Culture - Loisirs - Histoire

Le chant du loup.

Une fois n’est pas coutume, la dernière fois que je vous avais recommandé un film, c’était « A star is born » et depuis une récompense Grammy Award GAGNANT : Lady Gaga & Bradley Cooper – Shallow est venu récompenser le duo vedette. Certes, ils n’ont pas gagné l’Oscar… mais ils l’ont écrasée de leur sincérité.

Cela dit, même s’il est encore question de chant ici, c’est plutôt d’oreille absolue qu’il s’agit, ou plutôt « d’oreille d’or », celle d’un opérateur sonar embarqué à bord d’un sous-marin… Un submersible n’a pas d’yeux, dans les profondeurs où il évolue, seule l’oreille compte ! ce genre a donné des thrillers magnifiques dans le passé, dont le fameux « das Boot », de Wolfgang Petersen en 1981 retraçant l’épopée d’un équipage allemand dans l’Atlantique-Nord.

Antonin Baudry, le réalisateur, ancien diplomate, vient du monde du langage et de l’écrit, et ça se sent (le film s’ouvre sur une belle citation d’Aristote) : du point de vue technique, ce premier film porte forcément des traces de rodage, et ne parvient pas à atteindre l’épure d’une horlogerie suisse, mais à l’arrivée, son Chant du loup se situe à des milliers de miles nautiques au-delà de la concurrence en termes d’ambition et de carrure. Seuls des « connaisseurs » pourraient repérer quelques invraisemblances, qui ne nuisent pas à l’intrigue. Et le résultat est là. On agrippe son fauteuil, on retient son souffle, on se sent avec les personnages, entraînés par leur sens de la loyauté et de l’amitié (et non le sens du devoir cocardier) à accomplir un sacrifice inimaginable. Sous son ambition inédite dans le genre des films de guerre, voilà un cinéma d’hommes, pas macho (les sous-mariniers – surtout nucléaires, ici S.N.A. et S.N.L.E., attaque et lanceur d’engins – ) ont une vie familiale bien contraignante. Bien qu’un peu sacrifié, le seul personnage féminin incarné par Paula Beer donnera au film un plan final superbe et déchirant ; les acteurs masculins sont tous très convaincants, et notamment Omar Sy, à contre-emploi ; un cinéma qui recherche l’action pure et, dans ce but, met l’humain au centre de sa mécanique. Malgré sa gueule radicalement inédite dans le paysage cinématographique français, aller voir Le Chant du loup n’a rien d’un devoir patriotique. C’est simplement l’occasion de découvrir un bon film, un vrai.

sous_marin

Mais cela dit, il est temps de vous grouiller ! Nous arrivons en fin de distribution dans les salles ; pour ceux qui n’ont jamais navigué en rade de Brest, la voici sans trucage, sur écran géant et en son surround… !

L’Oreille d’or.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s