Pour un meilleur emploi·Recrutement & RH

Répondre à la question : « Pourquoi voulez-vous quitter votre entreprise ? »

Les RH sont unanimes, la question « pourquoi souhaitez-vous quitter votre job »,  – devenue incontournable lors d’entretiens d’embauche – est une des plus délicates. Alors autant y réfléchir sérieusement en amont, au risque de voir le job de vos rêves vous passer sous le nez. Pour vous éviter de mettre les pieds dans le plat, des experts vous offrent des pistes de réflexion ! Écoutez-les … sans modération.

Aucune perspective d’évolution, relations difficiles avec votre manager, sentiment d’avoir fait le tour de vos fonctions… c’est décidé, vous voulez « bouger », changer de job et d’entreprise et commencer une nouvelle vie professionnelle. « Et vous avez raison. Aujourd’hui les parcours professionnels comportent de manière évidente plusieurs postes dans des entreprises diverses car aucune d’entre-elle ne promet un job à vie » commente Gontran Lejeune, Directeur général du cabinet de recrutement Bienfait & Associés.

Du coup, autant mettre toutes les chances de votre côté, en vous préparant aux incontournables questions que vous poseront vos futurs recruteurs. Et notamment celle qui fait figure de marronnier : « Pourquoi souhaitez-vous quitter votre entreprise actuelle ? ».

Commentaire de Marie-Céline Terré fondatrice de l’agence de communication Ozinfos. « Cette question s’avère être particulièrement dangereuse si la réponse ne convient pas au recruteur, et peut vous ternir à jamais vos chances de décrocher le job tant convoité »

Alors petit conseil d’ami, mieux vaut préparer vos arguments avec sérieux. Y réfléchir vous permettra, non seulement de faire un vrai travail sur vous, de mieux identifier vos motivations du moment et vos limites, en toute franchise. Mais attention ! Toute vérité n’est pas bonne à dire.

Anthony, consultant dans une agence de communication, en sait quelque chose. « Après six mois passés dans une agence, je souhaitais déjà la quitter. J’avais du mal à définir le contour de mon poste, le management était quasi-inexistant, pourtant à l’embauche ma feuille de route me semblait clair. Mais au final, les tâches qui m’incombaient étaient très éloignées du cahier des charges initial. Malheureux, je me suis remis en recherche active. En quelques semaines je décrochais un entretien dans une structure semblable. Tout se passait bien, jusqu’à la question meurtrière : « pourquoi souhaitez-vous quitter votre poste actuel » ? Sans réfléchir, je déblatère : mon entreprise va à vau-l’eau, il s’y trouve beaucoup d’incompétents, je n’étais pas heureux. » Sans grande surprise, Anthony n’a pas décroché le poste.

Du doigté …

Moralité, lorsque que vous expliquez pourquoi vous voulez voir ailleurs si l’herbe est plus verte et le café plus sucré, éviter de dire du mal de la société dans laquelle vous êtes en poste ou que vous venez tout juste de quitter. Gontran Lejeune enfonce le clou. « La règle d’or est de ne jamais critiquer son ancien employeur car le recruteur estimera que les risques de reproduire ce comportement négatif dans le prochain poste sont trop grands ». Et d’ajouter : « dans le cas d’un conflit direct avec son employeur, il est donc préférable de gérer son départ sur le plan juridique avant même de chercher un autre emploi. C’est une preuve d’honnêteté.

Et si vous avez été licencié pour faute ou si vous partez pour des raisons personnelles, évitez de donner trop de détails. Vous risquez de vous mettre dans une situation embarrassante.

… à de la positive-attitude

Vous l’aurez compris, la deuxième règle d’or est d’être POSITIF :

« Vouloir changer d’entreprise reste, dans le contexte économique actuel, une démarche courageuse. En voulant sortir de sa zone de confort, le candidat prouve qu’il est acteur de sa carrière, décrypte Marie-Céline Terré. Et ce désir de changement traduit une certaine forme d’honnêteté tant  vis-à-vis de l’entreprise que de vous-même ». Une façon de dire : puisque je ne n’apporte plus rien à l’entreprise et que celle-ci ne m’offre plus aucune perspective, alors rompons le contrat.

« Que le candidat se rassure, insiste Denis Jacquet, président de l’Observatoire de l’Ubérisation et fondateur d’Edufactory, les recruteurs restent sensibles au besoin de nouveaux challenges, d’avoir envie de plus d’autonomie, de découvrir un nouveau secteur d’activité, d’avoir de nouvelles responsabilités, ou encore tout simplement à l’envie d’augmenter son salaire.

Quelques soient vos motivations, il vous faudra toujours argumenter, donner des exemples concrets de projets réalisés et expliquer ce qui représente un frein dans votre carrière. Faites alors un parallèle avec le poste que vous convoitez en trouvant des éléments qui correspondent à vos nouvelles envies.

Vous pouvez ainsi glisser vers votre projet professionnel et pourquoi vous souhaitez obtenir le poste et rejoindre l’entreprise. « Par exemple, le candidat peut indiquer au recruteur que dans l’entreprise actuelle il n’a pas la possibilité d’utiliser certaines de ses compétences mais que le poste à pourvoir lui permettra de les mettre à profit » encourage Gontran Lejeune. Ou si vous travaillez dans une entreprise au mode de management verticale, et souhaitez travailler en mode collaboratif, mettez en avant l’organisation matricielle qui caractérise l’entreprise qui vous reçoit. Tout cela justifiera votre envie de départ !

Météojob, le 26 février 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s