Actualités & News·Formation et professionnalisation·L'éditorial

Editorial : notre calendrier de l’Avent.

A l’instar des pépites de chocolat et autres friandises dissimulées dans les agendas pour faire patienter les enfants jusqu’à Noël, c’est une fin d’année musclée qui nous attend jusqu’à Noël. Aperçu sommaire :

  • Des plénières traditionnelles : les 9, 23 novembre et 21 décembre.
  • Des formations « AEC » : les 17, 24 novembre et 12 décembre.
  • Deux ateliers « oups… je crois bien que je m’aime » les 22 et 29 novembre.

Pour concrétiser notre partenariat « Ose t’adapter » avec le GECKO, nous attendons l’accord définitif de celui-ci sur la proposition pour une journée complète sur le Projet Professionnel assurée par BCN, le vendredi 15 décembre.

D’autres rendez-vous sont en cours de finalisation : ainsi de celui du 1er décembre auprès des Mut’elles, association d’entrepreneuses, émanation de la mutualité française, où le thème sensible du burn-out sera abordé.

Et pour faire office d’orange… de l’Avent, voici venir notre Assemblée Générale, du 7 décembre : l’occasion de réfléchir ensemble à tout ce que ceci veut dire, à la manière de consolider ces nouveaux acquis, en s’appuyant sur ce qui fait notre ADN : la bienveillance. Alors que les « nouveaux DRH » ne jurent que par les softskills et le retour de l’humain, notre pratique remonte au groupe de parole BCN 1.0 de fin 2012. Une sacrée antériorité ! Deux innovations éveillent la curiosité de Pôle Emploi et de la Ville de Dijon sur notre groupe : l’utilisation des outils comme Emploi Store, publics mais méconnus, et notre demande de Service Civique pour assurer des formations digitales ciblées sur la Recherche d’Emploi.

Jusqu’à présent, nous parlions « d’auberge espagnole » en décrivant le mode contributif de l’association : en réalité, c’est plutôt de notre ferme marcaire qu’il faudrait parler ! Cette tradition vosgienne de fermiers ayant la responsabilité de l’étable et de la fromagerie. Ces maisons larges et basses, dont les toits en bardeaux s’inclinent et s’allongent pour envelopper sous un même abri le foin, les animaux et les hommes, sont les dernières habitations permanentes, l’abri où les marcaires viennent, en été, pratiquer leur industrie.  Pour les amateurs de fromage et de Flammenküche, Dijon n’est-elle pas la Cité de la gastronomie ?

Christine et Antoine, animateurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s