elle assure l’intermédiation entre son employeur (Christophe Aligier de l’UGECAM) et nos amis de RH Solutions …  un rôle de chargé d’affaires, en quelque sorte !

Fabienne : de formation DRH, elle a connu les difficultés dues à un changement de direction avec reprise, où peu à peu les concessions dues du départ se transforment en frictions de plus en plus fortes, en couleuvres avalées… jusqu’au jour de la rupture conventionnelle, parce que l’on « tient à rester soi-même et à respecter ses valeurs ». Depuis, Fabienne a passé un master de QVT (Qualité de Vie au Travail), et recherche des missions – à temps partagé, au besoin – dans l’agglomération. Elle se forme en parallèle sur un projet familial ayant trait au domaine du transport-logistique.

Hélène : psychologue clinicienne, elle se constitue progressivement une clientèle à Dijon, et envisage de développer ses activités en réseau, et pourquoi pas des prestations facturées pour le compte de BCN sur des thèmes précis identifiés… Nous l’avions prévu lors de notre assemblée générale, nous y sommes.

Lenny : notre jeune volontaire en Service Civique, a conduit le 10 Avril, la réunion de bilan intermédiaire avec Unis-Cité, le mandataire de la mission. L’exercice revêtait une certaine solennité, et s’est bien déroulé ; le support préparé par Lenny a été apprécié, et devrait nous conduire vers des missions futures confiées à BCN. Sur le plan de la recherche d’emploi à Dijon, « les offres d’emploi ne se bousculent pas pour l’instant »… C’est aussi pour cette raison que nous sommes là !

Antoine : secrétaire de BCN depuis 2014, (ancien statut : groupe de parole), puis dès la création de l’Association le 20 avril 2015, il définit son activité comme son « ikigaï ». Les missions d’animation et de présence externe lui conviennent, et il souligne l’enthousiasme déclenché à la MDA par la création d’une « boîte à livres » émise lors d’un Comité de Vie du mois d’octobre. Pour ceux qui ne savent pas à quoi sert un Comité de Vie, nous allons mettre en ligne le tout dernier, celui d’Avril 2019. La peinture sèche, tenez-vous prêts pour le vernissage-inauguration !

Xavier : expert en statistiques, il a piloté des missions de reconversion – réorientation pour Creusot-Loire, ainsi qu’à la CAF de la Nièvre. Une expérience autant industrielle qu’administrative, donc. Un passage depuis la retraite par EGEE, (l’association d’entraide générationnelle de notre ami Philippe P.), puis par le Pôle ESS de Karen et Malika, avant de nous rejoindre sur les recommandations de cette dernière,  notre précédente trésorière. Très bon choix ! Xavier nous alimente de ses contributions et de celles de son réseau, (voir le chapitre suivant tiré de l’étude INSEE sur la logistique en Bourgogne Franche-Comté)… Surtout, c’est un homme discret, qui sait se rendre utile, sans faire sentir l’étendue de son expérience.

Un mot enfin pour nos deux excusés : Gilles, qui se consacre avec talent aux simulations d’entretien, et Nadine, contagieuse depuis le Salon du Bien Vieillir… sans qu’il y ait de lien entre ces deux points !

II. LA FILIÈRE LOGISTIQUE EN BFC.

La présente synthèse est signée d’Hélène Ville et de Guillaume Volmers, de l’ Insee, dans le N° 55 d’INSEE Analyses, paru en Avril 2019.

La filière logistique emploie 72 200 personnes en Bourgogne-Franche-Comté, dont 66 800 salariés (hors intérimaires), ce qui dans la région fait plus d’un salarié sur 13. Elle regroupe tous les emplois des établissements spécialisés dans une activité logistique (transport de marchandises, entreposage…), mais aussi les métiers logistiques qui sont exercés dans un autre secteur d’activité, l’industrie et le commerce de gros notamment. Les entreprises ayant tendance à externaliser leurs fonctions logistiques, les établissements spécialisés jouent un rôle de plus en plus grand dans l’économie régionale. Dans les métiers de la logistique, le profil type du salarié correspond à un homme ouvrier qualifié, plus âgé que dans l’ensemble de l’économie.

