L'éditorial·Optimisme

Propos sur le bonheur. Jérémiades.

Alain (1868 – 1951) a écrit quelque cinq mille « Propos ». André Maurois considère leur ensemble comme un des plus beaux livres du monde, digne de figurer dans toutes les bibliothèques à côté des Essais de Montaigne. « Le bonheur dépend des petites choses ». Ce recueil constitue à la fois une réflexion profonde et un guide pratique.
Ce que je vous souhaite pour cette année qui recommence, c’est-à-dire pour le temps qu’il faut au soleil pour remonter à son plus haut et redescendre ensuite au plus bas, – ce que je vous souhaite, – c’est de ne pas dire et aussi de ne pas penser que tout va de mal en pis.
« Cette soif de l’or, cette ardeur au plaisir, cet oubli des devoirs, cette insolence de la jeunesse, ces vols et ces crimes inouïs, cette impudence des passions, ces saisons folles enfin, qui nous apportent presque des saisons tièdes au cœur de l’hiver », voilà un refrain vieux comme le monde des hommes ; il signifie seulement ceci : « Je n’ai plus l’estomac ni la joie de mes vingt ans ».
Encore si ce n’était qu’une manière de dire ce que l’on éprouve, on supporterait ce discours, comme l’on supporte la tristesse de ceux qui sont malades. Mais les discours ont par eux-mêmes une puissance démesurée ; ils enflent la tristesse, ils la grossissent, ils en recouvrent toutes les choses comme d’un manteau, et ainsi l’effet devient cause, comme on voit qu’un enfant peut bien avoir très peur de son petit camarade qu’il a lui-même déguisé en lion ou en ours.

Lire la suite « Propos sur le bonheur. Jérémiades. »