Actualités & News·Optimisme·Revue de Presse·Témoignages

Alain Duhamel : Le journal d’un Observateur.

Stéphane Bugat – Chroniqueur Le Télégramme.

On ne présente pas Alain Duhamel, l’insubmersible chroniqueur politique qui a fait de la modération une image de marque et de la courtoisie un art de vivre. Bientôt octogénaire, il propose un ouvrage un peu plus vaste que les essais qu’il publie régulièrement. Son « Journal d’un observateur » (éditions de l’Observatoire) est une rétrospective de ses presque 60 ans de carrière, mais il ne faut pas en attendre des confidences personnelles.

Ce n’est pas le style de la maison. Ni même de ces vacheries dont la classe politique n’est pourtant pas avare. Alain Duhamel est bienveillant avec ces hommes (et ces femmes) de pouvoir qu’il scrute avec attention et franchement  élogieux avec ses confrères qui sont tous des gens formidables, qu’on se le dise.

Il se flatte tout de même, lui, de ne pas trahir les confidences qui lui sont faites, ces fameux « off ».

Récit avisé de la vie politique.

Son ouvrage n’en est pas moins un récit avisé de la vie politique française depuis le milieu du siècle dernier. Il sait hiérarchiser les événements et les personnages, même s’il lui arrive d’abuser des adjectifs dans ses descriptions.

La cohérence de sa pensée n’est cependant pas exempte de paradoxes. On le sent ainsi beaucoup plus captivé par François Mitterrand qui lui dit, un jour, que « pour comprendre l’histoire, il valait mieux  être poète que géomètre », que par Jacques Chirac, par exemple.

Paradoxe peut-être plus inquiétant lorsqu’il songe, au soir du « non » au référendum sur le Traité Constitutionnel Européen, en 2005, « que si le peuple est souverain, il n’est pas infaillible ». Paradoxe enfin que ce chroniqueur, qui après des débuts privilégiés au Monde de la grande époque, a construit son exceptionnelle notoriété grâce à l’audiovisuel, alors qu’il est fondamentalement un homme de l’écrit. Raison de plus pour le lire avec curiosité. Et pour le jalouser : il confie qu’il consacre, aujourd’hui, six heures par jour à la lecture. Voilà bien un privilégié !

Commentaire de l’Optimiste : La bienveillance est de mode. L’ouvrage d’Alain Duhamel figure également dans le Top 25 du Nouvel Économiste. Selon qu’il vous reste : 1°) des cousins d’Amérique 2°) un budget pour les soldes hors « fringues et high Tech » 3°) la patience d’attendre l’édition de Poche…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s