Capture_Log3Quant à la distribution des emplois, cette vue retrace l’essentiel : le salarié travaille pour un établissement situé près des axes routiers et des grandes agglomérations, dans un réseau devenu essentiel dans les échanges de biens et de services qui irriguent toute l’économie.

Comment évolue la répartition des qualifications au sein de la filière ? L’informatisation croissante, le développement d’internet et, disons-le, la position dominante d’Amazon ont eu pour effet de pousser l’intelligence et les processus à leur maximum, tandis que l’exécution regroupe désormais le gros des emplois, comme l’illustre le graphique ci-dessous.

 

Capture_Avril_Log

Autre observation, corrélée à cette évolution des métiers, la pyramide des âges : car, même si la filière se trouve de nouveau en croissance, certains métiers, comme celui de conducteur routier, sont peu attractifs (salaires, conditions de travail), et leur population vieillit.

Capture_Avril_Log2

En conclusion, comme le soulignent nos analystes de l’INSEE, les filières en croissance ne sont pas si nombreuses ( +10 % entre 2014 et 2018) pour que nous puissions bouder notre plaisir quand il est question de logistique : l’évolution de la notoriété des vins de Bourgogne, mais aussi le développement des filières courtes (maraîchage) et l’apparition d’un « do-it-yourself » dans le domaine automobile (pièces détachées automobiles Faurecia – Oscaro.com) sont autant d’atouts de proximité, dans une région frontalière, traversée en tous sens par de grands axes de circulation.                                                     N.B. : pour en savoir plus, nous demander le document complet.

III. NOS PRIORITÉS IMMÉDIATES.

La politique de formation affichée par Nicéphore Cité (sessions sur le pitch, formation en 4 épisodes sous forme de masterclass pour les créateurs, rapprochements avec l’Université et l’ENSAM – intelligence artificielle et réalité augmentée), témoignent d’un dynamisme sur lequel il nous faut nous appuyer, d’autant que les interventions à Dijon se multiplient. A notre tour d’investir le terrain chalonnais, et notamment en étant présents aussi souvent que possible, par exemple à la Maison de l’Emploi.

Le transfert des compétences de Lenny et Valentine portant sur les modules WEB non dispensés doit s’opérer les 2 et 3 mai prochains : il faut y voir, pour les adhérents, une opportunité d’acquérir un savoir « concentré », que nous retravaillerons ensuite entre nous, ainsi qu’avec une future mission N°2 Service Civique, si nôtre démarche est soutenue par la Ville.

Ce qui nous amène à la proposition suivante : la fin de non-recevoir opposée par le Département à nos demandes de financement de Service Civique, montrent bien qu’à part une poignée d’élus, la machine administrative ne nous connaît pas suffisamment ; il faut donc développer notre Projet Associatif 2019, en l’actualisant comme un « business-plan » destiné à convaincre des financeurs. La prochaine plénière étant planifiée pour le 16 Mai, une première maquette  du Projet 2020  pourrait circuler à l’occasion de la venue de nos témoins : Christophe A. élu du département, Hélène N. ancienne du Cabinet Hay’s, et Alexandre D. notre inspecteur des  finances « atypique »…. Une occasion d’enrichir notre stratégie lors des échanges de cette Spéciale « Témoignages » en vue, donc !

Et n’oubliez pas ! La Boîte à Livres est notre idée, bien dans la ligne collaborative que nous avons choisie : c’est plus qu’une simple idée, c’est une vision du monde ! A nous d’animer et de relayer cette évolution. Comment ? Mais en donnant l’exemple : des centaines d’ouvrages que nous ne « relirons plus »  encombrent nos étagères, nos rayonnages… (Nos enfants, non plus, d’ailleurs, qui ne connaissent que Mister G.)… Q uel meilleur endroit que la ruche des associations, pour butiner et polliniser ? (Et bien sûr, si l’occasion se présente de lever un verre d’hydromel ou de cervoise… n’oublions pas que les héros locaux sont le chanoine Kir et Vercingétorix !)

L’Ours.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s